Graphique

Les retraites en Europe : des situations constrastées

Résumé

Quel que soit le système qu’ils ont adopté, tous les pays européens sont confrontés à une fragilisation du financement des retraites. Partout, des réformes ont été engagées, portant soit sur l’âge légal de cessation d’activité, soit sur la durée de cotisation, soit encore sur le mode de calcul des pensions. A l’heure actuelle, on est loin de l’homogénéité, en Europe, en ce qui concerne le rapport entre les pensions versées et le salaire antérieurement perçu : certains systèmes sont « généreux », assurant des revenus de l’ordre de 80 % du salaire antérieur, comme en Italie ou en Espagne. A l’inverse, en Allemagne, en Irlande ou au Royaume-Uni, le taux de remplacement du salaire antérieur est inférieur à 60 %. La France, la Grèce, le Portugal, l’Estonie ou la Pologne occupent une position intermédiaire, avec des taux de remplacement de l’ordre de 60 à 70 %.

Compte tenu des réformes engagées, les projections vers 2050 laissent présager une baisse quasi-générale des taux de remplacement du salaire, sévère dans le cas de la Grèce et de la Pologne, moyenne pour la France, le Portugal ou l’Irlande et faible pour le Royaume-Uni ou l’Espagne. Dans le groupe étudié, seules l’Allemagne et l’Estonie devraient voir leur taux de remplacement progresser modestement.

Partage