Rationalisation

Définition :

D’après le sens commun, la rationalisation est l’ensemble des mesures prises pour augmenter la productivité et la rentabilité d’une entreprise ou d’une administration. Au sens sociologique, la rationalisation se caractérise par l’effacement progressif des modes d’action traditionnels au profit de modes fondés sur la raison : ces nouveaux modes d’action caractérisent progressivement, et de manière inégale, tous les domaines de l’existence. Ils fondent ce que l’on appelle la « modernité ».

L'essentiel :

Le processus de rationalisation des activités sociales est au cœur de l’élaboration conceptuelle de Max Weber dans ses différentes œuvres.

Cette rationalisation s’inscrit dans une dynamique de « désenchantement du monde » qui résulte de l’évolution des grandes religions constituées. En effet, sur la longue durée, dans le cadre des activités religieuses, on observe que les pratiques magiques sont progressivement éliminées comme moyens de répondre aux questions que l’homme se pose sur son existence. Cette élimination suit un long chemin historique, qui mène du judaïsme antique au puritanisme protestant. Dans les premières religions du monde, l’univers est « enchanté », dominé par la magie et les rites, dans lequel l’homme vit harmonieusement, à l’image de la pensée magique chez l’enfant qui, pendant un temps, ne se différencie pas de son environnement. Ce monde s’est progressivement transformé, et la rupture décisive intervient selon Weber avec le prophétisme juif qui, en posant la question de la culpabilité de l’homme, ouvre la voie à la rationalisation des activités religieuses, qui sont donc les premières activités à être atteintes par le processus de rationalisation (Le judaïsme antique, 1917-1918). Evidemment, du judaïsme au protestantisme du XVIème siècle, le chemin est long, mais ce qui est sûr, c’est que le protestantisme marque un moment clef dans cette évolution (L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, 1905). Dans cette religion, l’angoisse du salut devient une question sans réponse claire. Cela a pour conséquence que le puritain va rechercher sur terre des signes de son élection divine, et que le « travail sans relâche » va devenir une valeur religieuse pour lui. L’entrepreneur capitaliste, tout comme le salarié, sont contraints de travailler pour les uns et d’épargner dans la perspective de l’accumulation du capital pour les autres, ce qui constitue le fondement même du capitalisme. En évitant le délicat problème de l’imputation causale et la querelle avec le marxisme, Weber se contentera d’évoquer une « affinité élective » entre l’éthique protestante et l’esprit qui anime le capitalisme. Une des conséquences des origines religieuses du phénomène de sécularisation est que l’on ne peut pas, comme le pense une version assez naïve du rationalisme, envisager la genèse de la modernité comme une rupture avec le monde religieux d’hier. Dans cette version naïve, ce monde était celui de la magie, de l’illusion, de l’irrationnel, exactement le contraire du monde contemporain qui serait celui de la clairvoyance et de la raison. En réalité, Weber, comme le grand philosophe allemand Hegel avant lui, insiste plutôt sur la continuité entre la tradition religieuse occidentale et la modernité. La sécularisation du monde moderne accomplit des exigences qui étaient inscrites dans les religions de l’Occident. Bref, contrairement à ce que pense généralement le sens commun, le passé n’est jamais totalement dépassé.

En tout cas, la modernité modifie les raisons d’agir des individus. Pour Max Weber, pour rendre compte des phénomènes sociaux, il est nécessaire de remonter aux « raisons » qui animent les actions individuelles. Du point de vue de la méthode de l’idéal-type que l’on doit aussi à Weber, il y a quatre rationalités possibles de l’action sociale (Economie et société, posthume, 1921) : l’action traditionnelle (obéissance à la coutume), l’action affective (qui se développe sous l’emprise d’une émotion ou d’une passion), l’action rationnelle en valeur (selon laquelle l’acteur agit selon des valeurs subjectivement retenues comme des raisons légitimes, sans se préoccuper des résultats de son action), l’action rationnelle en finalité (dans laquelle on ordonne de manière systématique les moyens les mieux adaptés aux buts poursuivis). Si l’action affective,  l’action traditionnelle, et d’une certaine manière également l’action rationnelle en valeur caractérisent les sociétés préindustrielles, la modernité se traduit par l’importance de la rationalité instrumentale des actions sociales, et donc une mise à distance des dimensions affectives, émotionnelles, voire idéologiques, de ces mêmes actions. Cette rationalité instrumentale concerne de multiples aspects de la vie sociale qui forment la spécificité occidentale (Sociologie des religions, textes traduits et introduits par Jean-Pierre Grossein, 1996) : la musique harmonique, la voûte gothique, la coupole, la perspective en peinture, la presse, l’organisation systématique de la recherche, un corps de fonctionnaires d’Etat qualifiés, le droit rationnel, les constitutions, l’organisation de l’économie sur la base du capitalisme, …. Par exemple, en dehors du phénomène religieux que l’on a déjà évoqué, la rationalisation affectera aussi bien l’ordre économique que l’ordre politique. Dans l’ordre économique, le monde moderne se singularise par l’émergence de grandes organisations (administrations, grandes entreprises, partis politiques, syndicats, associations, …), qui peuvent être animées par des valeurs différentes, mais qui sont toutes organisées selon le modèle de la bureaucratie qui est un type d’autorité rationnel-légal, reposant sur des règles abstraites, écrites et impersonnelles. Dans l’ordre politique, l’Etat de droit repose sur une domination légale qui a pour base la croyance en la validité de la loi constitutionnelle et réglementaire établie rationnellement par voie législative et bureaucratique, qui se substitue à la domination traditionnelle (qui a pour fondement la croyance en la sainteté des coutumes) et à la domination charismatique (reposant sur le dévouement à un chef en raison de ses talents jugés exceptionnels).

Quel est l’avenir de ce processus de rationalisation des activités sociales qui s’est poursuivi et amplifié jusqu’à nos jours, gagnant même la sphère privée des activités ? Une chose est sûre : contrairement à l’illusion positiviste telle que l’affirme par exemple Auguste Comte avec sa loi des trois états, la science ne peut pas se substituer à la religion. Comme Max Weber le dit lui-même dans Le savant et le politique (1917et 1919), « Qui encore de nos jours croît que les connaissances astronomique, biologique, physique ou chimique pourraient nous enseigner quelque chose sur le sens du monde, ou même nous aider à trouver les traces de ce sens, si jamais il existe ? ». Dans ces conditions, à partir de la vacance de sens qu’accompagne nécessairement le passage à la rationalisation des activités, s’installe progressivement le « polythéisme des valeurs ». Ce polythéisme, comme son nom l’indique, engendre une multiplication des références des groupes sociaux et la déliquescence de toute entreprise d’unification, puisque les différentes valeurs, incommensurables entre elles, s’inscrivent dans des « sphères différenciées ». L’humanité est alors confrontée aux antinomies de l’action et à la question du choix, qui donne à la condition humaine sa dimension tragique, et qui peut contribuer à expliquer ce que certains qualifient aujourd’hui comme un « retour du religieux ». Un tel retour était d’ailleurs anticipé par Weber lui-même dans sa conclusion à L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme : « Nul ne sait encore qui, à l’avenir, habitera la cage, ni si, à la fin de ce processus gigantesque, apparaîtront des prophètes entièrement nouveaux, ou bien une puissante renaissance des pensées et idéaux anciens-ou encore- au cas où rien de cela n’arriverait- une pétrification mécanique, agrémentée d’une sorte de vanité convulsive ».

 

Trois questions à….

1- La rationalisation des activités sociales recouvre-t-elle l’ensemble des sphères d’activité ?

2- La rationalisation des activités sociales signifie-t-elle la rupture avec la religion ?

3- Peut-on parler aujourd’hui d’un « retour du religieux » ?

Trois questions à….(à venir)

1)  La rationalisation des activités sociales recouvre-t-elle l’ensemble des sphères d’activité ?

2) La rationalisation des activités sociales signifie-t-elle la rupture avec la religion ?

3) Peut-on parler aujourd’hui d’un « retour du religieux » ?

 

Retour au lexique