Cours

Cours de Ménages et consommation : 1. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs ?

Question 1. Comment le revenu des ménages est-il utilisé ?

Découverte

Document 1: Les revenus d’une famille

M. et Mme Balthazar perçoivent l’un et l’autre un salaire de 1800 euros par mois. Ils ont 3 enfants et reçoivent, à ce titre, 270 euros par mois d’allocations familiales. Ils possèdent un studio qu’ils louent à un étudiant pour un loyer de 320 euros par mois.

 

1)  Reliez chaque type de revenu perçu par la famille Balthazar à sa catégorie

 

2) Calculez le revenu mensuel de la famille Balthazar

 
 
 
Document 2 - Les autres types de revenus

Le frère de Mme Balthazar est avocat, sa sœur est agricultrice, son père est retraité, sa mère est caissière dans un hypermarché. Le frère de M. Balthazar est chômeur.

 

3) Indiquez par une croix de quelle catégorie de revenu il s’agit

Document 3 - L’utilisation du revenu

La famille Balthazar utilise son revenu mensuel de la façon suivante :

•    consommation alimentaire : 800 €
•    habitation (électricité-gaz, équipement, ...) : 900 €
•    habillement : 430 €
•    transports et communication : 870 €
•    loisirs (vacances, sorties, ...) : 600 €
•    hygiène-santé : 190 €

 

 

4) Calculez le total de leur consommation mensuelle

5) Quelle part la consommation représente-t-elle en % du revenu mensuel ?

6) Comment peut-on appeler la part du revenu total qui, chaque mois, n’est pas consommée ?

Document 4 - Consommation ou épargne ?

 

7)  Cochez la case qui vous semble correspondre

 

 

 

 

Document 5 - Une vision d’ensemble

 

 

8) Calculez la part de chaque type de revenu dans le total des revenus des ménages. Reportez les résultats dans le tableau ci-dessous

 

Document 6 - L’utilisation du revenu disponible en France

 

9) Donnez une définition du revenu disponible

10) Calculez la part de la consommation dans le revenu disponible français pour chaque année. Déduisez-en la part de l’épargne.

11) Choisissez la ou les définition(s) de la consommation qui vous semble(nt) correcte(s) parmi les propositions suivantes :

•    La consommation est le fait d’acheter des biens alimentaires
•    La consommation consiste à détruire un bien de façon plus ou moins rapide
•    La consommation consiste à payer pour obtenir quelque chose
•    La consommation est indispensable pour satisfaire un besoin
•    La consommation, c’est accumuler des biens

 

12- Justifiez chacune des propositions suivantes :

•    Epargner, c’est ne pas consommer.
•    L’épargne rapporte des revenus.
•    L’épargne est une consommation différée.
•    Cacher de l’argent dans une armoire est tout autant de l’épargne qu’un placement en banque.

Document 7 - Le livret A

A partir de ce document de référence – Le taux du livret A au plus bas ( http://www.melchior.fr/Le-taux-du-livret-A-au-plus-ba.10281.0.html ) – , répondez aux questions suivantes :

 

13) Qu’est-ce que le "livret A" ?

14) Pourquoi dit-on qu’il s’agit d’un "produit d’épargne défiscalisée" ?

15) Pourquoi peut-on dire qu’il s’agit d’une épargne "populaire" ?

16) Qu’appelle-t-on le "taux du livret A" dans ce graphique :

•    La part en % des livrets A dans l’ensemble de l’épargne ?
•    Le taux d’intérêt que reçoit l’épargnant ?
•    Le taux de variation de l’épargne déposée sur les livrets A ?

 

Document 8 - Pourquoi épargner ?

"Les Français ne font pas exception.
Leur première inquiétude, pour 2010, selon un sondage Harris Interactive pour RTL : la dégradation du marché de l’emploi (69 %), contre 33 % pour les conséquences du réchauffement climatique et 18 % pour la menace terroriste.
Leurs raisons d’espérer ? La reprise économique (64 %) (...) puis la hausse du pouvoir d’achat (57 %) (...).
En 2009, le taux d’épargne des ménages a progressé de 2 points, pour atteindre 17 % des revenus, un niveau qu’on n’avait plus vu depuis 1983. Preuve supplémentaire de cette prudence, ce sont les placements extrêmement sûrs que les français plébiscitent (livret A et assurance-vie)."

Source: Le Monde , Pierre-Antoine Delhommais, "La France a peur, la France épargne", 10/01/10.

 

17)  D’après ce texte, à quel type de sentiment l’épargne est-elle liée ?

Document 9 - D’autres raisons d’épargner ?

Il ne s’agit plus de se restreindre pour satisfaire à un quelconque esprit sacrificiel ni de flamber d’un seul coup une somme durement épargnée, mais de « réaliser des projets » ou de « répondre à des préoccupations précises ». (...) Cette épargne-projet occupe une place centrale chez les moins de 50 ans (...).

Source: Le Monde, Yves Mamou, « Si leurs aînés s’en détournent, les jeunes Français adoptent l’épargne de précaution », 8/01/02.

 

 

18) Est-ce la même logique d’épargne qui est décrite ici ?

Document 10 - Un cas particulier, l’épargne salariale

Il existe trois dispositifs majeurs d'épargne salariale en France :

 

• L'intéressement Créé en 1959, l'intéressement est un dispositif facultatif permettant aux salariés de profiter des résultats de leur entreprise. Les sommes versées au titre de l'intéressement sont immédiatement disponibles (et doivent donc être versées au salarié). (...)
Bien que les sommes dues au titre de l'intéressement soient immédiatement disponibles, le salarié peut décider de les capitaliser dans le cadre d'un plan d'épargne. Ces sommes sont alors bloquées pour une durée minimum de cinq ans, tout comme la participation, et bénéficient d'exonérations fiscales accrues par rapport au dispositif classique.

 

• La participation Créée en 1967 dans le cadre de l'ordonnance relative à la participation des salariés aux fruits de l'expansion, la participation permet de distribuer aux salariés une fraction des bénéfices réalisés par leur entreprise. Cette participation est obligatoirement bloquée pendant cinq ans et placée, à la différence de l'intéressement. Toutefois, il existe des possibilités de déblocage anticipé en cas de mariage, d'invalidité, de cessation du contrat de travail. (…) Ce dispositif est obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés, facultatif pour les autres, et ce à la différence de l'intéressement qui est totalement facultatif.

 

• Le plan d'épargne d'entreprise (P.E.E.) Le plan d'épargne d'entreprise doit permettre aux salariés de se constituer un portefeuille de placements avec l'aide de l'entreprise. Il est mis en place soit par un accord conclu entre l'entreprise et le personnel soit par la seule initiative de l'entreprise. A ces dispositifs principaux, on peut également ajouter les comptes épargne-temps, l'actionnariat salarié et les stock-options.

 

Source : Melchior, étude de cas, les enjeux de l’épargne salariale ( http://www.melchior.fr/Les-enjeux-de-l-epargne-salari.4999.0.html ) – Extraits.
 

 

 

19) Comment le salarié peut-il épargner dans le cadre de son entreprise ?

20) Est-ce un type d’épargne accessible à tout le monde ?

Approfondissement

Les ménages perçoivent différents types de revenus

Il s’agit, pour une grande partie d’entre eux, de revenus issus de leur participation à l’activité économique.

Un grand nombre de ménages reçoit un salaire, c’est à dire un revenu de l’activité salariale exercé dans une entreprise ou une administration.
Certains ménages perçoivent un revenu d’activité non salariale, quand ils sont indépendants donc non salariés. On appelle aussi ce revenu, revenu mixte, car on considère qu'il rémunère le travail mais aussi les investissements qui sont réalisés en achetant des terres, un magasin ou des machines par exemple.

Les ménages peuvent aussi recevoir des revenus liés à la possession d’un bien (placements financiers ou biens immobiliers). On parle alors de revenus de la propriété. Les intérêts reçus sur un livret A et le loyer perçu par le propriétaire d’un studio, par exemple, sont des revenus de la propriété.

Les revenus d’activité ajoutés aux revenus mixtes et aux revenus de la propriété constituent le revenu primaire des ménages. Il fait l’objet de prélèvements (impôts et cotisations sociales) qui permettent à l'Etat de distribuer des revenus sociaux qu’on appelle revenus de transferts. Il s’agit par exemple des retraites, des allocations familiales, des indemnités de chômage ou des bourses scolaires.

Si l’on additionne le revenu primaire et les revenus de transferts et que l’on soustrait les prélèvements obligatoires, on obtient le revenu disponible des ménages.

Du revenu disponible à la consommation

Le revenu disponible des ménages permet la consommation. L’INSEE l’appelle la consommation finale dans la mesure où elle a pour objet la satisfaction directe des besoins des ménages.
Cette consommation des ménages peut être marchande ou non-marchande : dans le premier cas, le bien est acquis en échange d’un prix ; dans le second cas, le bien peut être gratuit ou offert à un prix inférieur à son coût de production. La consommation non-marchande concerne donc plutôt des services tels que la sécurité (la police, la gendarmerie), l’assistance (les pompiers, l’hôpital). Attention, l’achat d’un vêtement en solde reste une consommation marchande même si, exceptionnellement, le bien est payé en dessous de son coût de production !

L’INSEE regroupe les consommations des ménages en différents postes (alimentation, logement, transports...) qui portent sur des biens (achat d’aliments ou de meubles) ou des services (repas au restaurant ou coupe de cheveux chez le coiffeur).

Les biens peuvent également être distingués selon leur nature : certains disparaissent très vite (le pain), ce sont des biens non-durables. D’autres sont durables (automobile) ou semi-durables (vêtements).

L’épargne, un résidu ?

On appelle épargne la part du revenu qui n’est pas consommée immédiatement. Il peut s’agir de liquidités (épargne liquide) disponibles facilement pour une consommation différée. Le livret A illustre cette forme d’épargne tout comme les différents plans ou comptes proposés par des banques.
L’épargne peut également être placée. C’est le cas de l’épargne salariale ou de l’épargne sous forme d’acquisitions immobilières ou d’achat de valeurs mobilières (actions ou obligations).

La part du revenu disponible qui est consacrée à l’épargne est appelée le taux d’épargne. Son niveau est extrêmement variable d’un pays à l’autre. En France, il est relativement élevé. Son niveau peut également varier dans le temps, l’exemple américain le prouve (cf exercice 5).

Le comportement d’épargne permet aux ménages de se constituer une réserve, l’épargne de précaution. La peur de l’avenir est un moteur de l’épargne. Mais les épargnants peuvent aussi obéir à une logique de projet (immobilier ou professionnel).
Ces motivations sont évidemment liées à l’âge et au niveau de revenu des ménages.

À lire

Partage