Jour 10 : La gestion des risques

Exercice 1. Indiquez si les propositions suivantes sont vraies ou fausses :

Facile

Indiquez si les propositions suivantes sont vraies ou fausses :

  1. La perception du risque est la même pour tous les individus d’une société donnée.

  2. Nous sommes tous égaux face aux risques

  3. Tout le mode a une aversion pour le risque

  4. Avoir une conduite à risque est irrationnelle

  5. Les conduites à risques varient avec l’âge.

 

Voir la correction

1/ Faux car la perception des risques est subjective

2/ Faux, compte tenu de multiples facteurs (genre, âge, …) l’exposition au risque varie

3/ Vrai, tout le monde a une aversion pour le risque, néanmoins cette aversion est plus ou moins marquée

4/ Vrai mais il est parfois difficile de modifier ses comportements parce que ceux-ci résultent d’une socialisation, d’une addiction…nous ne sommes pas des homo-oeconomicus.

5/ Vrai, les jeunes sont souvent plus disposés à prendre des risques.

Exercice 2 : Associez les exemples suivants au principe de gestion des risques auquel ils se réfèrent.

Facile

Voir la correction

Corrigé :

Exercice 3 : Texte à compléter

Exercice 2. Sécurité sociale (texte à trou)

Modéré

Sécurité sociale, complémentarité, collective, famille, contributions volontaires, pouvoirs publics, le reste à charge

Différentes institutions vont prendre en charge les risques. Historiquement c’est la ……………… qui a été le plus souvent sollicitée pour pallier les risques sociaux, puis petit à petit, cette prise en charge s’est faite de manière plus …………………...

Dès la fin du XVII è siècle apparaissent les caisses de secours mutuel qui sont financées par des cotisations volontaires et assurent des prestations en cas de maladie. En 1945 est créée la ………………………………. qui correspond à la prise en charge des risques par les ………………………. Les sociétés de secours mutuel sont remplacées par des sociétés mutualistes et des compagnies d’assurance dans les années 1950, assurant la couverture complémentaire santé des salariés. Ces institutions financées par des ……………………………. en fonction du contrat choisi, permettent de financer totalement ou partiellement ……………………….. des individus en ce qui concerne la santé et de couvrir d’autres types de risque.

On assiste aujourd’hui à une …………………………. entre ces différentes institutions en matière de gestion des risques.

Voir la correction

Différentes institutions vont prendre en charge les risques. Historiquement c’est la famille qui a été le plus souvent sollicitée pour pallier les risques sociaux, puis petit à petit, cette prise en charge s’est faite de manière plus collective.

Dès la fin du XVII è siècle apparaissent les caisses de secours mutuel qui sont financées par des cotisations volontaires et assurent des prestations en cas de maladie. En 1945 est créée la Sécurité sociale qui correspond à la prise en charge des risques par les pouvoirs publics. Les sociétés de secours mutuel sont remplacées par des sociétés mutualistes et des compagnies d’assurance dans les années 1950, assurant la couverture complémentaire santé des salariés. Ces institutions financées par des contributions volontaires en fonction du contrat choisi, permettent de financer totalement ou partiellement le reste à charge des individus en ce qui concerne la santé et de couvrir d’autres types de risque.

On assiste aujourd’hui à une complémentarité entre ces différentes institutions en matière de gestion des risques.

Niveau 2 : Aller plus loin pour briller en Terminale

Un exercice qui pourra t’être utile dans le cadre du chapitre “Comment lutter contre le chômage ?” en Terminale !

Pour rappel : taux de chômage = nombre de chômeurs / nombre d’actifs

La population active comprend les actifs occupés (en emploi) et les actifs inoccupés (au chômage).

Exercice 1 :

Exercice 5. Sommes nous tous égaux face au risque du chômage ?

Modéré

  1. Quelles sont les variables qui influencent le taux de chômage ?

  2. Comparez à l’aide d’un calcul approprié le taux de chômage des sans diplôme avec le taux de chômage des diplômés de bac+2 ou plus.

  3. Dressez à partir de ces documents, le portrait type de la personne exposée au risque du chômage

  4. Dressez, à partir de ces documents, le portrait type de la personne la plus protégée par rapport au risque du chômage.

  5. Montrez que nous ne sommes pas égaux face au risque du chômage

Voir la correction

  1. Les variables qui influencent le taux de chômage sont, d’après les documents, l’âge (les plus jeunes sont plus touchés par le chômage que les autres tranches d’âge), le genre (les hommes sont en moyenne plus touchés par le chômage que les femmes) , le niveau de diplôme (les sans diplômes ou titulaire d’un CEP ou du brevet sont plus touchés par les chômage que les autres diplômés) et « l’expérience » (mesurée ici, de manière très approximative, par l’ancienneté de la présence sur le marché du travail par rapport à la sortie de formation initiale. Le taux de chômage des sorties récentes de formation initiale est plus élevé)

  2. Pour comparer le taux de chômage des sans diplômes avec le taux de chômage des diplômés de bac +2 ou plus, nous pouvons utiliser un coefficient multiplicateur :

Soit : 17,9/5,7= 3,14

Ce qui signifie que le taux de chômage des sans diplôme ou doté du CEP ou du brevet est 3,14 fois plus élevé que le taux de chômage des diplômés au moins de niveau Bac +2.

  1. Le portrait type de la personne la plus exposée au chômage serait un jeune homme (moins de 24 ans), sans diplôme et sortie depuis moins de 4 ans de sa formation initiale.

  2. Le portrait type de la personne la moins exposée au chômage serait une femme de plus de 50 ans titulaire d’un diplôme bac+2 ou plus, sortie de formation initiale depuis au moins 11 ans

  3. Nous ne sommes pas égaux face au risque du chômage, de nombreuses variables exposent plus ou moins les individus à ce risque. Le paramètre le plus important est le niveau de diplôme, mais d’autres variables comme l’âge, le genre ou l’expérience influencent ce risque. Certaines variables peuvent résulter de l’action de l’individu (le niveau de diplôme, mais on sait que cela demeure déterminé socialement) d’autres sont des données sur lesquelles l’individu n’ a pas de prise (âge, genre par exemple).

Exercice 2 : Sommes nous tous égaux face à la santé ?

Voir la vidéo :

Exercice : Sommes nous égaux face à la santé ?

Facile

Questions :

1) Rappelez ce qu’est une inégalité.

2) A l’aide de la vidéo, illustrez les affirmations suivantes.

Voir la correction

Corrigé :

1) Rappelez ce qu’est une inégalité.

Une inégalité est une différence d’accès, entre des individus ou des groupes sociaux, à une ressource socialement valorisée, conduisant à une hiérarchie entre eux.

2) A l’aide de la vidéo, illustrez les affirmations suivantes.

a. Il existe de fortes inégalités d’état de santé entre groupes sociaux en France.

Un cadre vit en moyenne 6 ans de plus qu’un ouvrier.

b. Il existe des inégalités d’accès aux soins entre les groupes sociaux en France.

Les 20% les plus riches ont 70% de chances de voir au moins un spécialiste au cours d’une année, tandis que les plus pauvres ont moins de 50% de chances d’en voir un.

c. Certains dispositifs ont permis de limiter quelque peu les inégalités d’accès aux soins.

La couverture maladie universelle (CMU, mise en place en 2000 mais remplacée depuis 2016 par la Protection maladie universelle ou Puma), permet une prise en charge des frais de santé pour toute personne travaillant ou résidant en France depuis plus de 3 mois, même en cas de perte d’emploi.

d. Les inégalités de santé peuvent provoquer d’autres inégalités.

Les inégalités de santé peuvent se cumuler avec des inégalités économiques : en effet, des problèmes de santé peuvent mener à l’exclusion du marché du travail, à la pauvreté.

e. Le système français de Sécurité sociale ne prend pas en charge la totalité des frais de santé.

Il existe un reste à charge pour les patients (ticket modérateur), qui vise notamment à lutter contre les situations d’aléa moral mais qui entraîne un non-recours à certains soins.

Retour :