Grand angle : La consommation engagée

Séquence d'apprentissage 1 : La consommation engagée

En collaboration avec Vie publique

 

ressources pédagogiques SES bac 2020 2021

Présentation vidéo : 

Durée : 2 heures

Modalité : En présentiel, accès internet nécessaire / Distanciel possible.

Lien vers l’éclairage « De la société de consommation à la déconsommation » publié par Vie publique le 21 janvier 2020.

Objectifs d’apprentissage :

  • Comprendre que l’engagement politique prend des formes variées (vote, militantisme, engagement associatif, consommation engagée).
  • Comprendre la diversité et les transformations des objets de l’action collective (conflits du travail, nouveaux enjeux de mobilisation, luttes minoritaires), des acteurs (partis politiques, syndicats, associations, groupements) et de leurs répertoires.

Compétences transversales travaillées :

  • Analyse et mobilisation de documents de natures diverses
  • Construction d’une argumentation / d’un raisonnement rigoureux à l’écrit et à l’oral

Problématique

En quoi la consommation engagée peut-elle correspondre à une forme d’engagement politique au même titre que le vote ?

Document textuel

Facile

Si la consommation est un moyen d’expression identitaire, elle permet aussi de faire valoir des positionnements politiques et éthiques. Chaque individu peut user de son pouvoir de consommateur pour manifester son soutien ou son désaccord vis-à-vis de pratiques d’entreprise, en achetant des produits ou en en boycottant d’autres. La « consommation engagée » traduit ainsi la volonté des citoyens d’exprimer directement, par leurs choix marchands ou par leurs modes de vie, des positions politiques (…).
La consommation engagée recouvre des pratiques très hétérogènes. Il peut s’agir pour les individus de modifier leurs choix de consommation en fonction de considérations éthiques et politiques, comme lorsqu’ils refusent d’acheter certains produits ou qu’ils en privilégient d’autres. Mais la consommation engagée recouvre également des modes d’action pluriels, comme le fait de manifester contre la consommation de masse, l’excès de publicité ou le gaspillage alimentaire ; de promouvoir individuellement ou collectivement des modes de vie plus frugaux, privilégiant une consommation plus locale, moins protéinée et fondée sur le partage et le recyclage.
De très nombreuses initiatives se sont déployées, passant par des contrats entre producteurs et consommateurs, des coopératives d’habitats ou des éco-villages afin d’expérimenter de nouveaux modes de vie ou projets de société. Ces différents engagements ont en commun de faire de la consommation un mode d’expression de choix politiques.


Source : Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée, Presses de Sciences Po, 2è édition, 2018.

Questions :

1. Définir : de la consommation à la consommation engagée - Au premier paragraphe, comment l’auteure présente-t-elle la consommation engagée ?

2. Présenter un mécanisme : de la consommation engagée à l’engagement politique - Explicitez le lien qui peut être fondé entre consommation engagée et engagement politique, notion dont vous rappellerez les caractéristiques.

3. Illustrer - A partir de l’éclairage « De la société de consommation à la déconsommation », recensez des illustrations de la consommation engagée et justifiez votre réponse en indiquant le message relayé auprès des professionnels de la politique.

4. Définir et illustrer - Dans le répertoire d’action collective de la consommation engagée, on trouve le terme de boycott. Que signifie-t-il ? Illustrez-le.

5. Expliquer - Où se situe, selon vous, le boycott dans le schéma suivant qui résume les stratégies adoptées par les consommateurs en cas de défaillance d’une institution publique ou d’une entreprise privée selon l’économiste américain Albert Hirschman en 1970 ?

ressources pédagogiques SES bac 2020 2021

 

6. Déduire - Par déduction, que signifie alors, selon vous, le « buycott », autre modalité du répertoire d’actions politiques du consommateur engagé ? Des exemples sont proposés dans l’éclairage de Vie publique.

7. Discuter - Est-ce que consommer « bio » est une forme de consommation engagée d’après les informations données par l’éclairage de Vie publique ?

8. Discuter - Même question pour la consommation collaborative.

9. Discuter - Est-il aisé d’identifier distinctement les consommateurs engagés ?

Document audiovisuel :

Facile

 

Source : France 3 - hauts de France (lien)

10. Illustrer - Après avoir visionné ce court reportage : « Lille : un "déboulonneur" condamné à 900 euros d'amende pour ses actions anti-publicité », indiquez en quoi les quoi les campagnes anti-publicité peuvent aussi illustrer la consommation engagée.

11. Décrire et définir - Pourquoi le reportage qualifie-t-il ce lillois de « militant » ?

12. Déduire - Le terme générique de « consommation engagée » désigne-t-il nécessairement des actes de consommation ?

Document statistique

Facile

En suivant le 4e lien présenté dans l’éclairage « De la société de consommation à la déconsommation » publié par Vie publique, vous êtes mené à un article du Credoc intitulé « Consommation durable : l’engagement de façade des classes supérieures » publié en mars 2019 dont est issu ce document : 

ressources pédagogiques SES bac 2020 2021

1. Maîtrise des savoir-faire statistiques - Présentez l’évolution des achats identifiés sur ce document depuis 1998 (ou 2009 lorsque les données ne sont pas disponibles).

2. Maîtrise des savoir-faire statistiques - Peut-on déduire de ce document que la grande majorité des consommateurs sont engagés ?

Tâche intermédiaire à l'écrit :

Résumez à l’écrit les traits caractéristiques de la consommation engagée en utilisant les termes suivants : hétérogène, répertoire d’actions, boycott, buycott, choix politiques, engagement politique.

Exercices

Exercice 1 - Classez ces exemples dans le tableau suivant :

Facile

 

a. Selon une étude, les Français préfèrent le Coca-cola au Pepsi.

b. Les Bretons plébiscitent l’altercola régional « Breizh Cola » qui occupe 10 % des parts de marché dans la région.

c. Un cinquième des Français sont intolérants au lactose et ne consomment donc pas de produits laitiers.

d. Le véganisme est un mode de vie qui consiste à ne consommer aucun produit d’origine animale : il représenterait actuellement 0,5 % de la population française.

e. Selon Vie publique, « 46 % des Français déclarent avoir acheté un produit d'occasion sur des sites Internet comme ‘Le bon coin’ en 2018, contre 25 % en 1998 ».

f. L’un des premiers « SEL » (système d’échange local) est créé à Saint-Quentin-en- Yvelines en 1995 : il fonctionne comme une bourse aux échanges de biens et de services entre ses membres, l’échange n’étant pas nécessairement équilibré.

Exercice 2 – Points de vigilance

Facile

Jstifiez ces phrases et donnez au moins un exemple.

a) Toute forme de consommation n’est pas nécessairement engagée

b) Toute forme de consommation engagée n’est pas nécessairement de la consommation.

c) Toute forme de consommation engagée ne constitue pas nécessairement un engagement politique.

Exercice 3 – Décrire l’effet de la consommation engagée sur la sphère politique : l’exemple de la loi du 10 février 2020

Facile

Suivez ce lien  dans l’éclairage de Vie publique « De la société de consommation à la déconsommation » : Loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire


Établissez des liens entre les formes de consommation engagée extraites de l’ouvrage La consommation engagée de Sophie Dubuisson-Quellier (à gauche) et les mesures de cette loi (à droite) :

 

Extraits

 

Mesures de la loi du 10 février 2020

« … des organisations comme Disco Soup, qui propose des repas à base de nourriture saine mise au rebut, les Freegans ou les Dumpster Divers, qui fouillent de manière illégale dans les poubelles pour récupérer de quoi préparer des repas qui seront ensuite filmés et postés sur internet, utilisent des tactiques de désobéissance civile pour dénoncer le problème ».

 

 

« Le militantisme contre les véhicules 4x4 est né aux États-Unis. Des groupes d’activistes ciblent les hummers, gros véhicules adaptés de l’armée, en les couvrant de tags ou de messages informant les propriétaires que ces véhicules ont des taux d’émission de CO2 très élevés. (…) En France, des groupes équivalents nommés les « Dégonfleurs » s’en prennent aux 4x4 dans les grandes villes ».

 

 

La construction de labels, plus particulièrement ceux fondés sur des arrangements spécifiques entre la société civile, les firmes et parfois les pouvoirs publics, constitue l’un des moyens fondamentaux pour l’expression du boycott.

 

 

 

 

Entraînement à l'oral

Tâche finale - Mon argument oral en 300 secondes

Tâche finale :

Facile

a) Effectuez une recherche sur l’association L214 en partant de questions simples (quoi, quand, dans quel but, comment ?).


b) Proposez une argumentation orale de cinq minutes répondant à notre question initiale : « En quoi la consommation engagée peut-elle constituer une forme d’engagement politique au même titre que le vote ? » en utilisant l’exemple de cette association.

Nous sortons à présent du champ du programme de Terminale stricto sensu. Le focus présenté ici peut être pertinent dans le cadre de la recherche de problématique du Grand Oral par exemple.


La consommation engagée : une autre forme de distinction sociale ? En quoi la consommation engagée, notamment alimentaire, correspond-elle aussi à une forme de distinction sociale au-delà de l’engagement politique ?

Document iconographique : L’espace des styles de vie selon Bourdieu

Facile

1. Décrire - Comment sont disposées les catégories socioprofessionnelles sur ce graphique ?

2. Décrire et comparer - Quels sont les goûts des ouvriers selon Bourdieu ? Comparez-les à ceux des patrons de l’industrie et du commerce.

3. Discuter - Les goûts sont-ils propres à chaque individu selon ce sociologue ?

4. Illustrer - Citez deux boissons « légitimes », deux boissons « vulgaires ».

5. Illustrer - Où placeriez-vous la consommation de crustacés comme les écrevisses ou le homard ? de saucisses « chipolatas » ? de « poke bowl » ? de frites ?

6. Illustrer - A votre avis, où se situent les personnes végétariennes ou véganes ?

7. Déduire - Quelle conclusion en tirez-vous quant à l’analyse sociologique des pratiques alimentaires ?

Document textuel :

Facile

Sans surprise, la consommation engagée est très segmentée socialement. Elle concerne majoritairement des femmes, et des individus d’un âge moyen de 35 ans, ayant un niveau d’éducation supérieur à la moyenne et issus des classes moyennes supérieures. Consommer bio ou local, voire végétarien, fabriquer ses propres produits d’entretien a ainsi été interprété comme le répertoire culturel d’un groupe social très spécifique, qui n’est pas sans rappeler le goût ascétique de la petite bourgeoisie à fort capital culturel identifié par Pierre Bourdieu*.


Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée, Presses de Sciences Po, 2e édition, 2018.
* Selon Pierre Bourdieu, cette petite bourgeoisie culturellement dotée (métiers artistiques, infirmiers, animateurs radios, etc.) a une volonté d’ascension sociale et promeut le « devoir de plaisir » : écoute du corps, relaxation et alimentation saine et équilibrée.

Document statistique – Les classes supérieures se préoccupent de l’environnement mais polluent plus que les autres

Facile

Questions :

1. Expliquez la phrase soulignée à l’aide du texte.

2. Quelle justification peut-on apporter à l’idée que la consommation engagée est genrée ?

3. Comparer - En quoi le document statistique confirme-t-il le texte qui précède ? Citez et comparez certaines données.

4. Décrire - Quel élément paradoxal relevez-vous dans le document statistique ?

5. Décrire - Trouvez deux phrases dans l’article du Credoc qui justifient son titre : un « engagement de façade » des classes supérieures.

Tâche finale

Représentez sous une forme de carte mentale : quel est l’apport du sociologue dans l’analyse de la consommation engagée ?

Podcast : « 3 questions à » Sophie Dubuisson-Quellier à propos de la consommation engagée

Sophie Dubuisson-Quellier est directrice de recherche au CNRS et directrice adjointe du Centre de sociologie des organisations (CNRS-Sciences Po). Elle a notamment publié La consommation engagée (Les Presses de Sciences Po, réédition 2018, 160p.). 

L'entretien a été réalisé par Sandrine Verdière

À propos :

En partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, Melchior est le site de ressources pédagogiques en libre accès conçues par des enseignants pour les enseignants et les élèves.


Melchior offre :


• Tous les programmes de sciences économiques et sociales de la seconde aux classes préparatoires accompagnés de supports de cours (exercices, vidéos, podcasts, infographies, notes de lecture, quiz…).

• Des ressources innovantes pour illustrer chaque thématique (études de cas, mises en activité, focus d’entreprises…), des dossiers autour de thématiques croisées (entreprise, climat, nouvelles technologies, mondialisation…) et des décryptages de l’actualité.

• Des ressources originales créées avec nos partenaires (Brief.eco, BSI Economics, France Stratégie, Insee, PSE – Paris School of Economics, Vie publique, Xerfi Canal)
www.melchior.fr

Vie publique :

Vie-publique.fr est un site gratuit d’information qui donne des clés pour comprendre les politiques publiques et les grands débats qui animent la société. Le site est réalisé par la DILA (Direction de l’information légale et administrative), rattachée aux services du Premier ministre.


Vie-publique.fr a pour ambition de s’adresser aux citoyens dans leur diversité pour permettre de décrypter l’information, de démêler le vrai du faux, de se faire une opinion et de favoriser l’engagement dans le débat public. Pour ce faire, Vie-publique.fr propose gratuitement pour tous les sujets traités, une information claire, riche et fiable, représentative des différentes opinions publiques. Par cette contribution à la compréhension du monde contemporain, les contenus publiés sur vie-publique.fr participent au débat démocratique et à la formation du citoyen. www.vie-publique.fr