Exercice
Exercice de cours

Question 3. Comment les individus s'associent-ils pour constituer des groupes sociaux ?

Difficultés 
Exercice 1 - Vrai ou faux ?
  1. Dans un groupe social, les relations sont forcément intenses.
  2. Un groupe social existe si les individus se pensent à travers ce groupe.
  3. Dans un groupe social, les relations sont directes.
  4. Les relations au sein d’un groupe social peuvent être indirectes.
  5. Un simple regroupement d’individus constitue un groupe social.
  6. Une catégorie de personnes retenue par les statistiques ne correspond pas forcément à un groupe social.
  7. Un groupe primaire est caractérisé par l’existence de relations impersonnelles entre ses membres.
Difficultés 
Exercice 2 - Cochez la bonne réponse

Difficultés 
Exercice 3 - Apparition de nouveau groupes sociaux

L’apparition de nouveaux groupes sociaux s’est accompagnée du développement de certaines formes d’appartenances. Comme les classes sociales, le « tribalisme » moderne est fondé sur le partage de valeurs ou d’opinions, mais surtout de modes de vie et de centres d’intérêt. Le regroupement peut aussi s’effectuer à partir d’un goût commun pour un type de musique, un genre de cinéma, une discipline sportive ou toute autre activité de loisir spécifique. Il se manifeste de façon concrète par les lieux fréquentés, les modes d’habillement (vêtement et accessoires), la gestuelle, le langage spécifique, les héros et autres signes de reconnaissance.

Source:Gérard Mermet, Francoscopie, Larousse, 2010

  1. Qu’est-ce qu’une tribu pour Gérard Mermet ? 
  2. Est-ce forcément un groupe social ?
Difficultés 
Exercice 4 - Tatouages et percings

Si la valeur d'intégration à un groupe n'est pas négligeable, elle est rarement recherchée, elle est plutôt une conséquence de la décision que son point de départ, et certains jeunes se disent même assez indifférents aux autres tatoués ou percés. Nous ne sommes pas dans des sociétés du « nous autres », mais du « moi, personnellement, je ». Le jeune choisit de lui-même son groupe_ d appartenance_,ou affirme sa singularité. Il décide de se rattacher au monde grâce à un mythe personnel bricolé sur sa connaissance d'autres rites culturels, ou bien il se satisfait de ses marques corporelles sans éprouver la nécessité intérieure de tenir un discours élaboré à leur propos.

Le choix d'une marque manifeste donc une initiative personnelle. (...)

Ce n'est pas dénier la valeur personnelle d'un tatouage « maori » d'un jeune de Strasbourg ou de Londres que de penser que son tatouage est loin de la signification qu'il a eu pour les Maoris.

Source: David Le Breton, « Tatouages et piercings... un bricolage identitaire ? », Sciences humaines 11/2002 ( N°132) 

  1. Peut-on parler d’un groupe social dans le cas des « tatoués » ?
Difficultés 
Exercice 5 - Expliquez le sens de la phase suivante

« La plupart des groupes sociaux doivent l’essentiel de leur cohérence à leur pouvoir d’exclusion, c’est-à-dire au sentiment de différence attaché à ceux qui ne sont pas " nous ". »

Source: Richard Hoggart, La culture du pauvre, Editions de minuit , 1970 (1ère édition: 1957)