Exercice
Exercice de cours

Question 4 - Quelles sont les principales défaillances du marché ?

Difficultés 
Exercice 1 - L'information

Trouvez, pour chacun des exmeples cités, des moyens qui permettent d'améliorer l'information du consommateur (ou demandeur) 

Difficultés 
Exercice 2 - La propriété d'un bien

Placez correctement les exemples suivants dans le tableau : défense nationale, banc de poisson, une paire de chaussures, inscription à une salle de sport «;clubmed gym», jardin public, éclairage d’un phare, achat d’un ipad, Film sur Canal +, une séance de cinéma, une route embouteillée.

Difficultés 
Exercice 3 - Vrai ou Faux

Répondez par vrai ou faux

  1. Une asymétrie d’information signifie que tous les agents économiques sont mal informés

  2. Il est possible de faire du profit en produisant un bien collectif pur

  3. On peut identifier facilement le consommateur d’un bien privé

  4. La production des biens collectifs est financée par les prélèvements obligatoires

Difficultés 
Exercice 4 - Taxation des boissons sucrées : critiques des spécialistes de la santé

Dans son plan visant à une réduction de la dette, François Fillon a annoncé mercredi qu'une accise (impôt de consommation) spécifique serait créée sur les boissons sucrées, "dont le taux sera aligné sur celui du vin". Les jus de fruits sans sucres ajoutés et les produits contenant des édulcorants ne sont pas concernés par cette mesure.

"Ca va permettre que tous ces produits sans sucre ajouté coûtent au final moins cher que les autres et qu'on puisse adapter et changer son comportement", s'est réjoui jeudi le ministre de la santé Xavier Bertrand.

Le député PS Gérard Bapt, rapporteur spécial de la mission santé de l'Assemblée nationale, a aussitôt estimé dans une lettre à M. Bertrand que la taxation des boissons sucrées au nom de l'obésité "pose un problème", dans la mesure où elle risque de conduire à l'augmentation de la consommation des boissons avec édulcorant.

Il rappelle que deux études récentes "ont lancé l'alerte" sur la possibilité d'effets indésirables de l'édulcorant le plus consommé, l'aspartame.

Le nutritionniste Laurent Chevallier, du Réseau environnement santé, est allé dans le même sens en regrettant que les sodas light et les jus de fruits industriels soient exclus de cette mesure. Il a estimé aussi qu'elle n'était pas assez dissuasive et qu'il fallait une taxe "à 100 ou 200%".

                                                      Par Christine COURCOL, Les échos.fr, 18/08/2011

  1. Quel est l'objectif de l'Etat dans cette disposition ? Quels sont les risques encourus par cette consommation de boissons sucrées ? 

  2. Pour les spécialistes, l'obésité s'explique t'elle par l'augmentation de la consommation de sodas ? Existe-t-il d'autres facteurs ? Quel comportement pourrait adapter l'industrie agroalimentaire face à cette décision pour ne pas impacter leurs ventes ? 

Difficultés 
Exercice 5 - Reliez les biens aux mots qui les déterminent