Idéal-type

Défininition :

Concept développé par Max Weber qui décrit le fait que les sociologues et historiens utilisent des modèles, des conceptualisations leur permettant de comprendre le réel. On parle parfois de type-idéal ou d’idéaltype.

L'essentiel :

Dans l’approche de Max Weber, les sciences sociales s’appuient sur des catégories, des concepts qui permettent de saisir la réalité malgré sa complexité. Par le terme d’idéal-type, Weber désigne le fait que la théorie en sciences sociales (en particulier en sociologie et en histoire) s’appuie sur des modèles qui sélectionnent certains traits de la réalité, les mettent en avant et simplifient ainsi les phénomènes observés.

 

Une application de ce concept est faite par Max Weber dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Dans cet ouvrage, Weber s’interroge sur la genèse du capitalisme en Europe, en se demandant notamment pourquoi le capitalisme est né sur le continent européen et pas dans d’autres  lieux où tous les éléments semblaient davantage réunis (en  Chine par exemple). Statistiquement, il observe que le capitalisme se développe là où le protestantisme est dominant et cherche à établir un lien entre capitalisme et protestantisme. C’est là que l’idéal-type devient utile : il est difficile d’étudier « le capitalisme » et « le protestantisme », qui sont des phénomènes extrêmement complexes et diversifiés. Selon Weber, le sociologue doit alors se doter d’une représentation de ces phénomènes, en construisant des idéaux-types. Plutôt que de traiter du capitalisme en général, Weber se penche sur ce qu’il appelle « l’esprit du capitalisme », qui correspond à une « éthique de travail » qui pousse l’individu (le capitaliste) à rechercher la richesse par le travail. Ce faisant, Weber indique que le capitalisme peut prendre des formes différentes que ce capitalisme « moderne » et que ce dernier est favorisé par d’autres éléments que cet « esprit ». Il montre que cet esprit a des « affinités électives » avec ce qu’il appelle l’éthique protestante, qui, là aussi, est un idéal-type. Autrement dit, il y a des liens forts entre capitalisme et protestantisme, ce qui permet d’envisager une relation causale : le développement du protestantisme est un facteur important de l’essor du capitalisme.

 

Le terme « idéal » peut prêter à confusion : il ne faut pas voir l’idéal-type de façon normative : il n’est pas ce que devrait être le phénomène observé, mais ce que le chercheur ou la chercheuse sélectionne comme le plus pertinent pour étudier cet objet. Cette notion va donc dans le sens d’une approche « constructiviste » de la science, qui ne saisit pas une réalité « objective », extérieure aux individus, mais procède par construction de modèles. L’approche par l’idéal-type permet d’insister sur cette construction et sur l’importance de l’explicitation, qui permet un débat scientifique sain.

 

Max Weber s’appuie sur le travail des historiens pour illustrer la construction d’idéaux-types, mais il indique aussi que les modèles des économistes (notamment néoclassiques) sont également des idéaux-types. On peut ainsi voir le modèle du consommateur, perçu comme maximisateur sous sa contrainte budgétaire comme une construction de ce type.

 

La construction d’idéaux-types est devenue une manière courante de procéder en sciences sociales. De nombreux sociologues et politistes ont recours à cette construction. On peut par exemple citer les travaux récents de Pierre Rosanvallon sur le populisme, qui s’appuie sur un idéal-type du peuple. L’idéal-type est aussi un outil que l’on retrouve aussi chez certains économistes, tels que les économistes de la régulation à la manière de Robert Boyer, qui construit des idéaux-types des formes du capitalisme. Weber est ainsi l’un des premiers à avoir formalisé l’usage de modèles en sciences sociales et il a montré l’importance, à la fois de cette modélisation et de l’explicitation des traits sélectionnés pour cette modélisation.

 

Lire à ce propos

Voir le cours de Seconde : Question 1. Comment les économistes, les sociologues et les politistes raisonnent-ils et travaillent-ils ?