Onglets principaux

Cours de Entreprises et production : 1. Qui produit des richesses ?

Question 3. Quels sont les critères de distinction des entreprises ?

Découverte

Document 1 - Les pousses vertes du groupe Carrefour

Les Bretons consomment davantage bio . Le bio pèse 6% du chiffre d'affaires des dix magasins Carrefour en Bretagne, contre 4% dans le reste de l'Hexagone.

Une gamme maison. Carrefour vend déjà 250 produits sous sa marque «Carrefour Agir Bio». «Labellisés AB (Agriculture Biologique) et certifiés par un organisme indépendant, ils sont vendus 30% moins chers que dans les magasins spécialisés, assure Agnès Pondaven de chez Carrefour». À côté des fruits et légumes, on trouve désormais du champagne, du cidre, des petits pots pour bébé, des T-shirts, des fleurs et même des engrais utilisables en agriculture bio.

14000 tonnes de fruits et légumes biologiques ont été vendus en 2007 dans les rayons de Carrefour, sur un total de 450000 tonnes. Jean-Paul Bohic vend 20% de ses choux-fleurs et la totalité de ses pommes de terre primeur à l'enseigne nationale dans le cadre d'un partenariat. Le maraîcher s'engage sur la qualité de ses cultures mais pas uniquement. «Je dois, par exemple, installer une cuve pour récupérer les lubrifiants sous le tracteur en cas de fuite, indique l'agriculteur. Je vais également ériger un talus de 200 mètres à leur demande». De son côté, Carrefour donne la priorité aux approvisionnements français (64% des références en bio) et s'engage à payer «le juste prix» aux producteurs.

La Sarl Poder, partenaire. Implantée à Mespaul, au cœur de la zone légumière léonarde, l'entreprise spécialisée dans le conditionnement et l'expédition de légumes biologiques est engagée par le biais de ses producteurs affiliés dans la démarche bio Carrefour depuis 2003. Elle commercialise 400 tonnes de légumes auprès du distributeur: choux-fleurs, échalotes, artichauts et pommes de terre primeur.

Source : Jean-Paul LOUÉDOC

 

 

1) Répertoriez les différents producteurs présentés dans cet article et présentez leurs caractéristiques.

2) Quelles sont les relations de dépendance qui existent entre ces producteurs ?

Document 2 - Les entreprises selon le nombre de salariés et l’activité

 

3) Faites une phrase indiquant la signification des deux chiffres en caractères gras et soulignés.

4) Qu’est-ce qu’une entreprise de «O» salarié?

5) Calculez l’augmentation du nombre total d’entreprises entre 2007 et 2008 et faites une phrase avec le résultat que vous obtenez.

6) Calculez la part des micro entreprises (moins de 10 salariés), des petites et moyennes entreprises (moins de  250 salariés), des entreprises de taille intermédiaires et des grandes entreprises (plus de 250 salariés).
Commentez vos résultats.

7) Calculez la part des entreprises dans le secteur secondaire et dans le secteur tertiaire en 2008.

 

Document 3 – Poids des entreprises selon leur taille en termes de valeur ajoutée en 2007 (en %)

 

8) Faites une phrase indiquant la signification du chiffre souligné de la dernière ligne du tableau en commençant la phrase par : « Sur 100………

9) Quelles sont les branches où les entreprises de plus de 250 salariés sont majoritaires ?

10) Décrire la répartition globale de la valeur ajoutée en fonction de la taille des entreprises.

Document 4 - Le groupe Lagardère

Lagardère est un groupe 100 % média comptant parmi les leaders mondiaux. Son chiffre d’affaires (CA) en 2009 s’élève à 7892 M€. Dirigé par Arnaud Lagardère, il est implanté dans plus de 40 pays et se structure autour de quatre métiers distincts et complémentaires :

•    Lagardère Publishing : Deuxième éditeur de livres grand public et d'éducation dans le monde (premier français, premier anglais, deuxième espagnol, cinquième américain), Lagardère Publishing est une fédération de maisons d'édition jouissant d'une grande indépendance éditoriale. Le  CA en 2009 est de 2 273 M€. Hachette est la marque d’édition mais d’autres marques y figurent également: Hatier, Le livre de Poche, Larousse, Fayard, Armand Colin, …..

•    Lagardère Active : La presse magazine ( ELLE, Paris Match ...), la radio (Europe 1, Virgin Radio, Radio Zet...), la télévision (Gulli, MCM, Mezzo...), la production audiovisuelle, le numérique (Doctissimo.fr, ELLE.fr...) et la régie publicitaire. Le CA est de 1725 M€.

•     Lagardère Services : Lagardère Services anime le premier réseau international de boutiques dédiées à la vente de presse et de services de proximité, de magasins duty free et de concepts spécialisés. Le CA est de 3387 M€.

•     Lagardère Unlimited : Dans le sport et le divertissement, Lagardère Unlimited innove et joue la complémentarité entre six univers : la représentation de talents artistiques et sportifs (Andy Roddick, Justine Henin, Joakim Noah, Gaël Monfils), la gestion d'académies sportives, l'exploitation et l'organisation d'événements, la gestion et la diffusion des médias, le marketing et le conseil. Le CA est de 507 M€.

Lagardère co-contrôle la société EADS dont il détient une participation de 7,5 %.

Source : http://www.lagardere.com

 

11)  A quel secteur d’activité appartient le groupe Lagardère ?

12) Complétez le tableau suivant :

13) Quelle est l’activité de la société EADS?

14) La société EADS est-elle une filiale du groupe Lagardère?

Document 5 – Le classement des 10 plus grandes entreprises françaises en 2008

 

15) Faites une phrase donnant la signification des chiffres en caractères gras et soulignés.

16) Précisez la branche de chacune de ces 10 entreprises: télécommunications, banque, commerce de détail, énergie, assurance, pétrole, automobile.

17) Classez ces entreprises dans leur secteur d’activité.

18) Y a-t-il une corrélation entre le montant du chiffre d’affaires et le nombre de salariés ?

Approfondissement

1. en fonction de leur taille

Les catégories d’entreprises ont été définies par le décret d’application (n°2008-1354) de l’article 51 de la loi de modernisation de l’économie. 

La micro entreprise est une entreprise occupant moins de 10 salariés et qui a un chiffre d’affaires annuel (ou un total de bilan) n’excédant pas 2 millions d’euros.

Les petites et moyennes entreprises occupent moins de 250 salariés et ont un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 millions d’euros (ou un total de bilan n’excédant pas 43 millions d’euros).

Une entreprise de taille intermédiaire a  entre  250  et 4999 salariés et soit un chiffre d’affaires n’excédant pas 1,5 milliard d’euros, soit un total de bilan n’excédant pas 2 milliards d’euros.

Une grande entreprise est une entreprise qui a au moins 5000 salariés et un chiffre d’affaires de plus de 1,5 milliard d’euros et 2 milliards de total de bilan.

2. en fonction de leur statut juridique

Une entreprise n’a qu’un seul propriétaire alors que pour former une société, il  faut au moins deux propriétaires.

Une personne morale se distingue des personnes physiques qui la constituent et/ou agissent en son nom. Elle a un patrimoine propre et le droit d’agir en justice pour défendre ses intérêts matériels ou moraux. Son patrimoine et ses intérêts sont distincts de ceux des personnes physiques qui la composent.

Un nouveau statut juridique, l’E.I.R.L. (entreprise individuelle à responsabilité limitée)  permettra, à partir du 1er janvier 2011, aux entrepreneurs individuels de protéger leur patrimoine personnel de leur patrimoine professionnel et d’opter pour une imposition à l’impôt sur les sociétés (IS), options déjà existantes pour les EURL. La création d’une EIRL a pour but également de simplifier les démarches de création d’entreprises.

3. en fonction de l’origine de leurs capitaux

Une entreprise publique est une entreprise dont le capital ou la majorité du capital appartient à l’Etat.

Une société privée, tout comme l’entreprise privée, appartient à des particuliers.

Voir le chapitre précédent : Qui produit ?
 

4. en fonction de leur appartenance à un groupe

Un groupe est un ensemble de sociétés dépendant d’un centre de décision (la société mère) qui définit les orientations stratégiques. Le groupe comprend une société mère (tête du groupe),  ses filiales (entreprises dont le capital est détenu à plus de 50 % par la maison mère) et les prises de participation (entreprises détenues à moins de 50 % par la maison mère).
 

La concentration est à l’origine de la constitution des groupes

La concentration des entreprises correspond au processus d’augmentation de la taille moyenne des unités de production. 

Elle s’opère par croissance interne, c'est-à-dire par extension des capacités de production, ou par croissance externe c'est-à-dire rachat ou prises de contrôle d’unités de production existantes.

Les concentrations n’ont pas toutes la  même finalité : 

La concentration est  horizontale lorsqu’elle réunit des activités situées au même stade de production. Elle se réalise par des opérations de fusion (exemple la fusion Caisses d'Épargne- Banques Populaires). Le but est de réaliser des économies d’échelle (car la mise en commun de moyens réduit les coûts fixes), de bénéficier d’effet de synergie (1+1=3) ou d’acquérir un pouvoir plus important sur le marché par rapport aux clients ou aux fournisseurs et ainsi d’améliorer le pouvoir de négociation de l’entreprise. La concentration peut  donner  naissance à une position dominante (oligopole ou monopole).

La concentration est verticale lorsqu’elle réunit des activités situées à des stades complémentaires du processus de production. Le but est de maîtriser la totalité du processus de fabrication pour plus d’indépendance et de maîtrise des coûts de production (limiter les frais intermédiaires et les coûts de transaction fournisseurs/clients).

La concentration est conglomérale lorsqu’elle associe des entreprises aux activités différentes. La logique est financière et correspond au souhait de multiplier les occasions de profit en investissant dans des secteurs qui peuvent être porteurs. La diversification des activités a pour but de limiter les risques liés à une crise localisée sur un secteur.

À lire

Partage