Question 3. Quels sont les effets des mutations du travail et de l’emploi ?

Sommaire

Le numérique transforme le travail

L’essor du numérique n’est pas sans conséquences sur le travail et son organisation. D’abord, les technologies de l’information et de la communication (TIC) telles que l’ordinateur portable, le smartphone ou internet ont favorisé le développement du télétravail en permettant au salarié de travail à distance. Le télétravail est source d’opportunités pour le salarié qui bénéficie davantage d’autonomie et de gains de temps, notamment en évitant des trajets quotidiens. Il présente également des avantages pour l’employeur car il accroît principalement la flexibilité du travail, réduit l’absentéisme et diffuse l’utilisation des outils numériques. Cependant, le télétravail contribue à brouiller les frontières entre le travail et le hors-travail : la délimitation entre la sphère privée et la sphère professionnelle devient plus complexe à établir lorsque le salarié travail à domicile. Par ailleurs, l’usage des TIC accroit la disponibilité des travailleurs sur des temps auparavant consacrés au hors travail, ce qui peut conduire à une augmentation de la charge et de l’intensité du travail.

La diffusion des TIC brouille également les frontières entre l’emploi salarié et l’emploi indépendant. En effet, le développement des plateformes numériques qui mettent en relation directe des travailleurs et leurs clients, telles qu’Uber, modifie les relations d’emploi. Ce phénomène d’ubérisation, permis par le numérique, renforce le phénomène de polarisation des emplois. On parle de polarisation des emplois lorsque la part des emplois intermédiaires dans l’emploi total diminue au profit de celles des emplois très qualifiés et peu qualifiés. Les TIC ont contribué à la substitution du capital au travail, notamment pour les emplois intermédiaires. La robotisation et le traitement informatique des données permettent par exemple de remplacer le travail effectué par certains opérateurs de production et secrétaires. De plus, le numérique accroit l’écart entre emplois très qualifiés qui nécessitent souvent une maîtrise des TIC et emplois peu qualifiés dont la part a nettement augmenté dans le secteur des services depuis les années 2000.

 

Un rôle intégrateur remis en question par les mutations du travail

Pour les sociologues, le travail constitue un élément essentiel de l’intégration sociale. D’abord parce qu’il donne accès à un revenu qui permet à l’individu d’accéder à la consommation, au logement et aux loisirs, véritable reconnaissance matérielle selon Serge Paugam. Ensuite parce qu’il confère une reconnaissance symbolique en donnant un statut et un rôle social à l’individu. L’emploi donne également accès à la protection sociale qui protège les individus face aux risques sociaux.

Cependant, le marché du travail a connu de profondes mutations à partir de la fin des années 1970. Le ralentissement de la croissance économique s’accompagne de la montée d’un chômage persistant. Depuis les années 1980, la part des emplois précaires dans l’emploi total augmente et le phénomène de polarisation des emplois se développe. Chômage, précarité et polarisation de l’emploi remettent ainsi en question l’intégration par le travail, fondée sur la norme d’emploi typique.

 

Document 1 : Le télétravail brouille les frontières entre le travail et le hors travail

Facile

Le télétravail est rentré dans le code du travail avec la loi du 29 février 2012. Selon l’article 46 de la loi de simplification du droit du 22 mars 2012 , « le télétravail est une forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon régulière et volontaire en utilisant les TIC*dans le cadre d’un contrat de travail ou d’un avenant à celui-ci ». […]

Comme toute innovation en matière d’organisation du travail, le télétravail demeure porteur d’opportunités mais aussi de risques et d’abus. Les avantages reconnus du télétravail pour le salarié et pour l’entreprise sont nombreux : autonomie, gain de temps, liberté d’organisation, réduction du temps de transport, de la fatigue et des coûts liés aux trajets domicile-travail, meilleure concentration, gain de productivité, diffusion de nouvelles technologies, baisse de l’absentéisme, meilleur équilibre entre travail et vie personnelle, image de l’entreprise. Toutefois, […] l’envahissement du travail dans la vie personnelle est un phénomène jugé préoccupant par de nombreux spécialistes en raison de la généralisation des TIC et des exigences de disponibilité qu’elles génèrent pour le salarié. Les TIC permettent d’être toujours connecté, de rester en contact avec l’environnement professionnel et d’être joignable 24h sur 24h. Elles facilitent le travail hors mur et notamment après la journée de travail. Les TIC peuvent notamment permettre de gérer l’imprévu et l’urgent. Ceci aurait des effets néfastes sur la santé physique et mentale des individus (stress, fatigue, burnout).[…] Le risque peut [également] venir de la famille qui peut solliciter le télétravailleur durant ces heures de travail à domicile. Les télétravailleurs à domicile peuvent vivre un sentiment de déséquilibre en tentant de gérer les exigences de leur travail à côté des attentes de leur famille. Des répondants signalent que du fait de leur présence au domicile, leur famille a de très fortes attentes à leur égard et les trois quarts des répondants se plaignent que des membres de la famille ne perçoivent pas leur travail comme un véritable travail.

[…] La gestion de la frontière entre la vie professionnelle et la vie personnelle se révèle donc plus complexe pour le télétravailleur. En configuration de télétravail, la frontière est en effet poreuse : interférences, interruptions, et intrusions rapides entraînent des ruptures de tâches, des pertes de concentration. Les TIC (le smartphone par exemple) seraient un frein puissant au maintien d’une frontière satisfaisante entre les deux sphères. Ils peuvent être générateurs de culpabilité en cas de non disponibilité par rapport à l’entreprise pour les salariés ou encore générateurs de pression forte à l’acception de réponses à un appel professionnel sur le temps hors travail, durant les loisirs par exemple. 

*TIC = Technologies de l’information et de la communication.

Dumas, Marc, et Caroline Ruiller. « Le télétravail : les risques d'un outil de gestion des frontières entre vie personnelle et vie professionnelle ? », Management & Avenir, vol. 74, no. 8, 2014, pp. 71-95.

 

Questions

1. Qu’est-ce que le télétravail ? Qu’est-ce qui a permis son essor ?

2. Quels sont les avantages du télétravail ?

3. Quel est l’inconvénient majeur du télétravail pour le salarié ?

4. Quelles peuvent-être les conséquences pour le télétravailleur ?

5. Quelles pistes peut-on envisager pour réduire de tels risques ?

Document 2. Quels sont les effets de l’ubérisation sur l’emploi ?

Facile

Regarder la vidéo

Source : reportage France Télévisions – France24 – 04/03/2020

Questions

1. Quelle est la particularité de l’entreprise Uber ?

2. Quel est l’objet du litige entre Uber et son chauffeur ?

3. Quel est l’enjeu de la décision prise par la Cour de cassation en mars 2020 ?

4. En quoi peut-on parler aujourd’hui d’un phénomène d’ubérisation ?

5. Quelles sont les conséquences de l’ubérisation sur l’emploi ?

Document 3. Un risque de polarisation des emplois

Facile

La transition numérique est en marche. Des médias à l’automobile en passant par le tourisme, l’agriculture ou la santé, c’est désormais toute l’économie qui devient numérique. […] L’emploi numérique n’est pas constitué que d’ingénieurs informatiques ; ce sont aussi les chauffeurs de VTC, les emplois logistiques de la vente en ligne, les particuliers qui offrent des prestations touristiques, des travaux de réparation, etc. L’économie numérique n’exclut donc pas du tissu productif les travailleurs moins qualifiés. En revanche, elle tend à les déplacer de métiers routiniers, facilement automatisables, vers des tâches qui reposent sur des interactions humaines, pour lesquelles le robot ou l’ordinateur ne sont pas de bons substituts.

Il en résulte une polarisation du marché du travail. Tandis que les professions intermédiaires, situées au milieu de la distribution des salaires, tendent à se raréfier, l’économie numérique crée principalement deux catégories d’emplois : d’une part, des emplois bien rémunérés, à dimension managériale ou créative, requérant une qualification élevée ; d’autre part, des emplois peu qualifiés et non routiniers, largement concentrés dans les services à la personne, qui sont peu rémunérés car leur productivité reste faible.

Ce phénomène est perceptible dans toutes les économies avancées. En France, on observe depuis 1990 une réduction du poids des catégories socioprofessionnelles intermédiaires dans la population active et une hausse conjointe des catégories très rémunérées ou peu rémunérées. […] La France se distingue toutefois par sa difficulté à créer ces emplois peu qualifiés : la moitié de la différence entre le taux d’emploi aux États-Unis et en France s’explique par un déficit d’emploi dans le commerce et l’hôtellerie-restauration, secteurs intensifs en main d’œuvre peu qualifiée. Les causes sont connues : en dépit des politiques continues de diminution du coût du travail, celui-ci reste élevé pour les entreprises au niveau du SMIC (en particulier dans les zones où la productivité est plus faible), tandis que le droit du travail fait de la décision d’embauche en contrat à durée indéterminée (CDI) une décision risquée, notamment dans le cas d’un travailleur sans diplôme et sans expérience.

Colin, Nicolas, et al. « Économie numérique », Notes du conseil d’analyse économique, vol. 26, no. 7, 2015, pp. 1-12.

Questions

1. Qu’est-ce que la polarisation des emplois ?

2. Pourquoi le numérique accentue-t-il le phénomène de polarisation des emplois ?

3. En quoi la France se distingue-t-elle des autres pays ?

Document 4. Evolution des parts de l’emploi peu qualifié, intermédiaire et très qualifié entre 1993 et 2010

Facile

Graphique . Evolution des parts de l'emploi peu qualifié, intermédiaire et très qualifié 1993 et 2010

Questions

1. Faites une phrase avec les données pour la France.

2. Quelle observation principale peut-on tirer de ce graphique ?

3. Quels sont les pays ou la polarisation des emplois est la plus forte ?

Document 5. Le travail est source d’intégration sociale

Facile

Parce qu'il offre un statut social et un revenu, l'emploi n'a jamais été autant valorisé. […] Le revenu tiré de l’emploi permet à la fois de se libérer de l’emprise de la pauvreté et de choisir librement son destin. Ainsi, les familles monoparentales sont aujourd’hui bien davantage frappées par la pauvreté monétaire que le reste de la population […] En outre, dans un contexte de pouvoir d’achat quasi stagnant depuis une bonne dizaine d’années, être deux à travailler dans un couple permet d’augmenter le pouvoir d’achat du ménage en moyenne bien davantage que le supplément de gain que peut espérer obtenir un seul travailleur. Du coup, cela a accentué la pauvreté relative de ceux qui n’étaient pas dans cette situation : ménages composés d’une seule personne adulte, couples où les deux conjoints sont inactifs ou au chômage, couples " traditionnels " composés d’un seul actif. Dans une société où la norme est que chacun des adultes du couple exerce un emploi, ne pas être en couple ou vivre dans un couple où ce n’est pas le cas devient un handicap.

L’aspect revenu n’est pas le seul facteur, même s’il joue un rôle important, trop souvent minoré. Car l’emploi permet aussi à ceux qui y ont accès de " faire leur vie ", d’avoir une place reconnue dans la société et d’y tenir un rôle qui ne se réduit pas à des tâches domestiques. Quand il s’agit de se présenter dans un groupe, les gens disent rarement, voire jamais, " j’aime la danse " ou " je suis une passionnée de cinéma ". En revanche, ils nomment presque toujours leur profession. Non qu’ils en soient forcément fiers, mais elle indique qu’ils tiennent une place sociale reconnue, même si elle est modeste. A l’inverse, les chômeurs se présentent rarement comme tels, sauf sont le goût de la provocation : ils indiquent leur métier, ajoutant parfois " en recherche d’emploi ". Et plutôt que d’avouer qu’elles sont " sans profession ", ce qui serait un aveu d’inutilité sociale, les femmes préfèrent se dire " mères de famille " ou à la rigueur " femmes au foyer ", transformant leur non-emploi en rôle positif, de crainte d’être taxées d’inutilité sociale.

Ce rôle socialement valorisant de l’emploi est nouveau. Longtemps, le travail (au sens économique du terme, c’est-à-dire rémunéré) a été déconsidéré, voire méprisé, surtout s’il était manuel, qu’il impliquait de se salir les mains et d’effectuer des efforts physiques. Dominique Méda a montré que le retournement s’est fait essentiellement au XIXe siècle, donc de façon très récente. Encore au début du XXe siècle, Thorstein Veblen, un socio-économiste américain d’origine suédoise, expliquait que, pour les classes dominantes, le fin du fin consistait à afficher que l’on n’avait pas besoin de travailler pour vivre, que l’on pouvait dépenser son temps à aller au théâtre, à offrir des réceptions ou à courir les salons. Bref qu’il fallait surtout consommer le temps de façon improductive et le montrer, y compris en cantonnant l’épouse au foyer, contrairement aux classes laborieuses, où le travail féminin était indispensable à la survie familiale. Aujourd’hui, travailler moins est mal vu et les cadres se sont fait un devoir de prolonger leurs journées de travail à l’infini ou d’emporter de quoi s’occuper à la maison durant les fins de semaines. Une condition pour être bien vu par leur employeur et accéder à davantage de responsabilité.

Denis Clerc, « De l’emploi au statut social », Alternatives économiques, Hors-série n°69, 04/2006.

Questions :

1. Rappelez ce qu’est l’intégration sociale.

2. Présentez les deux arguments mis en avant par l’auteur qui montrent que le travail est source d’intégration sociale.

3. Quels autres arguments peut-on également mettre en avant ?

4.Comment le rôle intégrateur du travail a-t-il évolué ?

Document 6. Des transformations du marché du travail qui fragilisent l’intégration

Facile

Produit de la conjonction structurelle de facteurs multiples (épuisement des gains de productivité, saturation de la norme de consommation, mutations sectorielles, pression internationale, etc.), la crise qui clôt la période des Trente Glorieuses consacre le déclin du régime de croissance fordiste d’après-guerre. Bien qu’elle ne soit pas cumulative comme en 1929, la dépression a des effets directs durables sur le marché du travail. Le chômage entame une course à la hausse à partir de la seconde moitié des années 1970. […] Inégale selon les périodes, la création d’emplois n’a pas été suffisante pour empêcher le chômage de s’installer durablement dans le paysage français. Les études ne manquent pas pour signaler les inégalités selon l’âge, le sexe, l’origine ethnique, le diplôme, la catégorie socioprofessionnelle, la région, etc., face à la privation involontaire d’emploi. Cette dernière a accru par ailleurs les différences de statut et de protection sociale.

Le constat d’ensemble est similaire lorsqu’on observe l’évolution et la morphologie des «formes particulières d’emploi». […] On considère désormais comme typique un emploi à durée indéterminée et occupé à plein temps auprès d’un employeur unique qui est lui-même l’utilisateur direct des compétences du salarié. Les formes particulières d’emploi, l’intérim au premier chef, font leur apparition sur le marché du travail avant, il est vrai, que les symptômes de la grande crise des années 1970 ne s’imposent à toutes et à tous avec la force de l’évidence. Mais, les difficultés économiques persistant, la précarisation de l’emploi gagne du terrain au fil des années et des décennies qui suivent. La part de l’intérim, des contrats à durée déterminée, des stages et contrats aidés par les pouvoirs publics et de l’apprentissage dans l’emploi salarié double ainsi entre 1982 et 2002. Elle atteint son acmé en 2000 avec un taux de 12 % (contre 6 % en 1982). Dix-sept ans plus tard, nous en sommes à plus de 15 %. […] Depuis la fin des années 1970, les formes particulières d’emploi qui ont le plus vivement progressé dans le secteur privé sont l’intérim et les contrats à durée déterminée bien plus encore. En 2017, à elle seule la part des contrats à durée déterminée dans l’emploi salarié atteint 12 %, ceux de moins de trois mois représentant même 5 % du total.

[…] Le travail à temps partiel, qui concerne un peu moins de 19 % de la population active occupée en 2016 (contre 9 % en 1982), a également contribué au mouvement d’érosion de la norme d’emploi fordiste. Aujourd’hui, cette forme d’emploi alimente une partie de la pauvreté laborieuse, situation propre aux personnes en incapacité de tirer du produit de leur travail un revenu suffisant pour subsister.

[…] Que ce soit par le biais du chômage ou de la précarité, le refoulement des personnes aux marges du marché du travail a toujours des effets sur leur mode d’intégration sociale, […] la privation d’emploi se traduit par une déconnexion des intéressés des rythmes dominants de la vie sociale, une privation des points de repères spatiaux de l’existence et une sape de l’identité personnelle. Serge Paugam procède à des constats similaires à l’occasion de son étude sur les salariés de la précarité. Elle dilue non seulement les attaches avec le monde du travail mais elle gâte également les relations conjugales et familiales, elle dégrade les revenus et les conditions de vie, elle incite au repli sur soi et ses proches plutôt qu’à l’engagement associatif ou politique, etc.

Michel Lallement, « Quarante ans d’institution de l’emploi », Travail et Emploi, Dares, 2019.

 

Questions :

1. Distinguez formes d’emplois typique et atypique.

2. A quelles transformations le marché du travail français fait-il face dès le milieu des années 1970 ?

3. Qu’est-ce que la « pauvreté laborieuse » ?

4. Quelles sont les conséquences de ces transformations du marché du travail ?

Voir la correction

Réponses :

1. Distinguez formes d’emplois typique et atypique.

La notion d’emploi typique désigne le modèle de référence de l’emploi salarié à temps plein, en contrat à durée indéterminée (CDI), offrant des garanties et des perspectives de carrière. A l’inverse, les emplois atypiques regroupent les contrats à durée déterminée (CDD), intérims, apprentissage et contrats aidés. Ces formes particulières d’emploi sont précaires et offrent souvent des rémunérations plus faibles et des garanties sociales moindres. 

2. A quelles transformations le marché du travail français fait-il face dès le milieu des années 1970 ?

Le choc pétrolier de 1973 marque la fin des Trente Glorieuses et le début du ralentissement de la croissance économique, qui s’accompagne dès les années 1980 d’une augmentation d’un chômage de masse et de longue durée. En 1993, la barre symbolique des 3 millions de chômeurs est ainsi franchie en France. Par ailleurs, cette même période est marquée par le phénomène de précarisation de l’emploi. La part d’emploi précaire a presque triplé depuis le milieu des années 1980.

3. Qu’est-ce que la « pauvreté laborieuse » ?

La pauvreté laborieuse désigne les travailleurs pauvres, c’est-à-dire les personnes qui tout en ayant travaillé une partie de l’année vivent dans un ménage dont les revenus ne suffisent pas à offrir à ses membres un niveau de vie supérieur au seuil de pauvreté monétaire, généralement fixé à 60% du revenu médian.

4. Quelles sont les conséquences de ces transformations du marché du travail ?

Le développement du chômage de masse persistant et de la précarité remet en question le rôle intégrateur du travail. Non seulement les individus sont davantage exposés au risque de perte de revenus mais ils subissent également une fragilisation du statut social conféré par le travail.

Document 7. Évolution du risque de pauvreté au travail

Facile

 

Questions :

1. Que mesure le taux de risque de pauvreté au travail ?

2. Comment a évolué le risque de pauvreté au travail en France entre 2008 et 2018 ?

3. Cette évolution est-elle régulière ? Comment l’expliquer ?

4. Quel lien peut-on établir entre polarisation des emplois et risque de pauvreté ?

5. Comment se situe le risque de pauvreté au travail en France au regard des autres pays européens ?

Exercice 1. Vrai ou faux ? Le télétravail

Facile

Exercice 2. Fréquence du télétravail selon la catégorie socioprofessionnelle

Modéré

Questions

1. Faites une phrase avec la donnée entourée.

2. Quel constat général peut-on établir sur la pratique du télétravail en France ?

3. Quelle catégorie socioprofessionnelle pratique le plus le télétravail ?

4. Comment expliquer ce constat ?

Exercice 3. Disqualification sociale

Difficile

J'ai élaboré le concept de disqualification sociale dans mes recherches sur les formes contemporaines de la pauvreté dans le prolongement des travaux de Georg Simmel au début du XXème siècle sur le statut des pauvres. L'objet d'étude qu'il propose n'est pas la pauvreté ni les pauvres en tant que tels mais la relation d'assistance entre eux et la société dans laquelle ils vivent. La disqualification sociale correspond à l'une des formes possibles de cette relation entre une population désignée comme pauvre en fonction de sa dépendance à l'égard des services sociaux et le reste de la société.

J'ai par la suite élargi le concept de disqualification sociale au monde du travail en examinant et comparant les formes de l'intégration professionnelle. À partir d'une enquête auprès d'un échantillon diversifié de salariés, laquelle a abouti à la publication du Salarié de la précarité, j'ai pu constater que le processus de disqualification sociale ne commence pas obligatoirement par l'expérience du chômage, mais que l'on peut trouver dans le monde du travail des situations de précarité comparables à l'expérience du chômage, au sens de la crise identitaire et de l'affaiblissement des liens sociaux. Rappelons ici, brièvement, que la précarité des salariés a été analysée en partant de l'hypothèse que le rapport au travail et le rapport à l'emploi constituent deux dimensions distinctes de l'intégration professionnelle, aussi fondamentales l'une que l'autre. C'est ainsi que le type idéal de l'intégration professionnelle a été défini comme la double assurance de la reconnaissance matérielle et symbolique du travail et de la protection sociale qui découle de l'emploi. La première condition est remplie lorsque les salariés disent qu'ils éprouvent des satisfactions au travail, et la seconde, lorsque l'emploi qu'ils exercent est suffisamment stable pour leur permettre de planifier leur avenir et d'être protégés face aux aléas de la vie. Ce type idéal, qualifié d'intégration assurée, a permis de distinguer, par déduction, et de vérifier ensuite empiriquement, trois types de déviations : l'intégration incertaine (satisfaction au travail et instabilité de l'emploi), l'intégration laborieuse (insatisfaction au travail et stabilité de l'emploi) et l'intégration disqualifiante (insatisfaction au travail et instabilité de l'emploi). L'intégration disqualifiante affecte alors les deux sources du lien social : la protection du fait de l'instabilité de l'emploi, la reconnaissance du fait de l'insatisfaction au travail.

«Le lien social : entretien avec Serge Paugam », Entretien réalisé par Anne Châteauneuf-Malclès pour le site ses.ens-lyon.fr, publié le 06/07/2012.  

Questions :

1. Qu’est-ce que la disqualification sociale selon Serge Paugam ?

2. En quoi le travail et l’emploi donnent-ils accès à l’intégration assurée d’après Serge Paugam ?

3. Le processus de disqualification sociale ne touche-t-il que des chômeurs ? Pourquoi ?

4. A l’aide du tableau suivant, caractérisez les différents types d’intégration non assurée.

Voir la correction

Réponses :

1. Qu’est-ce que la disqualification sociale selon Serge Paugam ?

La disqualification sociale désigne un ensemble de situations pour lesquelles l’intégration sociale est défaillante. On la définit comme le processus d’affaiblissement ou de rupture des liens sociaux au sens de la perte de la protection et du lien social.

2. En quoi le travail et l’emploi donnent-ils accès à l’intégration assurée d’après Serge Paugam ?

Lorsque le travail et l’emploi donnent accès à une pleine intégration, on parle d’intégration assurée. Cette intégration repose sur la reconnaissance et l’accès à la protection sociale. Pour Serge Paugam, le travail donne accès à une double reconnaissance : d’abord matérielle lorsqu’il garantit un certain  niveau de revenu à l’individu et symbolique parce qu’il lui confère un statut social. L’emploi donne lui accès à la protection sociale.

3. Le processus de disqualification sociale ne touche-t-il que des chômeurs ? Pourquoi ?

Serge Paugam met en avant le fait que la disqualification ne concerne pas uniquement les individus exclus du marché du travail ou les chômeurs. Il s’agit d’un processus qui touche les individus dès lors que le travail et l’emploi ne garantissent plus reconnaissance et protection sociale. Ainsi, les individus en situation d’emploi précaire sont également menacés par la disqualification sociale.

4. A l’aide du tableau suivant, caractérisez les différents types d’intégration non assurée.