Focus Entreprise : Sodexo

 

Le Focus Entreprise est composé de plusieurs fiches. Chaque fiche a été conçue pour une exploitation en classe d’une heure à deux heures, et peut s’utiliser de façon autonome ou en épisode.

FICHE N°1 : Comment crée-t-on des richesses et comment les mesure-t-on ?

Programme de SES en classe de Seconde

Objectifs d’apprentissage :

  • Savoir que la production résulte de la combinaison de travail, de capital, de technologie et de ressources naturelles.
  • Connaitre les principaux indicateurs de la création de richesses de l’entreprise (chiffre d’affaires, valeur ajoutée, bénéfice).
  • Connaître les principales limites écologiques de la croissance.

Document 1 – Sodexo, en un clin d’œil

Modéré

Document 1-a

Créé en 1966, à Marseille, par Pierre Bellon (1930, -), Sodexo est le leader mondial des Services de Qualité de Vie. La qualité de vie est aujourd’hui reconnue comme un facteur déterminant du bien-être des personnes et de progrès pour les sociétés, tout comme une condition essentielle pour la performance des entreprises et des organisations.[…] Sodexo est la seule entreprise au monde à proposer à ses clients des Services sur Site (Document 1-b-), des Services Avantages et Récompenses (Document 1-b-) et des Services aux Particuliers et à Domicile (Document 1-b-).

Source – Sodexo, Document de référence 2017-2018

Document 1-b

Melchior

Question 1 – Distinguer Bien de Service.

Question 2 – Justifier le fait que Sodexo produise des Services de Qualité de Vie.

Question 3 – Identifier à quel type de Services ces photos sont associées.

melchior

Voir la correction

Question 1 – Distinguer Bien de Service.

melchior

 

Question 2 – Justifier le fait que Sodexo produise des Services de Qualité de Vie.

melchior

Question 3 – Identifier à quel type de Services ces photos sont associées.

melchior

 

Document 2 – Sodexo, organisation productive et résultats

Modéré

melchior

Question 1 – Expliquer pourquoi Sodexo est une entreprise marchande.

Question 2 – Définir ce qu’est la Valeur Ajoutée (VA) et retrouver, grâce aux informations du document, comment se calcule la Valeur Ajoutée d’une entreprise.

Question 3 – Calculer la part de la Valeur Ajoutée (VA) par rapport au Chiffre d’Affaires (CA) : commenter.

Voir la correction

melchior

Question 1 – Expliquer pourquoi Sodexo est une entreprise marchande.

Sodexo est une entreprise marchande car elle vend ses services sur le marché des Services de Qualité de vie, à des prix (différents selon les services ; exemple, 580 euros mensuels d’inscription en Crèche Attitude, pour une salaire moyen ) : de ce fait, elle peut calculer son CA, sa VA et son profit.

Question 2 – Définir ce qu’est la Valeur Ajoutée (VA) et retrouver, grâce aux informations du document, comment se calcule la Valeur Ajoutée d’une entreprise.

La Valeur Ajoutée calcule la « richesse » produite par l’entreprise marchande : par richesse, il faut entendre « l’art » de combiner les facteurs de production. Il ne suffit pas de doter une entreprise en facteurs (travail et capiatl) pour réussir à produire efficacemen t un produit de qualité ; il est nécessaire de réussir à articuler le plus harmonieusement (de bonnes relations entre les travailleurs sont nécessaires) et le plus efficacement (les outils à disposition doivent être maîtrisés par les travailleurs) possible les facteurs de production.

Valeur Ajoutée = Chiffres d’affaires – Consommations intermédiaires

Question 3 – Calculer la part de la Valeur Ajoutée (VA) par rapport au Chiffre d’Affaires (CA) : commenter.

Sur 100 de Chiffre d’affaires en 2018, la Valeur ajoutée ne représente que 5,53. Malgré un CA très élevé (20,4 milliards d’euros), la VA, i.e. la richesse effectivement produite par Sodexo, ne représente relativement qu’une très faible part (5,53%). Néanmoins, ces 5,53% représente en valeur 1,1128 milliards d’euros, ce qui est un montant très élevé par rapport au tissus productif français composé majoritairement de petites entreprises.

Document 3 – Sodexo, créer de la valeur en respectant les fondements environnementaux

Modéré

Choisir une croissance responsable est un des moteurs du groupe Sodexo. C’est pourquoi, 96,9% du chiffre d’affaires du Groupe provient de pays qui emploient des experts en matière d’environnement et 47 pays ont participé à des campagnes de sensibilisation à la réduction du gaspillage des ressources comme le WasteLESS week (semaine sans gaspillage), avec des actions ciblées sur la réduction de la consommation d’eau, d’aliments, d’énergie et de papier, ainsi que sur la promotion du recyclage. 80,7 % des poissons et produits de la mer servis par Sodexo sont issus de filières responsables. Plus de 1 million d’euros est investi dans des programmes visant à autonomiser les femmes qui agissent contre la faim dans leur communauté.

Source : Sophie LAMOUREUX, Sodexo, Document de référence 2017-2018

Sodexo et le partenariat avec WWF

Depuis 2010, Sodexo poursuit sa stratégie de réduction de son empreinte carbone en partenariat avec le World Wild Life Found (WWF). WWF est l’une des organisations indépendantes de protection de l’environnement les plus importantes et les plus expérimentées au monde. Ce partenariat a permis le développement d’une méthodologie et d’outils de calculs des émissions de carbone au sein de la chaine de valeur du Groupe et de fixer un objectif scientifique de réduction absolue des émissions de gaz à effet de serre de 34% d’ici à 2025. Pour y parvenir, Sodexo collabore avec ses fournisseurs afin de réduire les émissions tout au long de sa chaîne d’approvisionnement et met en œuvre des initiatives de comportement et d’approvisionnement responsables intégrant des produits, des fournitures, et des équipements plus durables. Le Groupe propose à ses clients des services de gestion de l’énergie pour leur permettre de suivre et de réduire leur consommation et leurs émissions de carbone. Il déploie des actions en matière d’efficacité énergétique et intègre des sources renouvelables à faible teneur en carbone dans le mix énergétique de ses clients. Sodexo se concentre aussi sur l’adoption universelle de meilleures pratiques pour réduire les émissions de carbone sur ses sites comme sur ceux de ses clients. Ses efforts portent enfin sur l’amélioration des processus de production, des repas et la réduction du gaspillage alimentaire, ainsi que de l’énergie et de l’eau consommée pour produire les aliments. Dans cette démarche de progrès continu, Sodexo a sélectionné, au cours de l’exercice, en collaboration avec WWF, I Care & Consult et ECO2 Initiativ, pour leurs expertises techniques et stratégiques qui leur permettront de définir, de mettre en œuvre et de mesurer ces actions de réduction de carbone.

Source : Sodexo, Document de référence 2017-2018

Question 1 – Citer les principales limites écologiques à la croissance pointées dans ces 2 textes.

Question 2 – Identifier le statut économique de WWF et son type de production (marchande/non marchande).

Question 3 – Illustrer cette phrase par des exemples.

Voir la correction

Question 1 – Citer les principales limites écologiques à la croissance pointées dans ces 2 textes.

Les principales limites à la croissance identifiées dans ce texte sont : le gaspillage des ressources naturelles ou non, comme celle de l’eau, les aliments, l’énergie et le papier ; l’empreinte carbonée de la production, qui provoque des gaz à effet de serre.

Question 2 – Identifier le statut économique de WWF et son type de production (marchande/non marchande).

WWF (Wordl Wildlife Fund, soit Fonds mondial pour la nature) est une association (ISBlSM – Institution Sans But Lucratif au Service des Ménages) : sa production est donc non marchande. Elle produit des services gratuits, voire quasi-gratuits, pour « mettre un frein à la dégradation de l’environnement et construire un avenir ou les humains vivent en harmonie avec la nature » (https://www.wwf.fr). WWF met en place une multiplicité d’ « actions » (que l’on peut donc ici appeler production de services) pour répondre à ses objectifs : par exemple, cet été 2019, WWf a lancé une campagne sur Instagram pour appeler à protéger les sites naturels de France. 

Question 3 – Illustrer cette phrase par des exemples.

Équiper le toit des unités productives Sodexo en panneaux solaires permet de générer une partie de l’électricité par la seule énergie solaire, bénéficier de l’énergie produite par des champs d’éoliennes permet d’utiliser une électricité sans carbone, etc.

FICHE N°2 : Comment les entreprises sont-elles organisées et gouvernées ?

Programme de SES en classe de Première générale

Objectifs d’apprentissage :

  • Comprendre le cycle de vie d’une entreprise à partir de quelques exemples (création, croissance, changement de statuts juridiques, disparition).

melchior

Document 1 – Cycle de vie, de la théorie …

Modéré

Schéma du Cycle de vie des organisations productives

melchior

 

Source - https://slideplayer.fr/user/11995846/ - "Le Cycle de vie des organisations", Giuseppe Zara, publié par Judith Lavergne, 2019

Question 1 – Justifier, par ce document, le terme de « Cycle de vie » pour les entreprises.

Question 2 – Définir : que doit-on entendre par le terme « efficacité » ?

Voir la correction

Schéma du Cycle de vie des organisations productives

melchior

 

Source - https://slideplayer.fr/user/11995846/ - "Le Cycle de vie des organisations", Giuseppe Zara, publié par Judith Lavergne, 2019

Question 1 – Justifier, par ce document, le terme de « Cycle de vie » pour les entreprises.

« Cycle de vie » car comme toute personne (morale), une entreprise nait (phases de création et développement), vit (phase de maturité et d’optimisation) et peut mourir (phase possible de déclin voire disparition de l’activité, car incapable de faire face à la concurrence, aux transformations des structures économiques et sociales). Elle peut néanmoins lutter contre son « vieillissement » en mettant en place des stratégies de transformations profondes de son activité première (nouveaux produits, nouvelles organisations du travail, développement international, …).

Question 2 – Définir : que doit-on entendre par le terme « efficacité » ?

Le terme ici d’ « efficacité » est à prendre au sens de « productivité » : la productivité mesure la capacité d’une combinaison productive (productivité du travail, Productivité Globale des Facteurs PGF) à produire mieux, plus, plus vite.

La productivité se calcule ainsi :

  • Productivité du travail= Production Facteur Travail 
  • PGF= Production Combinaison des facteurs (Travail, Capital technique) 

 

Document 2 – Sodexo, ses étapes de cycle de vie

Modéré

Sodexo, 50 ans au service de la qualité de vie

melchior

Source : Sophie LAMOUREUX, Sodexo, Document de référence 2017-2018 ; Dossier de presse, 50 ans au service de la qualité de vie, 2016 ; « Je me suis bien amusé ! », Pierre Bellon, 2006

Question 1 – À partir du document 1, identifier les phases théoriques correspondantes au développement de Sodexo.

Question 2 – Calculer, par un calcul approprié, l’évolution du nombre de sites développés par Sodexo entre 1966 et 2018

Question 3 – À quelle période de son cycle de vie serait, en 2018, Sodexo ? Justifier par les données et les calculs appropriés.

Voir la correction

Question 1 – À partir du document 1, identifier les phases théoriques correspondantes au développement de Sodexo.

melchior

Question 2 – Calculer, par un calcul approprié, l’évolution du nombre de sites développés par Sodexo entre 1966 et 2018

Taux de Variation :

Vf-ViVi= 32 000-3 6103 610=7,8642 soit 786,42%

Le nombre de sites opérés par Sodexo, passant de 3 610 en 1996 à 34 000 en 2018, a augmenté de 786,42%.

Coefficient multiplicateur :

VfVi= 32 000 3 610=8,8642     

Le nombre de sites opérés par Sodexo, passant de 3 610 en 1996 à 34 000 en 2018, a été multiplié par 8,8.

Question 3 – À quelle période de son cycle de vie serait, en 2018, Sodexo ? Justifier par les données et les calculs appropriés.

Il est possible de dire que Sodexo, en 2018, serait en phase de « Nouveau cycle de croissance (Document 1) : après avoir suivi les phases initiales et de maturité, elle se développe en croissance interne (de nouveaux services) et externe (développement à l’international) et elle commence à s’organiser en firme-réseau (organisation par segments mondiaux).

De plus, on constate qu’elle poursuit sa progression en termes de sites puisque, depuis 1996 (« Âge d’or »), le nombre de ses sites a été multiplié par 8, 8. On peut s’interroger sur le fait que le nombre de sites soit passé de 34 000 en 2014 à 32 000 en 2018 : si le nombre de sites diminue sur cette période, ce n’est pas parce que Sodexo rationalise ses activités mais parce que les clients le font ou tout simplement parce que Sodexo a perdu des clients…

Document 3 – Sodexo, sa croissance économique

Modéré

Évolution du Chiffres d’affaires de Sodexo, de 1966 à 2018, en milliards d’euros

melchior

Source: Sophie LAMOUREUX, Sodexo, Document de référence 2017-2018 ; Dossier de presse, 50 ans au service de la qualité de vie, 2016 ; « Je me suis bien amusé ! », Pierre Bellon, 2006

Question 1 – Définir ce qu’est un Chiffre d’Affaires (CA) : distinguer Chiffre d’Affaires (CA) et Valeur Ajoutée (VA)

Question 2 – Lire les données entourées.

Question 3 – Calculer, par un calcul approprié, l’évolution du CA entre la période 1966-1970 et 2018.

Voir la correction

Question 1 – Définir ce qu’est un Chiffre d’Affaires (CA) : distinguer Chiffre d’Affaires (CA) et Valeur Ajoutée (VA)

Le Chiffre d’affaires (CA) mesure la production vendue, au prix de marché.

CA = Quantité(produite,vendue) x Prix de marché

La Valeur Ajoutée calcule la « richesse » produite par l’entreprise marchande : par richesse, il faut entendre « l’art » de combiner les facteurs de production. Il ne suffit pas de doter une entreprise en facteurs (travail et capital) pour réussir à produire efficacement un produit de qualité ; il est nécessaire de réussir à articuler le plus harmonieusement (de bonnes relations entre les travailleurs sont nécessaires) et le plus efficacement (les outils à disposition doivent être maîtrisés par les travailleurs) possible les facteurs de production.

Valeur Ajoutée = Chiffres d’affaires – Consommations intermédiaires

Question 2 – Lire les données entourées.

Le CA de Sodexo, calculé sur la période 1970-1983, s’élève à 0,215 milliards d’euros soit 215 millions d’euros.

Le CA de Sodexo, calculé sur la période 2005-2014, s’élève à 15,3 milliards d’euros.

Question 3 – Calculer, par un calcul approprié, l’évolution du CA entre la période 1966-1970 et 2018.

Le CA de Sodexo, passant de 0,215 milliards d’euros en 1970 à 24,4 milliards d’euros en 2018, a augmenté de 9 388,37%.

Le CA de Sodexo, passant de 0,215 milliards d’euros en 1970 à 24,4 milliards d’euros en 2018, a été multiplié par 94.

Document 4 – Sodexo, l’évolution de ses effectifs

Modéré

Évolution des effectifs salariés, de 1966 à 2018, en milliers

melchior

Source : Sophie LAMOUREUX, Sodexo, Document de référence 2017-2018 ; Dossier de presse, 50 ans au service de la qualité de vie, 2016 ; « Je me suis bien amusé ! », Pierre Bellon, 2006,

Question 1 – Lire les données entourées

Question 2 – Calculer, par un calcul approprié, l’évolution de l’effectif salarié entre la période 1966-1970 et 2018.

Question 3 – « Notre ambition est d’améliorer un jour la qualité de vie d’un milliard de personnes à travers le monde. », Sophie Bellon, Présidente du Conseil d’administration, 2018. À partir des documents précédents, commenter la phrase de Sophie Bellon, en réalisant un bilan de la situation économique de Sodexo (passé, présent, avenir).

Voir la correction

Question 1 – Lire les données entourées

L’effectif salarié de Sodexo, calculé sur la période 1970-1983, est de 36 000 salariés.

L’effectif salarié de Sodexo, calculé en 2018, est de 460 000 salariés.

Question 2 – Calculer, par un calcul approprié, l’évolution de l’effectif salarié entre la période 1966-1970 et 2018.

L’effectif de Sodexo, passant de 36 000 salariés en 1994 à 460 000 salariés en 2018, a été multiplié par 12,78.

Question 3 – « Notre ambition est d’améliorer un jour la qualité de vie d’un milliard de personnes à travers le monde. », Sophie Bellon, Présidente du Conseil d’administration, 2018. À partir des documents précédents, commenter la phrase de Sophie Bellon, en réalisant un bilan de la situation économique de Sodexo (passé, présent, avenir).

melchior

Document 5 – Sodexo, ses statuts juridiques

Modéré

Document 5-a : 

Entrepreneur et chef de clan, Pierre Bellon a autant à cœur, lorsqu’il crée Sodexo le 9 mars 1966, de se doter de la structure qui lui permettra de conduire ses activités dans les meilleures conditions que de garder la famille unie. […]

Il prend soin de régler, au travers d’une charte familiale, les relations avec son frère et ses sœurs. Il accepte, à la demande de son père, de les faire entrer au capital de Sodexo mais à 2 conditions : que lui-même contrôle la majorité du capital et qu’ils se limitent au rôle d’actionnaires. Pas questions qu’ils se mêlent du management de l’entreprise. La charte impose au dirigeant de rémunérer le capital et fixe les minima de dividendes à distribuer aux actionnaires. Si cette règle n’est pas tenue, les actionnaires peuvent demander que leurs parts soient rachetées par le dirigeant, à dire d’experts. Par contre, si cela est respecté – ce qui a été le cas depuis toujours – les actionnaires ne peuvent s’immiscer dans la gestion ou la direction de l’affaire. Ainsi est posé un principe qui, 40 ans plus tard, reste toujours valable : « Ne pas confondre l’organigramme de l’entreprise et l’arbre généalogique. »

Source : « Je me suis bien amusé ! », Pierre Bellon, 2006

Document 5-b : Actionnariat et performance boursière

melchior

melchior

La première cotation a eu lieu le 2 mars 1983 au cours ajusté de 1,55 euros. Au 31 aout 2018 (dernière séance de l’exercice 2018), l’action cotait 89,72 euros en clôture. Depuis sa première cotation, la valeur de l’action Sodexo a été multipliée par 58 alors que, sur la même période, le CAC40 n’a été multiplié que par 14,5. La progression de Sodexo est donc largement supérieure à celle du CAC40. Depuis son introduction en bourse en 1983, le titre Sodexo a connu une croissance annuelle moyenne, hors dividende, de +12,3%.

Source : Sodexo, Document de référence 2017-2018

 

Question 1 – Définir les termes suivants : capital social, actionnaires, dividendes.

Question 2 – En 2012, le journal économique Challenges titrait un de ses articles : « Pourquoi le capitalisme familial est le meilleur ». Justifier cette phrase à l’aide du document 5, et des documents précédents.

Voir la correction

Question 1 – Définir les termes suivants : capital social, actionnaires, dividendes.

  • Le capital social désigne toutes les ressources en numéraire et en nature définitivement apportées à une société (SARL /SA) par ses actionnaires (ou associés) au moment de sa création (ou d'une augmentation de capital). En contrepartie, ces derniers reçoivent certains droits sociaux. Le capital social correspond à la valeur nominale de l'ensemble des actions. Le capital social figure généralement sur l'ensemble des documents commerciaux d'une entreprise. Le capital social est une des composantes des capitaux propres d'une entreprise au même titre que les réserves et le résultat de l'exercice. En cas de liquidation judiciaire, il est restitué aux apporteurs de capitaux après remboursement des créanciers.
  • Les actionnaires sont donc les détenteurs des parts sociales du capital social : être actionnaire signifie devenir propriétaire de l’entreprise, et de ce fait prendre les décisions stratégiques concernant l’entreprise. Dans les grandes entreprises, le conseil des actionnaires est le Conseil d’administration.
  • Le dividende est la part des bénéfices d'une société distribuée à un associé/actionnaire : c’est donc la rémunération des propriétaires pour avoir « sacrifié » leurs ressources financières pour apporter des ressources à une entreprise. Cette distribution a lieu à la fin d'un exercice après une décision de l'assemblée générale annuelle. Les dividendes perçus par un associé sont imposés fiscalement.

Question 2 – En 2012, le journal économique Challenges titrait un de ses articles : « Pourquoi le capitalisme familial est le meilleur ». Justifier cette phrase à l’aide du document 5, et des documents précédents.

Le capitalisme est un mode de régulation économique, qui s’appuie sur la propriété privée des moyens de production. Il repose sur trois critères principaux : le salariat, la propriété privée des moyens de production, et un modèle de régulation décentralisée par le marché ou par les prix. Le régime capitaliste est gouverné par la recherche de profit et la liberté de circulation des capitaux.

Pour l’European Family Businesses (association promouvant le capitalisme familial en Europe), la définition adoptée par le groupe d’experts de l’Union européenne est la suivante : une entreprise, de toute taille, est familiale si : la majorité des droits de vote sont en possession de la personne physique qui a créé ou acheté l’entreprise, ou de son conjoint, ses parents, enfants ou descendants directs ; la majorité des droits de vote sont détenus directement ou indirectement ; au moins un représentant de la famille est formellement impliqué dans la gouvernance de l’entreprise ; pour une société cotée en Bourse, la personne qui a créé ou acheté l’entreprise ou sa famille ou ses descendants possède au moins 25 % des droits de vote. (Blondel Christine, « Investissement à long terme et capitalisme familial », Revue d'économie financière, 2012/4 (N° 108), p. 57-68. DOI : 10.3917/ecofi.108.0057) 

« Il prend soin de régler, au travers d’une charte familiale, les relations avec son frère et ses sœurs. Il accepte, à la demande de son père, de les faire entrer au capital de Sodexo mais à 2 conditions : que lui-même contrôle la majorité du capital et qu’ils se limitent au rôle d’actionnaires. Pas question qu’ils se mêlent du management de l’entreprise. » (Document 5-a-)

À la création, Pierre Bellon s’assure la stabilité de son capital (il fait de ses frères et sœurs ses associés) par la confiance qu’il peut avoir dans ses associés qui est aussi sa fratrie. De plus, par la charte, il s’assure de pourvoir diriger seul l’entreprise qu’il vient de créer. Et enfin, il va pouvoir inscrire dans le long terme le développement de l’entreprise : il y a ici souhait de pérennité et de transmis mission intergénérationnelle. D’ailleurs, c’est aujourd’hui Sophie Bellon, fille de Pierre Bellon (Document 4) qui préside aux destinées de Sodexo.

Sodexo est donc l’illustration d’un « capitalisme familial » car il a les caractéristiques suivantes :

  • « capital financier patient » i.e. une vision à long terme et un horizon de temps générationnel. L’entreprise existe depuis 1966 (53 ans de durée de vie à ce jour – Document 3), avec un actionnariat familial pérenne (en 2018, 42,2% des actions du capital social de Sodexo est détenu par la famille Bellon, soit la majorité relative de blocage et la famille Bellon dispose de 57, 2% des droits vote exerçables, ce qui lui permet de présider encore seule aux décisions de l’entreprise – Document 5-b-)
  • « gestion de son propre argent », i.e. l’actionnaire familial (famille Bellon – Document 5-b-) est identifiable et actif dans la gouvernance de l’entreprise (Sophie Bellon, Présidente du Conseil d’administration) et use des dividendes avec rigueur et parcimonie afin de favoriser au plus l’autofinancement.
  • « ancrage dans une communauté, une région et une politique humaine des relations avec les employés » i.e. les relations sociales sont durables (cf Fiche Métier – Philippe TRAISSAC, 25 ans d’ancienneté et de promotion chez Sodexo) et les salariés sont aussi amenés à devenir partie prenante du capitalisme actionnarial (en 2018,  les 1,2% des actions de Sodexo sont détenues par les salariés).
  • « importance d’éléments non financiers », i.e. l’actionnaire familial contribue, non seulement au capital social financier, mais aussi au capital humain et social par son engagement personnel  et les liens qu’il entretient avec ses employés et les autres acteurs : une référence aux « valeurs » de l’entreprise est souvent faite.(« Notre mission, améliorer la qualité de vie de nos collaborateurs et de tous ceux que nous servons ; Nos valeurs, l’esprit de service, l’esprit d’équipe, l’esprit de progrès ; Nos principes éthiques, la loyauté, le respect de la personne et l’égalité des chances, la transparence, le refus de la corruption et de la concurrence déloyale »)

Pourquoi donc le capitalisme familial serait-il le meilleur ?

Car il offre pérennité et donc aussi une rentabilité économique indéniable et régulière : ainsi, le cours de l’action Sodexo, passant de 1,55 euros en 1983 date de son introduction en Bourse à 89,72 euros, a été multiplié par 58 alors que l’indice CAC40 n’a été multiplié que de 14,5 (Document 5-b). Quand on observe la courbe formée par l’évolution du cours de l’action Sodexo, on remarque une tendance nette à l’augmentation, malgré les fluctuations.

FICHE N°3 : Fiche métier

Objectifs d’apprentissage :

  • Décrire et illustrer des métiers d’aujourd’hui et de demain.

Fiche métier - Philippe Traissac (Sodexo)

Modéré

melchior

melchior

melchior

Question 1 – Définir les termes professionnels suivants : emploi, qualification, compétences, expérience, savoir, savoir-faire, savoir-être, savoir-devenir.

Question 2 – Pourriez-vous préciser les tâches que vous décrivez ? (rechercher les termes techniques, faire expliciter les anglicismes)

Question 3 – Pensez-vous qu’aujourd’hui, avec un BTS, il est possible d’accéder à ce type d’emploi ? (réaliser le/les liens entre formation initiale et parcours professionnel)

Question 4 – Qu’est-ce qui vous fait rester aussi longtemps chez Sodexo ? (faire expliciter les relations que l’individu dans l’emploi entretient avec l’entreprise dans laquelle il travaille et vit)

Voir la correction

Question 1 – Définir les termes professionnels suivants : emploi, qualification, compétences, expérience, savoir, savoir-faire, savoir-être, savoir-devenir

  • À la différence du terme « travail » qui définit le facteur de production Travail (ou Force de travail), le terme « emploi » se définit comme toute activité productive de travail, rémunérée, déclarée.
  • Le terme « qualification » désigne principalement la capacité à  exercer un emploi ou un poste déterminé. Cette qualification est essentielle pour assurer l'employabilité des personnes actives. Elle est "mesurée" par les diplômes acquis ou l'expérience des personnels. Elle peut s’utiliser dans 2 sens distincts :

►Lorsqu'il s'agit de la qualification d'un emploi, on repère les qualités et capacités humaines nécessaires pour occuper un emploi. L'ensemble des savoir-faire dans l'entreprise doit ainsi être détaillé et répertorié. Ceci permet notamment d'obtenir des grilles de qualification, nécessaires à  l'établissement des salaires. Chaque branche de l'économie détermine alors des classifications d'emplois, des titres et niveaux hiérarchiques, afin d'établir les conventions collectives (« Une convention collective est un accord écrit qui résulte de la négociation entre syndicats de salariés et d'employeurs. La convention collective traite : des conditions d'emploi, de formation professionnelle et de travail des salariés, et de leurs garanties sociales. » - https://www.service-public.fr › particuliers › vosdroits ) Il faut d'ailleurs noter que la notion de qualification des postes apparaît dans les années 1930, lorsque le souci est d'organiser une première classification sociale distinguant en particulier l'ouvrier spécialisé de l'ouvrier qualifié.

► Lorsqu'il s'agit de la qualification d'un travailleur, il faut distinguer deux significations :

l peut s'agir de la formation initiale validée par un diplôme ; on parle alors qualification personnelle, acquise par l'enseignement essentiellement.

Il peut s'agir aussi de l'expérience, c'est à  dire la qualification acquise au sein de l'entreprise, reprise parfois sous le terme de learning by doing. Ces deux types de qualifications sont essentiels pour évoluer au sein de l'entreprise.

  • Le terme « compétence » peut se définir comme :

« Les compétences sont définies en l'occurrence comme un ensemble de connaissances (savoirs), d'aptitudes (savoir-faire) et d'attitudes (savoir-être et savoir-devenir) appropriées au contexte. Les compétences-clés sont celles nécessaires à tout individu pour l'épanouissement et le développement personnels, la citoyenneté active, l'intégration sociale et l'emploi.» (http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/).

Être compétent signifie être capable de mobiliser une multiplicité de ressources (internes et externes à l’individu), dans une situation donnée, pour agir. La compétence est transversale, transférable.

Le déchiffrement et la lecture d’un document statistique est une compétence à caractère scolaire, transversale i.e. utile aux travail des matières de SES, SVT, Histoire/Géographie en autre au lycée et transférable aux objectifs posées par les études supérieures. La coopération au sein d’un groupe de travail est une compétence scolaire certes mais aussi professionnelle.

  • L’ « expérience» professionnelle, au sens strict, apparait lorsque l’individu utilise tout son temps de travail à l’activité productive et acquiert ou se découvre des compétences par ce travail lui-même. Cela correspond à l’apprentissage par la pratique (learning by doing). Les dictionnaires définissent l’expérience comme une connaissance acquise par la pratique, accompagnée d’une réflexion sur cette pratique, ce qu’Henry Fayol (   ) exprimait en écrivant : l’expérience, « c’est  le souvenir des leçons qu’on a soi-même tirées des faits ».

Elle est soumise à une triple relativité : elle dépend de l’individu qui est plus ou moins capable de tirer lui-même leçon des faits ; elle dépend du contexte car il y a des situations de travail plus ou moins porteuse d’expériences potentielles ; elle dépend enfin du système éducatif car, plus la formation explicite est développée et diversifiée, et plus le domaine de l’expérience change de nature.

  • Le « savoir » regroupe l’ensemble des connaissances théoriques et pratiques apprises par l’individu. Le savoir-faire fait référence à la connaissances des moyens, à l’habilité développée par l’individu. Les savoir-être mettent en avant les capacités et « qualités » personnelles intrinsèques à l’individu et le savoir-devenir « ajoute au précédent une perspective dynamique et temporelle : la manière dont la personne se met en projet en tentant d'infléchir le cours des choses, en cherchant du sens dans son futur » (Marcel Lebrun).

Question 2 – Pourriez-vous préciser les tâches que vous décrivez ? (rechercher les termes techniques, faire expliciter les anglicismes)

Question 3 – Pensez-vous qu’aujourd’hui, avec un BTS, il est possible d’accéder à ce type d’emploi ? (réaliser le/les liens entre formation initiale et parcours professionnel)

Question 4 – Qu’est-ce qui vous fait rester aussi longtemps chez Sodexo ? ( faire expliciter les relations que l’individu dans l’emploi entretient avec l’entreprise dans laquelle il travaille et vit)

Ces questions sont des questions-type posées par un DRH et doivent permettent de « lire » des informations implicites dans un CV : il n’est donc pas prévu qu’il y ait de correction à ces questions.

Ces questions sont prévues pour être posées quelque soit le CV (le profil) de la personne en emploi.

Ces ressources peuvent vous intéresser :