Cours

Cours de Individus et cultures : 1. Comment devenons-nous des acteurs sociaux?

Question 2 : Comment l'école transmet-elle des normes et des valeurs ?

Découverte

Document 1 : L'école, un fait social total ?

Nombre d'élèves du préélémentaire par âge et taux de scolarisation des enfants de 2 à 5 ans

 

Repérer et lire

1. Faites une phrase avec la ligne « 4 ans »

Expliquer

2. Pourquoi y a-t-il une différence entre le taux de scolarisation des 2 ans et des 4 ans  ?

Comprendre

3. L’école a-t-elle une place importante dans la transmission des normes et des valeurs des jeunes ?

Document 2 - Règles scolaires et règles sociales

 

1. Que font ces élèves ?

Expliquer

2. Quels sont les apprentissages préalables à cette situation ?

Comprendre

3. Quel est le document qui recense les normes et les valeurs d'un établissement scolaire ? Qui doit le connaître ?

 Comprendre

3. L’école ne transmet-elle que des règles  utiles  dans le cadre scolaire ?

 

 

Document 3 - Une même expérience scolaire ?


 

Repérer et lire

1. Faites une phrase avec la ligne « Ouvriers » puis avec la ligne « cadres et professions libérales »

Expliquer

2. De quelles normes s’agit-il ici ?

Comprendre

3. L’école primaire (et ou la famille) a-t-elle transmis les mêmes aptitudes aux élèves qui entrent au collège ?

Document 4 - Pourquoi rendre obligatoire un enseignement d’économie ?

« Les évolutions de notre monde et la crise récente révèlent plus que jamais le besoin de comprendre l’économie et la place que celle-ci occupe dans nos sociétés contemporaines et dans la vie quotidienne de chacun. Aussi, parmi les deux enseignements d’exploration que les élèves doivent suivre, un au moins doit être choisi parmi les deux enseignements d’économie : « principes fondamentaux de l’économie et de la gestion » et « sciences économiques et sociales ». Leur objectif est de faire acquérir les notions fondamentales qui font partie aujourd’hui du bagage commun à tout lycéen. Ils contribuent à la compréhension de l’actualité. »

Source : Questions sur la réforme du lycée. Ministère de l’Éducation nationale

 

Repérer et lire

1. Quelles sont les raisons évoquées par le Ministère de l'Education nationale pour rendre obligatoire l’enseignement de l’économie en seconde ?

Expliquer

2. Quelles sont les « notions fondamentales » qui sont transmises dans cet enseignement ?

Comprendre

3. Pourquoi l’école veut-elle transmettre les mêmes connaissances aux jeunes générations ?

Document 5 – La laïcité à l’école : norme ou valeur ?

Le principe de laïcité en matière religieuse est au fondement du système éducatif français depuis la fin du XIXe siècle. L'enseignement public est laïque depuis les lois du 28 mars 1882 et du 30 octobre 1886. Elles instaurent l'obligation d'instruction et la laïcité des personnels et des programmes. L'importance de la laïcité dans les valeurs scolaires républicaines a été accentuée par la loi du 9 décembre 1905 instaurant la laïcité de l'État.

Le respect des croyances des élèves et de leurs parents implique :

l'absence d'instruction religieuse dans les programmes
la laïcité du personnel
l'interdiction du prosélytisme

Les grands principes du système éducatif, http://www.education.gouv.fr

 

Repérer et lire

1. La laïcité, principe de séparation de la société civile et de la société religieuse, est-elle une norme ou une valeur ?

Expliquer

2. Comment la laïcité se manifeste t-elle dans les établissements publics français métropolitains ? Y a t-il des exceptions ?

Comprendre

3. Pourquoi l’école publique interdit-elle l’instruction religieuse, tout en permettant l’enseignement de l’histoire des religions ?

 

Approfondissement

FAISONS LE POINT`

L’école, une institution socialisatrice

 

L'école est une institution, soit un ensemble d'actes et d'idées ainsi qu’une organisation, qui s'imposent aux individus.

            Par définition, l'école est un lieu d'apprentissage donc de socialisation. Elle n'est pas seulement un lieu d'intégration de connaissances mais aussi de manières d'être et d'aspiration.

Comme toute institution, l'école exige de ceux qui la fréquentent une présence et une participation. C'est un lieu d'apprentissage mais aussi un lieu de loisirs et de rencontres.

Elle définit les normes et les valeurs, donc les contraintes, qui doivent s'imposer aux élèves et, par ricochet, aux parents. La signature du règlement intérieur, dont le contenu ne se résume pas à l'énonciation de normes juridiques, par les parents et les enfants, illustre cette ambition.

 

Une institution républicaine

 

En France, cette institution est fondée sur des principes, inspirés de la Révolution de 1789 et de lois votées sous la IVe et la Ve République, qui permettent d'affirmer que "l'organisation de l'enseignement public obligatoire gratuit et laïc à tous les degrés est un devoir de l'État".

Le système d'enseignement français est donc fondé sur de grands principes réaffirmés régulièrement, notamment les principes de liberté de l'enseignement, de gratuité, de neutralité, de laïcité, d’obligation scolaire et de liberté de l'enseignement.

Ainsi, ce système impose aux professeurs et aux élèves de respecter des normes et de promouvoir certaines valeurs. Par exemple, la neutralité philosophique et politique s'impose aux enseignants et aux élèves, tout comme le principe de laïcité en matière religieuse.

Les normes et  rythmes scolaires s’imposent aussi aux familles, d’abord par l’obligation scolaire, qui s'applique à partir de 6 ans, pour tous les enfants français ou étrangers résidant en France, mais aussi par les investissements matériels (les manuels scolaires ne sont plus gratuits dans les lycées), affectifs (réussite ou échec des enfants) et symboliques (rôle du diplôme dans la reconnaissance sociale).

 

Ces dernières années, l'institution scolaire est particulièrement sensible à la transmission de nouvelles normes et valeurs, notamment l'égalité entre filles et garçons et la prévention des comportements discriminatoires.

Ainsi, le socle commun de connaissances et de compétences insiste, dès l'école primaire et jusqu'à l'éducation civique juridique et sociale (ECJS) au lycée, sur le respect de soi et des autres (civilités, tolérance, refus des préjugés et des stéréotypes). Depuis la rentrée 2009, les règlements intérieurs des lycées doivent mentionner le refus des discriminations, soit les distinctions opérées entre les personnes en raison de leur origine, de leur sexe, de leur orientation sexuelle, de leur apparence physique, tant dans les comportements que les propos injurieux ou diffamatoires.