Convictions

Octave Gélinier

Achetez ce livre avec Alapage.com

L'ouvrage

Parmi les éléments moteurs qui ont rendu possible Les trente glorieuses , on s'accorde généralement à reconnaître la personnalité éminente des dirigeants des grandes entreprises nationales. Que ce soit Marcel Boiteux à EDF (1967-1987) ou Louis Armand dont le parcours à la SNCF s'étend de 1946 (directeur général adjoint) à 1955 (où il accède à la présidence pour trois ans), ils ont pleinement appliqué la formule de Jean Monnet : "Modernisation ou décadence". On s'interroge beaucoup moins sur les causes du succès des grandes entreprises françaises qui sont aujourd'hui leader mondiaux dans leur domaine. Sans vouloir faire de monisme explicatif, on peut dire qu'Octave Gélinier fut un de ceux qui ont contribué à renouveler la réflexion sur les modes de gestion des entreprises, quelle que soit leur taille d'ailleurs.

Dans un ouvrage récent destiné à mettre en valeur, de façon posthume, quelques une des lignes directrices de sa pensée, on observe avec intérêt que l'entreprise y est définie, au moins implicitement, non pas comme une structure où s'exercent des forces (avec tout ce que cela ouvre comme perspectives en termes d'équilibrage ou d'antagonisme), mais comme un comme un corps où s'exercent non pas une volonté (celle du chef, évidemment), mais des volontés. Cela suppose que soit mise en place une délégation d'autonomie (que l'auteur confronte au “malentendu de l'autogestion” – cf. p. 30) qui suppose un minimum de confiance. La grande tâche des chefs d'entreprise est donc de sortir du taylorisme dominant (nombre d'articles datent des années 1970) pour ouvrir des perspectives à chaque collaborateur, quel que soit non niveau hiérarchique. En libérant les initiatives, la confiance devient ainsi un véritable levier d'efficacité.

Encore une fois, selon des modalités sans doute perfectibles, ces grandes orientations ont été mises en œuvre dans un nombre toujours plus important d'entreprises, ce qui n'est pas sans avoir contribué à leur succès. Le mouvement a été plus lent dans les services publics, mais il est manifestement en cours. Il n'est pas sans toucher aujourd'hui l'administration publique, avec les programmes issus de la Loi organique relative aux lois de finances (LOLF), sans que l'on sache encore quelles en seront les modalités concrètes d'application. Octave Gélinier analyse (dès 1974 !) quelques une des difficultés de la décision en milieu administratif (p. 92sq.), difficultés accrues lorsque l'Etat est fragilisé par "la montée de l'arbitraire et de la violence" (p. 83sq.). S'il avait pu l'observer, nul doute qu'Octave Gélinier aurait trouvé dans le conflit de la SNCM un exemple radical de la justesse de ses thèses.

L'auteur s'appuie souvent sur l'idée que nos sociétés et nos systèmes économiques et sociaux ne peuvent échapper à l'emprise d'une "morale" ou d'une "éthique". “Morale de l'entreprise”, “éthique de l'exercice du droit de grève”, “pas de développement durable sans éthique”… On comprend bien qu'un chef d'entreprise puisse réussir à créer une culture d'entreprise qui intègre ces valeurs, surtout s'il a le temps pour lui. On voit moins comment les hommes politiques, soumis à la dictature de l'opinion – au demeurant bien plus sévère que celle des marchés financiers – peuvent y parvenir. Mais toute la pensée d'Octave Gélinier repousse cette idée que la France puisse un jour manquer d'hommes de conviction qui suscitent l'adhésion du plus grand nombre. Souhaitons qu'il ait raison !

L'auteur

Diplômé de l'Ecole des Mines de Paris, Octave Gélinier (1916-2004) a aussi étudié le droit, l'économie et la biologie.

En 1947, il entre à la Cegos, cabinet de conseil et de formation dont il deviendra le Président. En parallèle, il développe des séminaires de perfectionnement destinés aux dirigeants.

Penseur audacieux, Octave Gélinier a écrit plusieurs ouvrages majeurs qui ont influencé la conduite des entreprises en France.

Il est le co-fondateur de la lettre mensuelle Les 4 vérités et du mouvement Ethic. Il a aussi participé aux travaux de l'Institut de l'Entreprise, de l'ASPET, du Cercle d'Ethique des Affaires, de l'Institut Qualité Management…

Table des matières

Primauté de l'éthique

Emergence d'une morale de l'entreprise

Dix préceptes de l'éthique de la qualité dans l'entreprise

Ethique et management de l'exercice du droit de grève

Restaurer l'Etat

Dépenses sociales et bonheur des hommes

Déclin de l'Etat de droit : montée de l'arbitraire et de la violence

Critique de la décision en milieu administratif

La figure de l'entrepreneur

Style de gestion des moyennes entreprises

Redressement d'entreprises en difficulté

Le long chemin vers la direction participative

Les syndicats ont un avenir s'ils se remettent en question

Les idées qui créent les marchés du futur

Vue perspective du bonheur dans l'entreprise

Pour le plein emploi

Les vrais clés de la croissance, de l'emploi et de la confiance

Technologie contre chômage

Former pour l'emploi : sept tabous à balayer

Eloge de l'emploi précaire

Pour un développement durable

Ecologie et économie

Pas de développement durable sans éthique

Le sens économique du développement durable

Eloge de la liberté

Propriété et liberté

L'argent, c'est la liberté

Trois figures du libéralisme : quel type de libéral êtes-vous ?

Du bon usage de l'inégalité

Postfaces

La vie peu connue d'Octave Gélinier, par, Yvon Gattaz

Le pionnier de l'entreprise performante, par Michel Drancourt

Morale de la compétitivité, par Jean-Daniel Lefranc

Quatrième de couverture

Octave Gélinier a traversé le 20° siècle en le marquant de son empreinte. Apôtre de la productivité, défenseur d'une vraie morale des affaires, promoteur inlassable de la moyenne entreprise patrimoniale, précurseur du développement durable : toute sa vie, il n'a eu de cesse d'accompagner les progrès du management tant par son action de conseiller des dirigeants économiques que par ses nombreux écrits.

Il a su s'intéresser aux problèmes des époques qu'il a vécues, et a toujours apporté un regard profondément humain. Ces textes, écrits au long de sa carrière, ont gardé toute leur actualité et toute leur vigueur : les décideurs d'aujourd'hui gagneront à les lire et à les méditer.