Vrai ou Faux : Tout savoir sur le Grand oral !

Facile

Rappel des règles de l’épreuve du grand oral

Bulletin officiel spécial n° 2 du 13 février 2020. Épreuve orale dite « Grand oral » de la classe de terminale de la voie générale à compter de la session 2021 de l'examen du baccalauréat

DÉFINITION ET OBJECTIFS

Épreuve orale    - Durée : 20 minutes    - Préparation : 20 minutes    - Coefficient :  10

L'épreuve orale terminale est l'une des cinq épreuves terminales de l'examen du baccalauréat. Elle est obligatoire pour tous les candidats qui présentent l'épreuve dans les mêmes conditions. […]

FINALITÉ DE L'ÉPREUVE

L'épreuve permet au candidat de montrer sa capacité à prendre la parole en public de façon claire et convaincante. Elle lui permet aussi de mettre les savoirs qu'il a  acquis, particulièrement dans  ses enseignements de spécialité, au service d'une argumentation, et de montrer comment ces savoirs ont nourri son projet de poursuite d'études, voire son projet professionnel.

ÉVALUATION DE L'ÉPREUVE

L'épreuve est notée sur 20 points.

Le jury valorise la solidité des connaissances du candidat, sa capacité à argumenter et à relier les savoirs, son esprit critique, la précision de son expression, la clarté de son propos, son engage- ment dans sa parole, sa force de conviction. Il peut s'appuyer sur la grille indicative de l'annexe 1.

FORMAT ET DÉROULEMENT DE L'ÉPREUVE

L'épreuve, d'une durée totale de 20 minutes, se déroule en trois temps :

Premier temps : présentation d'une question (5 minutes)

Au début de l'épreuve, le candidat présente au jury deux questions. Ces questions portent sur les deux enseignements de spécialité soit pris isolément, soit abordés de manière transversale. […]

Le jury choisit une des deux questions. Le candidat dispose de 20 minutes de préparation pour mettre en ordre ses idées et réaliser, s'il le souhaite, un support qu'il remettra au jury sur une feuille qui lui est fournie. Ce support ne fait pas l'objet d'une évaluation. L'exposé du candidat se fait sans note.

Le candidat explique pourquoi il a choisi de préparer cette question pendant sa formation, puis il   la développe et y  répond.

Le jury évalue les capacités argumentatives et les qualités oratoires du candidat.

Deuxième temps : échange avec le candidat (10 minutes)

Le jury interroge ensuite le candidat pour l'amener à préciser et à approfondir sa pensée. Il peut inter- roger le candidat sur toute partie du programme du cycle terminal de ses enseignements de spécialité et évaluer ainsi la solidité des connaissances et les capacités argumentatives du candidat.

Troisième temps : échange sur le projet d'orientation du candidat (5 minutes)

Le candidat explique en quoi la question traitée éclaire son projet de poursuite d'études, voire son projet professionnel. Il expose les différentes étapes de la maturation de son projet (rencontres, engagements, stages, mobilité internationale, intérêt pour les enseignements communs, choix de ses spécialités, etc.) et la manière dont il souhaite le mener après le baccalauréat.

Le jury mesure la capacité du candidat à conduire et exprimer une réflexion personnelle témoignant de sa  curiosité intellectuelle et de son aptitude à  exprimer ses    motivations.

Le candidat effectue sa présentation du premier temps debout, sauf aménagements pour les candidats à besoins spécifiques. Pour les deuxième et troisième temps de l'épreuve, le candidat est assis ou debout selon son choix.

Source : ministère de l'Education nationale

VRAI OU FAUX ?

1) Pour le grand oral, je prépare mes deux questions :

a) Seul

b) En groupe

2) Si mes enseignements de spécialité (EDS) sont SES et mathématiques, je peux proposer :

a) Une question de SES et une question de mathématiques

b) Deux questions de SES

c) Une question de SES et une question croisant SES et mathématiques

d) Deux questions croisant SES et mathématiques

3) L’intitulé de mes questions peut être par exemple :

a) Comment le genre est-il à l’origine d’inégalités sociales ?

b) Comment sortir des discriminations à l’encontre des femmes au moment du recrutement ?

c) Les associations pour le droit des femmes, comme le planning familial, proposent-elles de meilleures conditions de travail aux femmes ?

d) En tant que femme, comment pourrais-je appliquer des principes égalitaires lors d’un recrutement ?

4) Pour élaborer les questions que je traiterai, je dois :

a) Partir de mon projet d’orientation et faire le lien avec des éléments de programme de l’année de première et terminale.

b) Examiner prioritairement les thématiques qui m’ont intéressé(e) en première et terminale et montrer en quoi elles éclairent mon projet d’orientation.

c) Choisir des sujets qui n’ont pas nécessairement un intérêt pour moi mais sont en lien avec mon projet d’orientation ou me semblent plus faciles.

5) Lors de l’épreuve, je dois être capable d’exposer les deux questions préparées : 

a) Vrai

b) Faux

6) Lors de l’épreuve, je traiterai les deux questions préparées : 

a) Vrai

b) Faux

7) Lors du grand oral, je dispose d’un support préparé pendant les 20 minutes qui me sont imparties avant l’examen.

a) Vrai

b) Faux

8) Lors de l’épreuve, je disposerai d’un tableau : 

a) Vrai

b) Faux

9) Si je propose une question croisant SES et mathématiques, j’aurais nécessairement un professeur de mathématiques dans le jury : 

a) Vrai

b) Faux

10) Lors des 10 minutes d’échanges avec le jury sur la question traitée, il peut m’être demandé :

a) Toute connaissance qui a été traité au cours de l’année dans les deux EDS

b) Des précisions quant aux notions, mécanismes ou illustrations utilisées précédemment pendant l’exposé et en lien avec les EDS.

11) Si mon projet d’orientation est en décalage avec la question ou les EDS choisis, je serai :

a) Pénalisé

b) Amené à justifier des raisons pour lesquelles j’ai choisi une autre voie.

Voir la correction

1) Pour le grand oral, je prépare mes deux questions :

a) Seul

b) En groupe

a et b sont possibles. Si le sujet présenté est individuel, il peut être travaillé avec d’autres élèves qui ont la même problématique ou une problématique proche. 

2) Si mes enseignements de spécialité (EDS) sont SES et mathématiques, je peux proposer :

a) Une question de SES et une question de mathématiques

b) Deux questions de SES

c) Une question de SES et une question croisant SES et mathématiques

d) Deux questions croisant SES et mathématiques

Les questions sont construites en lien avec le programme du cycle terminal de l’une ou l’autre des spécialités ou dans une perspective transversale aux deux EDS. La réponse b n’est donc pas valable.

3) L’intitulé de mes questions peut être par exemple :

a) Comment le genre est-il à l’origine d’inégalités sociales ?

b) Comment sortir des discriminations à l’encontre des femmes au moment du recrutement ?

c) Les associations pour le droit des femmes, comme le planning familial, proposent-elles de meilleures conditions de travail aux femmes ?

d) En tant que femme, comment pourrais-je appliquer des principes égalitaires lors d’un recrutement ?

Les questions ne sont ni des sujets de cours ou des sujets académiques qui supposent un traitement long ni des sujets personnels et anecdotiques. Ainsi, les propositions, telles qu’elles sont posées, a et d ne paraissent pas valables.

4) Pour élaborer les questions que je traiterai, je dois :

a) Partir de mon projet d’orientation et faire le lien avec des éléments de programme de l’année de première et terminale.

b) Examiner prioritairement les thématiques qui m’ont intéressé(e) en première et terminale et montrer en quoi elles éclairent mon projet d’orientation.

c) Choisir des sujets qui n’ont pas nécessairement un intérêt pour moi mais sont en lien avec mon projet d’orientation ou me semblent plus faciles.

Les deux questions sont définies par l’élève, aidé en cela par ses professeurs, en particulier ceux qui lui enseignent les EDS choisis. Sont valorisés « sa capacité à argumenter et son esprit critique, son engagement dans sa parole, sa force de conviction » selon les recommandations officielles. Ainsi, il est crucial de déterminer d’abord une thématique qui suscite un réel intérêt, une vraie appétence et donc des éléments de réponse. Les propositions a et b sont valables dans la recherche : lorsque le projet d’orientation est défini et en lien avec les EDS, cela permet d’affiner le cœur de sa recherche et du propos à tenir. Si, toutefois, le candidat est un élève qui change de voie d’orientation entre le lycée et l’enseignement supérieur, il lui est possible de traiter deux questions qui l’intéressent, tout en étant capable d’expliquer ensuite pourquoi ses vœux ont évolué.

5) Lors de l’épreuve, je dois être capable d’exposer les deux questions préparées : 

a) Vrai

b) Faux

Vrai : l’une ou l’autre peut être posée.

6) Lors de l’épreuve, je traiterai les deux questions préparées : 

a) Vrai

b) Faux

Faux : l’une d’elle sera choisie et le candidat dispose de 20 minutes pour s’y préparer et ordonner ses idées.

7) Lors du grand oral, je dispose d’un support préparé pendant les 20 minutes qui me sont imparties avant l’examen.

a) Vrai

b) Faux

Faux : lors des 20 minutes de préparation, le candidat peut élaborer rapidement un support écrit qui retrace les éléments essentiels, un plan d’argumentation ou des formules mathématiques par exemple. Mais il le remet au jury au début de l’épreuve. Celui-ci peut prendre appui sur ce support si l’élève est déstabilisé ou bloqué lors de son temps de parole. Ce support ne fait pas partie de l’évaluation.

8) Lors de l’épreuve, je disposerai d’un tableau : 

a) Vrai

b) Faux

Faux : l’élève présente sa question sans aucun support, seul et debout.

9) Si je propose une question croisant SES et mathématiques, j’aurais nécessairement un professeur de mathématiques dans le jury : 

a) Vrai

b) Faux

Faux : il est vraisemblable de penser que si le jury est constitué d’un professeur de mathématiques, la question choisie sera de cette discipline. Toutefois, l’élève peut avoir pour examinateur un professeur de SES et un autre enseignant de tout autre discipline. Le propos doit donc rester intelligible, y compris par un non-expert de la discipline.

10) Lors des 10 minutes d’échanges avec le jury sur la question traitée, il peut m’être demandé :

a) Toute connaissance qui a été traité au cours de l’année dans les deux EDS

b) Des précisions quant aux notions, mécanismes ou illustrations utilisées précédemment pendant l’exposé et en lien avec les EDS.

Réponse b : les 10 minutes d’échanges ne constituent pas une interrogation de connaissances sans lien avec la question choisie. Il s’agit de vérifier la solidité des connaissances du candidat, de lui permettre de compléter, d’affiner ou d’approfondir son propos.

11) Si mon projet d’orientation est en décalage avec la question ou les EDS choisis, je serai :

a) Pénalisé

b) Amené à justifier des raisons pour lesquelles j’ai choisi une autre voie.

Réponse b : en aucun cas le candidat est pénalisé si, après avoir choisi physique-chimie et maths en EDS, il décide de se diriger vers une tout autre voie. Au demeurant, la culture générale acquise dans l’enseignement scolaire lui sera bénéfique. La question traitée peut alors ne pas correspondre à son parcours futur.