Moyennisation

Définition

processus caractérisé par le développement de couches sociales intermédiaires et conduisant à une atténuation des clivages existant entre groupes sociaux.

L'essentiel

Ce processus a d’abord été envisagé, dès le XIXème siècle, par Alexis de Tocqueville (1805-1859) alors qu’il analysait la tendance à l’égalisation des conditions qui caractérise, selon lui, les sociétés démocratiques. Tocqueville estime en effet, contrairement à l’analyse de Karl Marx, que les sociétés modernes tendent vers un rapprochement des modes de vie et qu’une vaste classe moyenne caractérisée par des valeurs matérielles en devient le principal groupe social. C’est l’analyse d’Henri Mendras dans La Seconde Révolution française (1988) qui remet ce terme à l’honneur dans le cadre de l’analyse des trente glorieuses. Mendras analyse la moyennisation de la société à l’œuvre dans la société des années 50-70 en mettant l’accent sur la diffusion d’un niveau de vie et d’un mode de vie moyens dans l’ensemble de la population, couplée avec le développement des classes moyennes regroupant une part croissante de cette population.

Ce qu’il nomme classes moyennes est constitué de groupes qui se trouvent dans une position intermédiaire entre les classes populaires et les classes dominantes. Il s’agit donc des classes moyennes traditionnelles telles que les artisans et les commerçants et des nouvelles classes moyennes salariées relativement qualifiées que sont les instituteurs, les techniciens, les cadres moyens, etc. Ces différents groupes se sont rapidement développés après 1945 et se sont rapprochés d’un point de vue sociologique. Dans la première partie du XXème siècle, le paysage social français était très segmenté entre une bourgeoisie aisée, des paysans encore en marge de l’économie marchande, des travailleurs indépendants et des prolétaires dans une grande précarité pour nombre d’entre eux. La reproduction sociale étant forte, chacun de ces groupes forme un monde social relativement isolé. Selon Mendras, en un siècle, les paysans se sont intégrés à l’économie et à la société moderne, la bourgeoisie vivant de ses rentes s’est réduite et les ouvriers ont perdu leur statut de prolétaires grâce à la hausse des niveaux de vie, à la redistribution et à l’Etat-Providence. Mendras insiste sur l’uniformisation des modes de vie qu’il illustre par la généralisation du jean et du barbecue. La diffusion de valeurs ancrées dans la consommation de masse, la généralisation du travail salarié féminin, la massification scolaire ont contribué à construire une culture commune.

Ces différents mouvements ont complètement modifié la structure sociale, selon Mendras. Le centre de la société française repose, selon lui, sur une vaste « constellation centrale » c’est-à-dire un ensemble de professions et catégories sociales (PCS) ayant en commun un niveau de revenu, un niveau de qualification moyenne ou supérieure et une forte mobilité sociale. Ces instituteurs, professeurs, ingénieurs, cadres administratifs moyens ne forment pas une classe sociale homogène dans la mesure où, à l’image d’une constellation composée de multiples étoiles, les groupes socioprofessionnels qui la composent ne sont pas liés entre eux par des relations réelles. Seul le sociologue les réunit pour leurs nombreuses proximités sociologiques.

Cette thèse de la moyennisation remet en cause le concept marxiste de lutte des classes. La constellation centrale n’a aucun adversaire, aucune autre classe à laquelle s’opposer. Au-dessus d’elle, existe une strate supérieure composée d’élites, en-dessous d’elle une constellation populaire, formée par les ouvriers et les employés et caractérisée par un niveau de revenu et de qualification plus faible que la moyenne. Ces groupes ne constituent pas des adversaires.

Depuis une trentaine d’années, la thèse de la moyennisation est largement remise en cause du fait du retour visible des inégalités. De nombreux sociologues rejettent l’idée même de l’existence des classes moyennes et l’existence de ces constellations du fait d’une polarisation croissante de la société française (c’est le cas aussi dans d’autres pays). Le ralentissement de la mobilité sociale, notamment chez les ouvriers et les employés, la précarisation de l’emploi, y compris dans des couches moyennes, ont conduit à ce que certains sociologues appellent une « société en sablier » c’est-à-dire très polarisée.

Des processus de déclassement social mènent à ce que Louis Chauvel nomme le « malaise des classes moyennes » caractérisé par le creusement des inégalités qui déstabilise le socle des classes moyennes et construit une fracture entre générations et une fragilisation de notre édifice social fondé sur l’idée de progrès économique et social. Louis Chauvel insiste sur l’impact sur les « classes moyennes » de la frustration née du chômage de masse et du déclassement scolaire c’est-à-dire l’écart croissant entre le nombre de titres scolaires délivrés et le nombre de postes et de positions sociales disponibles.

Certains sociologues considèrent, en revanche, que l’existence d’une classe moyenne est compatible avec l’existence de ces fortes inégalités. La question des classes moyennes continue donc de faire débat.

 

Lire à ce propos

Lire le cours de Terminale : Comment est structurée la société française actuelle ?

3 questions à …

1) La moyennisation des 30 glorieuses est-elle un mythe ?

2) Comment mesurer le déclassement social ?

3) La question des inégalités générationnelles est-elle aujourd’hui l’axe central ?

 

Retour au lexique