Quelle France dans dix ans ?

Jean Pisani-Ferry

L'ouvrage

La France sera tout d’abord confrontée à un monde en pleine mutation. Ces transformations seront tout à la fois démographiques : le monde comptera 8 milliards d’habitants en 2025, l’Union européenne 520 millions et la France 68 millions d’habitants ; techniques, avec des incertitudes sur le soutien du progrès technique à la croissance, de nouvelles inégalités liées à l’économie numérique, des enjeux politiques quant au fonctionnement de la démocratie avec les nouvelles technologies, ou les questions liées à la sécurité des citoyens. Mais elles seront aussi économiques, avec l’impact du rattrapage des pays émergents sur les économies développées, avec ses opportunités (nouveaux marchés dans la mondialisation) et les incertitudes qu’il implique (pression sur les salaires des travailleurs peu qualifiés, dégradation de l’environnement, guerre des monnaies). Dans le monde qui vient, où les rapports de forces entre les nations vont s’aviver (avec une multiplicité des zones d’instabilité), les intérêts économiques et géopolitiques s’entrechoquer, l’action collective et la volonté politique en faveur d’une gouvernance mondiale et des biens publics mondiaux (lutte contre les dérèglements climatiques, stabilité financière, prévention des risques sanitaires) pourrait bien s’essouffler, avec à la clé une fragmentation commerciale et financière de l’économie mondiale.

Dès lors, comment faire qu’en 2025, la France « fasse à nouveau école » ? Refaire de la France un pays attractif, un pays où l’on aspire à créer, à travailler, à vivre ? La France est classée au 18ème rang en termes d’indice du vivre mieux (Better Life Index) établi par l’OCDE, avec des atouts indéniables en termes de qualité de vie, mais elle enregistre des résultats insuffisants en matière d’emploi, d’éducation, d’engagement et de sécurité. Pour améliorer le bien être et le « vivre ensemble », le rapport France Stratégie pointe l’objectif cardinal de l’emploi, afin de remettre la France dans le premier tiers des pays européens en ce domaine. Pour cela, il faudra jouer simultanément sur une gamme élargie de leviers macroéconomiques comme les politiques conjoncturelles, mais aussi les institutions du marché du travail, l’éducation, la formation professionnelle, la recherche et l’innovation, etc. Il s’agira également de renforcer le Pacte républicain (« une République qui unit ») en donnant une effectivité plus grande à l’idéal d’égalité : pour cela, il faudra mieux lutter contre les discriminations, désamorcer les tentations communautaristes en brisant les mécanismes de ségrégation et de ghettoïsation à l’œuvre dans certaines zones du territoire. La France est historiquement une nation innovante, qui certes affectionne la stabilité et l’action de l’Etat, mais qui a permis à de nombreuses entreprises de briller dans la mondialisation, y compris dans les secteurs high tech. Pour « bâtir une économie du mouvement », il sera plus que jamais nécessaire de miser sur l’innovation et l’inventivité, en exploitant tout le potentiel de notre écosystème universitaire, économique, social et financier, et ce par des réformes des marchés du travail et des biens, car, pour l’heure, « nous n’avons pas les institutions économiques et sociales de nos aspirations innovatrices ».

Les freins au développement économique et social de la France

Si l’analyse rigoureuse indique que la France a réformé au moins autant que ses partenaires européens ces dernières années, les réformes mises en œuvre ont déçu car elles ont manqué d’ampleur (la méthode « gradualiste » a donné des résultats insuffisants), de cohérence (avec des réformes trop partielles et qui ne font pas système), et de continuité (avec des changements des règles du jeu trop fréquents qui ne donnent pas de visibilité). Le choix d’une méthode de réforme avec un horizon décennal pourrait alors être utile pour fixer des buts à atteindre et procéder aux ajustements nécessaires pour donner sens à des réformes graduelles. Pour obtenir des résultats, il faudra aussi surmonter nos dilemmes et une certaine défiance actuelle des citoyens dans nos institutions et la pérennité de notre modèle social. En agissant énergiquement dans trois domaines principalement : « revivifier notre démocratie » (diversifier les élites politiques, revenir sur le cumul des mandats par exemple), « recréer une politique de la responsabilité » (simplifier les échelons administratifs du pays pour clarifier les responsabilités locales), « rendre effective la promesse républicaine d’égalité » (lutte contre les inégalités scolaires, contre les discriminations à l’embauche et au logement, les inégalités territoriales dans l’accès à la santé, etc.) La dynamique de la croissance à l’ère du numérique, et la métropolisation croissante de l’économie mondiale (avec des activités à forte valeur ajoutées de plus en plus concentrées dans les centres urbains), vont immanquablement générer de nouvelles fractures territoriales qu’il faudra prendre en compte pour venir en aide aux zones les plus défavorisées. Le rapport indique ainsi que la France devra progressivement accélérer le passage d’une « économie abritée » à une « économie connectée » : pour enrayer la désindustrialisation qu’elle a subi et la rapide érosion de ses parts de marché à l’international, elle devra à la fois agir sur les leviers de la compétitivité prix (coûts salariaux) mais aussi sur ceux de la compétitivité hors prix (innovation, qualité, adaptation des produits à la demande mondiale, réputation des marques). Il sera nécessaire que l’Union économique et monétaire (UEM), pour l’heure toujours minée par de profonds déséquilibres structurels entre les pays du Sud et les pays du Nord de la zone euro, et par une architecture institutionnelle coincée entre le fédéralisme et l’intergouvernemental (« L’Europe de l’euro est toujours inachevée »), contribue mieux à la performance économique de ses membres. Cela pourra être le cas en favorisant une meilleure interconnexion des marchés (financiers notamment), mais aussi en donnant une plus grande capacité de mobilité aux travailleurs européens. A l’horizon de dix ans, le rapport prévoit que l’Union européenne devra nécessairement passer par une révision de son traité fondateur, et par un nouveau traité pour la zone euro.

Les grands objectifs de la France pour 2025

Après avoir dressé l’état des lieux, le rapport France Stratégie établit les grands objectifs de la nation à l’horizon 2025 (« fixer des directions et énoncer des objectifs ») : créer une démocratie de la confiance pour retisser notre lien social et réconcilier les citoyens avec les institutions politiques (interdiction du cumul des mandats, plus grande participation de la société civile aux assemblées élues, réforme de l’organisation territoriale pour rapprocher la carte administrative de la carte économique et sociale) ; établir une égalité républicaine effective (combattre toutes les discriminations, améliorer l’intégration des personnes en situation de handicap, investir dans les services de la petite enfance, réduire la fracture éducative en investissant en quantité et en qualité sur le primaire, lutter contre les décrochages scolaires et l’illettrisme) ; un Etat entreprenant et économe (accroître la part des emplois pourvus en Conseil des ministres par des non fonctionnaires, améliorer le taux de satisfaction pour les usagers des services publics et l’utilisation d’internet dans les relations des citoyens avec l’administration) ; une croissance qualitative et un développement sobre et durable (réduction de la dette publique ramenée à 75% du PIB, réduction des émissions nationales de gaz à effet de serre de 30%, essor de la fiscalité écologique) ; développer une société décloisonnée et ouverte sur le monde (développement d’universités ouvertes sur le monde, accroissement de la part des jeunes ayant séjourné à l’étranger dans le cadre de leurs études, placer la satisfaction des salariés sur leurs conditions de travail parmi les meilleures en Europe) ; une économie du mouvement (accroître le nombre de start up, le nombre de PME innovantes, accroître les dépenses de Recherche & développement, porter le taux d’ouverture de l’économie à 75%, accroître les recettes tirées du secteur touristique) ; refonder un modèle social lisible et inclusif (doubler le taux de transition annuel des CDD vers un emploi stable, réduire le non recours aux prestations sociales pour permettre aux citoyens d’exercer leurs droits sociaux, réduire de 30% le prix des logements) ; faire de l’Europe une force d’entraînement (favoriser l’harmonisation fiscale, l’interconnexion du marché du travail, l’extension du socle des droits sociaux européens, compléter le mandat de la Banque centrale européenne pour y intégrer la stabilité financière, faire converger les taux de chômage nationaux dans l’Union, favoriser l’intégration financière dans la zone euro et faire converger les taux d’intérêt sur la dette publique entre les pays membres).

Quel chemin à suivre pour la France ?

Le rapport précise qu’il ne délivre pas un catalogue de mesures « clés en main » mais évoque le choix d’une stratégie de réformes : il s’agit de séquencer les initiatives et les politiques publiques pour un certain nombre de raisons (le gouvernement dispose d’un capital politique limité, certaines réformes sont coûteuses pour les finances publiques, et les réformes doivent être cohérentes). Pour mieux apprécier ce à quoi aboutiraient une stratégie de ce type, il faut classer les initiatives recensées dans ce rapport en fonction de critères explicites : leur efficacité (à court et à long terme), leur impact redistributif (entre catégories sociales, territoires et générations), les coûts et bénéfices qu’elles peuvent engendrer. Tout en sachant que, comme le note le rapport, on ne peut guère concevoir de programme de transformation qui soit à la fois peu coûteux, favorable à l’équité, et susceptible d’effets immédiats. Dans ces conditions, tout gouvernement disposant d’un capital politique limité et soumis à une contrainte financière serrée est confronté à des choix difficiles. L’ordonnancement idéal des actions serait alors de concevoir une série de séquences qui seraient échelonnées dans le temps pour remplir deux conditions : chaque réforme engagée devrait être menée à bien en une seule séquence (pour éviter les réformes écourtées et peu cohérentes avec les précédentes) ; chaque séquence devrait être conçue en sorte d’être par elle-même juste (il faut naturellement viser l’efficacité de la réforme mais « l’équité doit être une préoccupation de tous les instants »).

Il s’agira, pour mettre en œuvre cette stratégie de réformes, de mobiliser les acteurs, et de retenir deux ingrédients : le débat avec la concertation des partenaires sociaux, pour la conduite et l’accompagnement des réformes, en impliquant les citoyens ; l’évaluation pour objectiver les constats et conduire les expérimentations.

Le rapport conclut en rappelant que les transformations économiques et sociales des dix prochaines années, même s’il s’agit d’un horizon lointain (« il y a dix ans Facebook ou Twitter n’existaient pas, et Apple ne vendait pas de téléphone »), n’en seront pas moins décisives pour notre pays, et que « le détour par le futur permet de mieux affronter les défis du présent ». Il rappelle également que pour mener une stratégie de réformes efficace et juste, le choix de « raisonner à dix ans implique d’abord de séparer l’essentiel de l’accessoire et le permanent du conjoncturel ». Selon France Stratégie, il s’agit de concevoir l’avenir comme un investissement, avec des efforts qui produiront des résultats, et l’horizon temporel de 2025 est pertinent car il dépasse celui d’une coalition politique et, avec la recherche du consensus, mobilise la société démocratique toute entière pour des changements profonds.

Quatrième de couverture

Les Français ne sont pas le plus mal loti des peuples, que ce soit en termes de niveau ou de qualité de vie. Pourtant, ils sont les plus pessimistes quant à leur avenir. Désunis et comme paralysés, ils se sentent mis à l’écart du progrès et peinent à se projeter dans l’avenir. Pouvons-nous inverser la tendance ? Quels buts la France peut-elle rêver d’atteindre dans dix ans ? Quelles priorités doit-elle se fixer ? Quels moyens doit-elle se donner ? Ces questions, le président de la République et le Premier ministre les ont posées à Jean Pisani-Ferry et aux équipes de France Stratégie (Commissariat général à la stratégie et à la prospective). Pour y répondre, ceux-ci ne se sont pas contentés d’un travail en chambre. Ils ont interrogé les Français. Ils ont sillonné le pays à la recherche des initiatives qui préparent nos lendemains. Ils ont recueilli les propositions des jeunes. Ils ont dialogué avec des parlementaires de tout bord. Ils ont écouté les think tanks, les partenaires sociaux et les associations. Ils ont confronté leurs analyses à celles des meilleurs experts français et internationaux. Cet ouvrage offre au lecteur l’essentiel d’un travail ambitieux, rigoureux et exemplaire.

L'auteur

  • Jean Pisani-Ferry est, depuis le 1er mai 2013, commissaire général à la stratégie et à la prospective. Il a été directeur de Bruegel, centre de recherche et de débat sur les politiques économiques en Europe qu’il a contribué à fonder en 2005 à Bruxelles. Il est l’auteur du réveil des démons. La crise de l’euro et comment nous en sortir (Fayard, 2011).