Exercice : La politique de Quantitative-Easing

Difficile

Lire L'action des banques centrales dans la crise du coronavirus (Melchior, 2020)

Questions :

1) Quand le Quantitative Easing a-t-il commencé à prendre de l’ampleur à l’échelle mondiale ?

2) En quoi l’efficacité d’une politique de Quantitative Easing est-elle conditionnée par le comportement des banques de second rang ?

3) En quoi l’efficacité d’une politique de Quantitative Easing est-elle conditionnée par les comportements des ménages et des entreprises ?

4) Quelle politique de relance est-elle complémentaire de la politique monétaire ? Pourquoi ?

Voir la correction

Corrigés :

1) Quand le Quantitative Easing a-t-il commencé à prendre de l’ampleur à l’échelle mondiale ?

Le QE a commencé à prendre de l’ampleur à partir de la crise financière de 2007-2008, lorsque la Banque du Japon, la Réserve fédérale américaine (FED), la Banque d’Angleterre et la Banque centrale européenne (BCE) y ont eu recours.

2) En quoi l’efficacité d’une politique de Quantitative Easing est-elle conditionnée par le comportement des banques de second rang ?

Le succès du QE dépend de sa capacité à inciter les banques de second rang à accorder plus de crédits aux ménages et aux entreprises. Elles pourraient en effet décider de placer ces liquidités supplémentaires sur leurs comptes de réserves à la Banque Centrale ou de les utiliser pour se désendetter.

3) En quoi l’efficacité d’une politique de Quantitative Easing est-elle conditionnée par les comportements des ménages et des entreprises ?

Le succès du QE dépend de sa capacité à inciter les ménages et les entreprises à consommer et à investir davantage. Si le « climat des affaires » est mauvais et qu’ils n’ont pas confiance dans l’avenir économique, ils risquent de ne pas formuler de projets de financement à la hauteur des attentes de la Banque Centrale.

4) Quelle politique de relance est-elle complémentaire de la politique monétaire ? Pourquoi ?

La politique budgétaire de relance est complémentaire de la politique monétaire de relance car elle a des effets plus immédiats sur les anticipations des ménages et des entreprises.