Jour 3 : La politique monétaire

Niveau 1 : Réviser les bases 

Exercice1 : Vrai ou faux ? Corrigez l’affirmation lorsqu’elle est fausse.

Facile

Questions :

1) La monnaie métallique correspond aux pièces que nous utilisons aujourd’hui.

2) La Banque centrale est la banque des banques.

3) Les banques de second rang créent de la monnaie fiduciaire.

4) Les dépôts font les crédits.

5) Augmenter la quantité de monnaie centrale entraîne une hausse des octrois de crédits par les banques de second rang. 

6) Baisser les taux d’intérêt directeurs entraîne une hausse des octrois de crédits par les banques de second rang. 

7) Une politique monétaire expansionniste consiste à augmenter les taux d’intérêt directeurs.

8) La BCE veille à maintenir un taux annuel d’inflation en-deçà de 2%.

Voir la correction

Corrigé :

1) FAUX : les pièces constituent la monnaie divisionnaire. La monnaie métallique correspondait aux métaux précieux, utilisés autrefois.

2) VRAI

3) FAUX. Elles créent de la monnaie scripturale.

4) FAUX : les crédits font les dépôts. C’est parce que les banques commerciales accordent des crédits aux agents économiques qu’il y a des dépôts sur des comptes bancaires.

5) VRAI 

6) VRAI

7) FAUX : une politique monétaire expansionniste consiste à baisser les taux d’intérêt directeurs.

8) VRAI

Niveau 2 : Aller plus loin pour briller en Terminale

Exercice 1 : l'évolution de l'action des banques centrales

Facile

Questions :

1) Quel était l’objectif prioritaire des Banques centrales au début des années 1980 ?

2) Dans quel sens une Banque centrale doit-elle faire évoluer les taux d’intérêt pour limiter l’inflation ?

3) Complétez ce schéma avec les termes “hausse” ou “baisse”.

Hausse du taux d’intérêt directeur → ……………... du coût de refinancement pour les banques de second rang → ……………... du taux d’intérêt sur les crédits accordés aux ménages et aux entreprises et ……………... du nombre de crédits accordés par les banques de second rang → ……………... de la consommation et de l’investissement → ……………...  de l’activité économique → ……………... des prix.

4) Comment peut-on qualifier le niveau des taux d’intérêt à partir de la deuxième moitié des années 1980 ?

5) a. Qu’est-ce que le Quantitative Easing ?

b. Quel est l’objectif d’une telle politique ?

6) Quelle est la conséquence de l’évolution de l’action des Banques centrales sur la création monétaire ?

Voir la correction

Corrigé :

1) Il s’agit de maintenir la stabilité des prix, en particulier pour lutter contre l’inflation.

2) Elle doit augmenter les taux d’intérêt.

3) Hausse du taux d’intérêt directeur → HAUSSE du coût de refinancement pour les banques de second rang → HAUSSE du taux d’intérêt sur les crédits accordés aux ménages et aux entreprises et BAISSE du nombre de crédits accordés par les banques de second rang → BAISSE de la consommation et de l’investissement → BAISSE de l’activité économique → BAISSE des prix.

4) Ils sont devenus faibles, à un niveau inférieur au taux de croissance économique.

5) a. Le Quantitative Easing consiste pour la Banque Centrale à augmenter les liquidités des banques de second rang en leur rachetant des actifs (notamment des obligations d’Etat) à des conditions avantageuses.

b. Si les banques de second rang utilisent ces liquidités pour accorder davantage de crédits aux entreprises et aux ménages, la Banque centrale pourra favoriser la reprise de l’activité économique. En effet, malgré des taux d’intérêt (à court terme) très faibles, l’activité économique a du mal à être redynamisée suite à la crise des Subprimes : cet instrument conventionnel (qu’est le taux d’intérêt) ne suffit pas à relancer l’activité économique donc les Banques centrales utilisent des outils non conventionnels tels que le Quantitative Easing.

6) En achetant davantage d’actifs, les Banques centrales créent davantage de monnaie.

Poursuivre le module de révisions :