Exercice 2 : le lien entre la composition de la fraterie et la réussite scolaire

Facile

Questions :

1. Décrivez la configuration familiale de la famille Belhoumi étudiée par Stéphane Beaud.

2. Quelle méthode a utilisé Stéphane Beaud pour réaliser son enquête ?

3. Quels sont les facteurs qui permettent d’expliquer la réussite scolaire des deux filles aînées ?

4. En quoi la configuration familiale a eu un impact sur les conditions de socialisation des cadettes ?

Voir la correction

Corrigé :

1. Les Belhoumi ont quitté l’Algérie pour la France dans les années 1970. C’est une famille de grande taille, composée de cinq filles (et de trois garçons, non indiqué ici). Il y a 15 ans d’écart entre le groupe des deux aînées et le groupe des trois cadettes. C’est également une famille de classe populaire (faibles ressources économiques et culturelles notamment).

2. Il a opté pour une méthodologie qualitative, menant des entretiens.

3.

- l’une d’elle a cherché dans la réussite scolaire un moyen de s’émanciper des tâches domestiques qui lui étaient déléguées

- le soutien du père

- leur lieu de résidence, l’école (mixité sociale) et le rôle des enseignants

4) Le grand écart d’âge entre les deux groupes de sœurs (15 ans d’écart) a pu modifier les conditions de socialisation des cadettes. Samira et Leïla se sont beaucoup occupées de leurs petites sœurs (“La mère va en effet, déléguer une grande partie de l’éducation des cadettes à ses filles aînées”), ce qui leur a permis de transmettre des capitaux culturels (en allant au musée, en leur faisant découvrir la lecture…), d’avoir un rôle de guide et de conseil, ce qui peut favoriser la réussite scolaire. Les deux sœurs aînées ont joué le rôle de “modèle” pour les cadettes. Cette configuration familiale a donc impacté leurs manières d’être, de penser, leurs comportements et leurs aspirations.