Document 3. Déficit et dette publics dans l’Union européenne

Facile

cartes comparatives.

 

  1. A l’aide des deux cartes, caractérisez la situation de la France et de l’Allemagne.

  2. Que nous révèle la comparaison de ces deux cartes quant au lien entre déficit et dette publics ?

Voir la correction

1) Selon ces données de 2018 émanant d’Eurostat, la France se caractérise par un déficit public situé entre 1,5 % et 3 % du PIB (2,5 % si l’on se rend sur le lien indiqué) tandis que l’Allemagne affiche, elle, un excédent (de 2,4 % de son PIB). Il est intéressant de constater, au demeurant, que les montants sont assez équivalents et se compensent.

Très logiquement, on retrouve des écarts du même ordre sur le plan de la dette publique entre ces 2 pays : la dette publique française se situe à plus de 80 % du PIB (99,1 % en octobre 2018) tandis que l’Allemagne respecte le critère de convergence associé (61,5 % du PIB).

2) Les besoins de financement de certains pays sont compensés - et au-delà puisque la zone euro présente un excédent – par les capacités de financement des autres pays.

L’évolution de la dette dépend en partie du déficit public de l’année antérieure. En effet, celle-ci s’accumule tant qu’il y a des déficits qui dépassent la charge des intérêts portés sur la dette antérieure. Par conséquent, l’on peut constater une corrélation positive entre les pays déficitaires et les pays les plus endettés. C’est le cas de la France, de l’Espagne ou encore de l’Italie. A une nuance près : ainsi, cette dernière n’a pas un déficit public supérieur à 3 % du PIB mais sa dette atteint 133 % du PIB en 2018. Cela tient à l’ampleur de la dette antérieure.