Petites histoires extraordinaires d'entrepreneurs

Paul-Henri Moinet et Dominique Julien

L'ouvrage

Les fonds d'investissement n'ont pas bonne presse. En période de croissance, ils sont accusés de se comporter en prédateurs et de ne voir dans les entreprises que des entités financières. En période de crise financière, ils sont soupçonnés d'en être à l'origine, du fait de leur comportement irresponsable sur les marchés. On n'entend que rarement leurs arguments en retour de ces critiques. C'est plus ou moins chose faite avec cet ouvrage qui, indirectement, apporte un éclairage sur l'utilité des fonds d'investissement.
En effet, ces Petites Histoires extraordinaires d'entrepreneurs proposent 37 courts récits de la réussite d'une idée et d'une démarche d'entreprise. Tous les secteurs d'activité et tous les horizons sociaux et générationnels s'entrecroisent avec un point commun : le rôle décisif d'un fonds d'investissement, qui a permis la concrétisation du projet. L'ouvrage n'a pourtant pas l'ambition de détailler par le menu chaque opération financière, mais avant tout de raconter une aventure humaine qui conduit à créer ou reprendre une entreprise. Au-delà de la singularité de chaque histoire personnelle, quelques lignes de force se dégagent de cette galerie de portraits.

De l'industrie à Internet

Un grand nombre de secteurs économiques sont présents dans cet ouvrage. Les histoires d'entreprises dans chacun d'entre eux sont autant de révélateurs des mutations de l'économie française et mondiale ces dernières années. Plusieurs portraits tournent autour de l'industrie, un secteur considéré comme critique dans les pays occidentaux. Pourtant, plusieurs entrepreneurs ont réussi leur pari ces dernières années. C'est le cas, en particulier, d'Altaïr, qui est devenue en quelques années une entreprise de premier plan dans les presses de formage pour l'aéronautique. Autre exemple parlant détaillé dans l'ouvrage, celui de Asteel, qui propose à partir d'usines et de bureaux d'étude en France des prestations complètes pour les fabricants de composants électroniques.
Plusieurs témoignages tournent autour des secteurs libéralisés ces dernières années, en particulier l'énergie et les télécoms. L'aventure de Direct Energie, qui a développé une offre d'électricité propre à partir de centrales hydrauliques, est un bon exemple des opportunités offertes par l'ouverture des marchés et la suppression des monopoles. De même, Jean-Pierre Dumolard a développé son entreprise, Cirpack, en pariant sur le besoin en technologies fiables et peu coûteuses des nouveaux concurrents de France Télécom, suite à l'ouverture à la concurrence du marché de la téléphonie. Une stratégie validée par l'essor des « box » pour l'accès à Internet.
Internet, d'ailleurs, occupe une large place dans les parcours d'entrepreneurs racontés dans ce livre. Les sites 1001listes.com ou Meetic sont de bons exemples des opportunités offertes aux créateurs d'entreprise au tournant depuis les années 2000. De même, le courtage en ligne des prêts immobiliers proposé par le site Meilleurtaux.com, le courtage de locations de voiture offert par Auto Escape ou la localisation des voitures volées dont Traqueur a fait son cœur de métier sont autant de services innovants, rendus possibles par l'essor des technologies de l'information et de la communication.

Créateurs et repreneurs

La diversité des parcours s'observe également dans le processus qui a conduit les personnalités présentées à devenir chefs d'entreprises. Certains sont des repreneurs qui ont su profiter d'une opportunité pour reprendre une entreprise. C'est le cas par exemple de Roland Germain, patron de l'entreprise de construction Geoxia, qui a proposé à Vivendi une offre de reprise lorsque Jean-Marie Messier a recentré le groupe sur les nouvelles technologies. Dans l'industrie, vu les investissements colossaux en jeu, les reprises sont également fréquentes. Plusieurs portraits portent par ailleurs sur des repreneurs de marques célèbres en déshérence. Professionnel du commerce des vins et spiritueux, Eric Brousse a réussi à redresser une marque bicentenaire, Marie Brizard. De même, les entreprises Le Tanneur, Panzani ou encore Dupont d'Isigny ont-elles échappé de peu à la disparition grâce à la volonté d'un passionné qui a parié sur un projet que peu étaient prêts à soutenir.
Les secteurs moins gourmands en investissements sont plus propices à la création d'entreprise. C'est bien évidemment le cas des sites Internet. Meetic et 1001listes sont de beaux exemples de la concrétisation d'une idée issue dans la tête d'un individu, dans un cadre privé, et transformée en réalité économique. Dans le secteur du conseil, Ipsos (sondages et études d'opinion) et Alyotech (conseil technologique) sont deux autres exemples de créations réussies, la première dans les années 80 et la seconde dans les années 2000.

Des origines variées

Les personnalités présentées dans ce livre n'ont pas toutes le même parcours. Certains n'ont créé qu'une seule entreprise, qu'ils ont patiemment fait grandir, tandis que d'autres ont passé une bonne partie de leur vie active à créer des sociétés. C'est le cas d'Olivier Puymorin, aujourd'hui à la tête d'Arkadin, un prestataire de conférences téléphoniques pour les milieux d'affaires. Il a monté sa première entreprise de coursiers dans les années 80, puis s'est investi sur le marché des enveloppes et du fax, créant et cédant ses entreprises au fil des années. Plusieurs dirigeants interrogés pour cet ouvrage n'ont d'ailleurs pas hésité à vendre leur entreprise, soit qu'ils considéraient que l'aventure était pour leur part terminée, une fois leurs objectifs atteints, soit qu'ils restent à la tête de l'entreprise, mais sans en détenir la majorité du capital, pour accroître leur surface financière en faisant appel à des investisseurs extérieurs. Certains chefs d'entreprise sont par ailleurs les continuateurs de l'affaire familiale. C'est le cas, par exemple, de Benoît Eraud, à la tête de Groupe Invest. Ce groupe spécialisé dans l'aluminium est né de l'entreprise paternelle et a grandi au fur et à mesure des acquisitions.
La plupart des dirigeants mis à l'honneur sont issus du secteur d'activité dans lequel ils évoluent. Ce sont d'anciens cadres ou cadres dirigeants qui, une fois acquis de solides connaissances du marché et du métier, choisissent de se mettre à leur compte.

Une route escarpée vers le succès

L'intérêt de l'ouvrage réside, au-delà de la richesse humaine sur laquelle il est construit, dans le regard que portent ces patrons sur leur expérience. La création ou la reprise d'une entreprise est loin d'être de tout repos, et plusieurs font état de graves difficultés, qu'ils n'ont pas toujours réussi à surmonter. Plusieurs dirigeants d'entreprises de nouvelles technologies témoignent des années difficiles qu'ils ont connues lors de l'explosion de la bulle Internet. Bruno Couly dirigeait alors une entreprise spécialisée dans la mesure de qualité de service des opérateurs télécoms. Son entreprise n'a pas survécu au marasme des années 2000. Il a aujourd'hui tiré les leçons de son échec et a trouvé un nouvel élan pour reprendre le courtier de locations de voitures Auto Escape. Pauline d'Orgeval, qui a fondé 1001listes, témoigne elle aussi d'une baisse d'activité très sensible au moment de la crise Internet, mais en plus de barrières à l'entrée assez forte, les acteurs traditionnels faisant pression sur les fournisseurs pour qu'ils ne traitent pas avec ce nouveau venu susceptible de leur faire de l'ombre. En dehors du secteur Internet, Philippe Padiou, patron de l'entreprise de camping-cars Pilote, a connu des années difficiles, liées au déficit d'image de ses produits. Il a dû, durant quelques années, ouvrir le capital de l'entreprise familiale à un fonds d'investissement, avant d'en redevenir actionnaire à 100 %.

Les petites Histoires extraordinaires d'entrepreneurs, loin du cours d'économie, proposent donc des courts récits sur le succès de 37 créateurs ou repreneurs d'entreprise. Chaque histoire individuelle a sa valeur et son intérêt. Cette mosaïque dessine, en outre, le portrait d'acteurs économiques français de premier plan, qui regorgent d'audace et d'intelligence pour créer de la valeur et de la richesse.

Les auteurs

  • Paul-Henri Moinet , normalien, fondateur d'une agence conseil en communication, journaliste et chroniqueur, est enseignant à Sciences Po Paris.
  • Dominique Julien , fondatrice d'une agence conseil en communication, est spécialiste du marketing et du développement des PME françaises.

Quatrième de couverture

A force d'imagination, d'audace, de courage et de résistance, ils ont chacun réussi à se créer un destin en donnant à leur entreprise et à toutes les femmes et les hommes qui y travaillent une histoire exceptionnelle. Quand les idées des entrepreneurs sont décuplées par l'engagement d'un investisseur, tout devient possible. Sauver, créer, développer, mondialiser ou racheter, les nouvelles entreprises françaises n'ont plus de limites. L'avenir appartient aux PME.
37 histoires vraies pour découvrir des héros méconnus, 37 histoires qui défient les idées reçues, 37 histoires exemplaires d'une France inventive et conquérante.