L'exemple de la communauté chinoise

Ma Mung, Emmanuel (2002), La complexité des migrations des populations d’origine chinoise, coll. ''in Héran François, rapporteur (2002), « Immigration, marché du travail, intégration », Rapport du commissariat général au plan,", p. p 24

Ce document souligne l'importance de l'entreprise dans les réseaux de migrants chinois. L'implication des différents acteurs (travailleurs, ménages, entreprises) apporte une valeur économique à l'appartenance communautaire. Cette efficacité se concentre sur des activités particulières, ce qui permet à ces réseaux limités en nombre de personnes d'être efficaces.

 

 

Organisation économique et imbrication des réseaux

 

 

Un principe entrepreneurial

 

Une caractéristique qui différencie les Chinois des autres populations étrangères est le rôle central que jouent les entreprises dans l'organisation économique de cette population, dans la mesure où elles emploient une grande partie de la population active. En 1990 on pouvait estimer que les entreprises commerciales chinoises de l'agglomération parisienne à elles seules (restauration, commerce alimentaire et commerce non alimentaire) employaient 40% de la population active d'origine chinoise de la région (Ma Mung, Simon, 1990). Si on inclut les autres entreprises (confection, petite industrie alimentaire, services divers), il est vraisemblable que l'ensemble emploie aujourd'hui entre la moitié et les trois quarts de cette population. Cela ne signifie pas, loin de là, que tous les Chinois sont de petits entrepreneurs mais que la plus grande partie de leurs revenus provient, selon qu'ils sont patrons ou employés, de ces entreprises. 

Cette situation, qui prévaut en France, se retrouve dans la plupart des pays où est implantée la diaspora chinoise. D'où l'idée selon laquelle la diaspora chinoise est organisée selon un principe entrepreneurial. Pour parler bref, on peut souligner que les entreprises chinoises forment un dispositif économique dont la cohérence est marquée par l'importance des liens qu'elles entretiennent entre elles et par la prévalence du caractère ethnique dans les relations qui unissent les différents acteurs (patrons, travailleurs, ménages). Ce dispositif fonctionne dans le cadre d'un circuit économique constitué par l'ensemble des relations préférentielles qui unissent les ménages et les entreprises chinoises dans les domaines de la production et de la distribution, de la consommation, de l'emploi et du financement. Ce circuit économique est organisé autour de deux marchés de biens et de services :

- un marché intra-communautaire orienté d'une part vers les ménages chinois à travers la distribution de biens et services de consommation alimentaires, vestimentaires, esthétiques, culturelles... et, d'autre part, vers les entreprises  chinoises par la vente de biens et de services de production : encadrement juridico-économique, équipement, approvisionnement ;

- un marché extra-communautaire orienté en premier lieu vers les ménages non chinois du pays d'accueil par la distribution de biens et de services tels que la restauration, des produits non alimentaires variés mais aussi alimentaires dans une moindre mesure. Et, en second lieu, par la vente de biens et de services aux autres entreprises du pays : confection, maroquinerie, meubles. C'est surtout le marché extra-communautaire qui se développe, ainsi que la vente de biens et de services de production sur le marché intra-communautaire. Contrairement à une idée reçue ce dispositif n'est pas autarcique, au contraire il est principalement tourné vers l'extérieur.

 

 

 

Partage