EXERCICE 3. Le logement : un bien économique particulier

Facile

Document 1

Son caractère nécessaire – on ne peut vivre longtemps sans toit –, les imperfections de marché multiples (asymétrie et imperfection des informations sur le logement, ou sur les acheteurs, les vendeurs et les locataires) et les nombreuses externalités qui accompagnent sa consommation font du logement un bien tutélaire, c’est-à-dire un bien sur lequel l’État a légitimité à intervenir. L’État réglemente la construction, détermine le droit de propriété, régule les contrats de location et les loyers, subventionne l’investissement ou la consommation.

Source : Insee Références, Les conditions de logement en France, édition 2017

 

Document 2

Si certains biens, qui ne sont pas techniquement des biens collectifs, sont cependant des biens publics, cela résulte notamment du fait qu’il s’agit de biens tutélaires. C’est-à-dire de biens dont la puissance publique a considéré qu’ils devaient être consommés de façon obligatoire (obligation scolaire, vaccinations obligatoires) ou qu’ils devaient être accessibles sans qu’intervienne une exclusion par les prix. Leur caractère public ne résulte donc pas d’une contrainte technique, mais d’un choix politique qui est toujours susceptible d’évoluer. On parle à ce propos de (…) « biens préférés par la communauté ».

Source : Alain Beitone, Biens publics, biens collectifs, Journal du Mauss, 2014

 

  1. Pourquoi peut-on dire que le marché immobilier (du neuf et de l’ancien) n’est pas un marché de concurrence pure et parfaite ?

  1. En quoi le logement est-il un bien tutélaire ?

 

Voir la correction

  1. Pourquoi peut-on dire que le marché immobilier (du neuf et de l’ancien) n’est pas un marché de concurrence pure et parfaite ?

Le marché immobilier est un marché imparfait car les conditions de la transparence ne sont pas réunies. Le produit échangé (le logement) ne peut être complètement évalué (qualités des matériaux, évolution du quartier de localisation, évolution du voisinage, …).

  1. En quoi le logement est-il un bien tutélaire ?

Le logement peut s’analyser comme un bien tutélaire dans le sens où l'État exerce une tutelle sur l’accès

au logement, c'est-à-dire qu'il intervient pour encourager ou décourager les ménages de le consommer,

par des subventions ou des taxes.

  1. Représenter graphiquement le marché du logement locatif quand il existe une subvention de 100 € versée au demandeur.