Cours

Cours de Individus et cultures : 1. Comment devenons-nous des acteurs sociaux?

Question 1. Comment la famille transmet-elle des normes et des valeurs à la socialisation?

Découverte

Document 1 .Lien entre les pratiques culturelles durant l’enfance et celles à l’âge adulte

Repérer et lire

1. Faites une phrase avec les données concernant la  lecture de livres .

Expliquer

2. Donnez 3 raisons (ou plus) qui pourraient justifier l’écart entre les deux données décrites dans la question 1.

Comprendre

3. Que nous apprend ce document sur les pratiques culturelles des individus à l’âge adulte ?

Document 2 - Le musée, une aventure familiale ?

Repérer et lire

1. Pourquoi, selon vous, le musée du Louvre a t-il créé une « carte famille » ?

Expliquer

2. Selon vous, la gratuité des musées entraîne-t-elle une hausse de leur fréquentation par les lycéens ?

Comprendre

3. Avec qui apprend-on à apprécier la fréquentation des musées, pendant les périodes scolaires et pendant les vacances ?

Document 3 - Vivre entre soi

Rencontrer des gens éduqués comme soi, savoir se comporter en société, et se faire des amis. C'est cela l'essence d'un rallye.

Les rallyes mondains ont été créés peu après la Seconde Guerre mondiale. Epouvantées par l'uniformisation croissante de la société, des femmes du monde ont décidé de protéger les us et coutumes de leur milieu en sophistiquant à l'extrême l'éducation de leurs rejetons. Entre 12 et 19 ans pour les filles, 12 et 21 ans pour les garçons, le cheminement fut soigneusement étudié : activités d'après-midi, visites de musées et goûters au début, apprentissage des jeux de cartes et de casino ensuite, puis cours de danses de salon. A 15 ans, les demi-rallyes, premières soirées sans alcool et jusqu'à 1 heure du matin. Ensuite, soirées avec champagne, jusqu'à 2 heures. Et enfin, les grandes soirées, où l'alcool coule à flots dans les endroits les plus prestigieux. Après un tel parcours, les jeunes gens sont des diamants mondains, parfaitement taillés, armés pour faire partie du «monde».

Il faut toujours être parrainé pour intégrer un rallye. Une enquête discrète est menée. L'éducation, les valeurs, la façon de vivre de la famille aspirante doivent être les mêmes que celles des membres déjà inscrits. Les enfants viennent, à peu près dans leur totalité, des lycées privés des quartiers huppés : Janson-de-Sailly, la Tour, Lübeck, Sainte-Marie-de-Neuilly, les Oiseaux... «Je crois que je n'ai jamais croisé personne d'un lycée public, assure Colin.

Les rallyes mondains, in Challenges, 23 avril 2009.

 

Repérer et lire

1. Reformulez le titre du document avec vos propres mots

Expliquer

2. Pourquoi faut-il « toujours être parrainé pour intégrer un rallye » ?

Comprendre

3. Quel rôle jouent les rallyes dans l’éducation des enfants de la grande bourgeoisie ?

 

Document 4 - La famille et la transmission des normes et des valeurs

"Assurer la transmission régulière des institutions et des valeurs d'une génération à une autre est, pour toute société, la condition de sa survie dans le temps. Dans les sociétés traditionnelles, des rituels d'initiation marquent solennellement l'entrée des jeunes dans la communauté des adultes. En même temps que ces rites effectuent et signifient l'incorporation des nouveaux initiés dans le groupe, ils confèrent aux jeunes la responsabilité d'en assurer à leur tour la continuité. Mais « continuité » ne signifie pas « immuabilité » : dans toutes les sociétés, la continuité s'assure toujours dans et par le changement. Ce changement oppose inévitablement les nouvelles générations aux anciennes. Il n'y a, de ce fait, pas de transmission sans qu'il y ait en même temps « crise de la transmission »."

Danièle Hervieu-Léger, Sciences Humaines, Hors-série N° 36 Mars/Avril/Mai 2002, Qu'est-ce que transmettre ?

Repérer et lire

1. Que transmet-on à travers le temps selon Danièle Hervieu-Léger ?

Expliquer

2. Qu'est-ce qu'un « rituel d'initiation » ?

Expliquer

3. Quelle est la différence entre « continuité » et « immuabilité » ?

Comprendre

4. Donner un exemple qui illustre qu'au sein de la famille « la continuité s'assure toujours dans et par le changement ». On pourra prendre l’exemple de la transmission des pratiques et des valeurs religieuses ou de l’athéisme ou l'exemple de la transmission de l'autorité.

Document 5 - La stabilité des « valeurs » ?

« Le trait le plus marquant du "palmarès des valeurs" des personnes résidant en France depuis 1990 est sa très grande stabilité, les résultats de 2008 s’inscrivant dans un prolongement des tendances malgré les profondes modifications structurelles de la société française au cours de cette période. Il faut cependant souligner que l’enquête s’est déroulée entre mai et août 2008, c’est-à-dire juste avant le début de la crise financière et économique, et que les effets de celle-ci n’ont donc pas pu être pris en compte.

D’après cette enquête, l’importance accordée à la famille, au travail, aux amis, aux loisirs, à la religion et à la politique évolue très peu sur les vingt dernières années, même si chaque individu souhaite plus qu’auparavant se différencier des autres et jouir d’une plus grande liberté dans les domaines touchant à sa vie privée. »

Source : Evelyne Coirier, Chargée d’études à la division « Enquêtes et Études statistiques » au DSED

 

Tableau 1 : Le palmarès des valeurs des Français

Note : la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %, du fait d’un petit nombre de sans réponse et des arrondis à l’entier le plus proche

            Source : EVS

Repérer et lire

1. Présentez l’évolution la perception de la famille selon ce sondage.

Expliquer

2. Qui transmet une vision positive de la famille ?

 Expliquer

3. Les valeurs évoluent-elle dans le temps ? Les valeurs évoluent-elles avec l’âge ?

Comprendre

4. Comment expliquez-vous la hiérarchie de ce « palmarès des valeurs » ?

Approfondissement

Question 1. Comment la famille transmet-elle des normes et des valeurs à la socialisation?

FAISONS LE POINT`

La socialisation est un processus

La socialisation est un processus d'apprentissage et d'intériorisation. Les membres d'une société apprennent les règles de leurs milieux sociaux et culturels. Ils apprennent les normes et les valeurs dominantes de la société et les intègrent à leur personnalité.

Une norme est une règle de conduite, un principe ou un critère de référence pour l’action. Une valeur est un idéal à atteindre, une préférence, un point de vue à défendre.

La famille est au cœur du processus de socialisation

Cet apprentissage des normes, des comportements, des valeurs, des croyances d'une société se fait tout au long de la vie. Dans la grande majorité des sociétés, la fonction de procréation entraîne la garde, la nourriture, l'entretien et la socialisation des enfants. La famille transmet donc, de manière directe ou indirecte, de façon consciente et inconsciente, les éléments de la culture (normes, valeurs, codes symboliques) qui permettent aux enfants de s'intégrer dans la vie sociale.

Pour le sociologue Émile Durkheim (1858-1917), les nouvelles générations doivent se socialiser sur la base des « modèles culturels transmis par la génération précédente ». La famille est donc au cœur de la transmission des normes et des valeurs.

Ainsi, la famille est d'abord le lieu de transmission d'une identité civile (nom(s) et prénom(s)). La famille transmet ensuite le langage, les normes de comportement et ces "techniques du corps" indispensables pour manger, faire sa toilette, se tenir avec les proches ou avec les étrangers, etc. Bref, ces normes et habitudes culturelles qui permettront à l'enfant de développer des relations sociales.

La famille peut aussi transmettre un patrimoine économique et financier, des positions dans l’espace social, un "carnet d'adresses", etc.

En fonction de leurs ressources, les familles déploient de véritables stratégies pour assurer à leurs enfants la transmission de pratiques culturelles (pratiques sportives, goût de la lecture, fréquentation des musées), de valeurs et pratiques religieuses voire les insérer dans un réseaux de fréquentations (rallyes, clubs, etc.). Bref, elle est agent de socialisation et de reproduction sociale.

La famille est une des institutions de socialisation

La famille n'est pas le seul lieu de transmission de normes et des valeurs d’une société. L'école, le voisinage, les relations avec les pairs (amis, camarades de classe, etc.), les émissions de télévision par exemple participent au processus d’apprentissage, d’intériorisation voire d’inculcation des règles de vie en société. La socialisation est donc processus collectif et dynamique.

Pour certains sociologues, cette socialisation primaire, celle de l'enfance, est déterminante dans la construction des individus. Elle déterminera le résultat des autres interactions, professionnelles ou associatives, qui caractérisent la vie en société. D’autres, au contraire, soulignent que la socialisation ne se résume pas à apprendre "comment devenir grand ?" ; c'est un processus qui conduit à s'interroger, tout au long de sa vie, à répondre à la question "comment devenir soi dans cette société ?" ; d’où l’accent mis sur les formes de socialisation secondaire, notamment celle de la vie professionnelle et affective.