cours de Classe Préparatoire

5. Les transformations des structures économiques, sociales et démographiques depuis le XIXème

Description:

Les principales définitions

Accroissement naturel : Le solde naturel (ou accroissement naturel ou excédent naturel de population) est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une période. (source : www.Insee.fr)

Concentration industrielle : Dynamique industrielle qui se traduit par la diminution du nombre d’unités de production dans une branche et généralement par l’augmentation de la taille des unités restantes. La concentration peut se faire par fusion-acquisition ou elle peut résulter de la faillite d’entreprises. La concentration est dite horizontale lorsque le nombre de concurrents dans une même activité diminue. On parle de concentration verticale quand une entreprise absorbe une de ses activités en aval (une entreprise cliente) ou en amont (un fournisseur). Le conglomérat désigne le regroupement d’activités de production relevant de secteurs différents.

Coopératives de distribution : Appelées également coopératives de consommation, elles sont apparues dès le début du 19ème  siècle au Royaume-Uni puis dans d’autres pays européens et se sont fortement développés dans la première moitié du 20ème siècle. Il s’agit d’une association de clients procédant à des regroupements d’achats afin de bénéficier des ristournes et autres baisses de prix obtenus auprès des fournisseurs. Les coopératives sont des sociétés de personnes où chaque membre a une voix lors des assemblées générales. La rémunération du capital y est limitée. Vers 1924, il y avait selon Paul Bairoch (1997) en Europe sans la Russie environ 12 millions de membres de coopératives, soit un ménage sur six.

Croissance : voir le chapitre « Croissance et fluctuations au XIXème et XXème siècles » réalisé par Catherine Feuillet

Culture vivrière/culture d’exportation : La culture ou agriculture vivrière est la production agricole utilisée dans l’alimentation de base d’une population. Elle est produite le plus souvent par des techniques traditionnelles et est essentiellement consommée localement par les paysans eux-mêmes. L’agriculture d’exportation regroupe toutes les cultures tropicales au sens large du mot (certains de ces produits n’étant pas spécifiquement tropicaux) des pays en développement pour l’exportation. Les cultures d’exportations sont essentiellement les produits suivants : sucre, oléagineux des régions tropicales, café, thé, cacao, fruits « tropicaux », épices, coton, jute, huile de palme et sisal.   

Déflation/désinflation : voir le chapitre « Les déséquilibres macroéconomiques et financiers » réalisé par Laurent Braquet

DIPP : voir le chapitre « La dynamique de la mondialisation économique » réalisé par Laurent Braquet

Espérance de vie à la naissance : L'espérance de vie à la naissance (ou à l'âge 0) représente la durée de vie moyenne - autrement dit l'âge moyen au décès - d'une génération fictive soumise aux conditions de mortalité de l'année. Elle caractérise la mortalité indépendamment de la structure par âge. (source : www.Insee.fr)

Exode rural : Mouvement migratoire des habitants des régions rurales vers les centres urbains.

FMN: voir le chapitre « La dynamique de la mondialisation économique » réalisé par Laurent Braquet

Indice de fécondité (indicateur conjoncturel de fécondité) : L'indicateur conjoncturel de fécondité, ou somme des naissances réduites, mesure le nombre d'enfants qu'aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés l'année considérée à chaque âge demeuraient inchangés.

Remarque : Il ne faut pas perdre de vue que les taux utilisés dans le calcul sont ceux observés au cours d'une année donnée dans l'ensemble de la population féminine (composée de plusieurs générations) et ne représentent donc pas les taux d'une génération réelle de femmes. Il est probable qu'aucune génération réelle n'aura à chaque âge les taux observés. L'indicateur conjoncturel de fécondité sert donc uniquement à caractériser d'une façon synthétique la situation démographique au cours d'une année donnée, sans qu'on puisse en tirer des conclusions certaines sur l'avenir de la population. (source : www.Insee.fr)

Investissements étrangers (IDE et investissements de portefeuille) : voir le chapitre « La dynamique de la mondialisation économique » réalisé par Laurent Braquet

Mégalopoles/mégapoles : une mégalopole est un ensemble urbain très étendu (plusieurs centaines de kilomètres parfois) composé de plusieurs grandes agglomérations reliées entre-elles. Une mégapole est, selon l’ONU, une agglomération d’au moins 10 millions d’habitants.

Nouveaux pays industrialisés : Les NPI désignaient à l’origine les pays en développement dont la production et les exportations de biens industriels (textile, jouets, électronique grand public…) ont connu une forte croissance à partir des années 1960. Ces pays regroupaient au départ les 4 dragons (Corée du Sud, Honk-Kong, Singapour,Taïwan) puis les bébés tigres (Indonésie, Malaisie, Philippines, Thaïlande) ou des pays tels que la Turquie ou le Mexique. Désormais cette notion est souvent remplacée par le terme de pays émergents qui rassemble les pays de forte croissance en phase de rattrapage. Cette désignation est toutefois plus large puisqu’elle regroupe des pays anciennement industrialisés (la Russie notamment) et des pays dont la croissance repose davantage sur les exportations de biens primaires ou de services.

Pays avancés : C’est une manière de nommer les pays développés ou encore les pays industrialisés qui ont un niveau de PIB/habitant élevé et qui ont amorcé leur industrialisation et la modernisation de leurs infrastructures dès le 19ème siècle. Il s’agit des pays européens (Russie comprise), de l’Amérique du nord, du Japon, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Certains NPI au niveau de vie élevé sont désormais regroupé dans cette catégorie, comme les Dragons.

Pays émergents : voir NPI et le chapitre « Economie et sociologie du développement » réalisé par Matthieu Grandclaude

Pays en développement (PED): Il n’y a pas de définition officielle au sein de l’ONU des PED et les contours de cette notion sont encore plus flous que pour celle de pays développés, néanmoins ces termes sont généralement employés pour désigner les pays qui ne se sont pas industrialisés au 19ème siècle et qui ont aujourd’hui un niveau de vie inférieur aux anciens pays industrialisés. Dans cette acception, cet ensemble regroupe à la fois les PMA, les pays émergents et autres PED mais exclue les pays au niveau de PIB/hab élevé tels que les Dragons, certains pays exportateurs de pétrole ou des paradis fiscaux, ainsi que les pays au niveau de PIB/hab inférieur aux pays les plus avancés mais qui ont amorcé leur industrialisation au 19ème siècle (Russie et Europe centrale). La notion de PED remplace celle de pays sous développé jugée péjorative ou de pays du tiers monde. Elle est synonyme de l’expression pays en voie de développement plus fréquemment utilisée il y a une trentaine d’années.

Pays les moins avancés (PMA) : Ces pays constituent une catégorie officielle créée par l’ONU en 1971 composée des pays les moins développés socio-économiquement selon trois critères précisés en 2003 : faible niveau de revenu par habitant, retard dans le développement humain et vulnérabilité économique. A partir d’indicateurs offrant une évaluation de ces critères, 48 pays ont été reconnus en 2014 par l’ONU comme relevant de cette catégorie

Productivité : voir le chapitre « Croissance et fluctuations au XIXème et XXème siècles » réalisé par Catherine Feuillet

Protectionnisme : voir le chapitre « La dynamique de la mondialisation économique » réalisé par Laurent Braquet

Putting out system : Système de production typique de la proto-industrialisation au début de la  1ère révolution industrielle (fin 18ème-début 19ème siècle) et qui a toutefois subsisté de façon limité en Europe jusque dans les années 1950-60. La production était effectuée par des paysans-ouvriers qui se voyaient confier la réalisation de pièces textiles ou d’autres choses par des négociants qui apportaient la matière première et venaient récupérer les marchandises une fois les produits terminés. Cette méthode de production nécessite peu de capitaux et permet aux donneurs d’ordre de profiter d’une main d'oeuvre peu exigeante sur le plan salarial. Il est à noter que ce système de production existait aussi en ville. La révolte des canuts (ouvriers de la soie de Lyon) en 1831 évoquée par Marx est un exemple de révolte ouvrière de ce type d'organisation de la production. Certains auteurs distinguent le putting out system du domestic system qui fonctionne sur le même principe mais qui est à dimension plus restreinte puisque la production restait destinée au marché local.

Niveau de vie : Pour l’Insee, le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d'unités de consommation. Toutefois l’usage plus large du terme désigne approximativement le pouvoir d’achat moyen par habitant et il est souvent estimé à partir du RNB/hab ou même du PIB/hab.

Mode de vie : Il s’agit de la manière dont les individus utilisent leur temps libre et leur budget. Les modes de vie sont contraints ou influencés par le temps de travail, le pouvoir d’achat, l’environnement naturel et culturel, les représentations véhiculées par les media…

Revenu national par habitant (RNB) : Le RNB représente l'ensemble des revenus primaires reçus par les unités institutionnelles résidentes. On peut le calculer à partir du PIB. RNB = PIB – revenus primaires versés au reste du monde + revenus primaires reçus du reste du monde. Le concept de RNB correspond approximativement à l’ancienne notion de produit national brut (PNB).

Solde migratoire : Différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de l'année. Ce concept est indépendant de la nationalité. (source : www.Insee.fr)

Société en commandite : Juridiquement, c’est une société commerciale réunissant deux types d'associés. Il y a d’une part les commandités, qui dirigent seuls la société et sont solidairement responsables sur leurs biens propres des dettes de la société et, d’autre part, les commanditaires qui ont une responsabilité limitée à leurs apports. Les premiers n’ont pas la possibilité de céder leurs actions (cas d'une commandite par actions) ou leurs parts sociales (cas d'une commandite simple), alors que les seconds peuvent le faire mais n’ont aucun pouvoir de décision dans la société.

Taux d’activité : C’est le rapport entre le nombre d'actifs (actifs occupés et chômeurs) et l'ensemble de la population correspondante. (source : www.Insee.fr)

Taux d’analphabétisme : Selon l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI), on parle d’analphabétisme pour désigner des personnes qui n’ont jamais été scolarisées. On parle d’illettrisme pour des personnes qui, après avoir été scolarisées en France, n’ont pas acquis une maîtrise suffisante de la lecture, de l’écriture, du calcul, des compétences de base, pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante. (source : http://www.anlci.gouv.fr/) Le taux d’analphabétisme est le nombre d’habitants de 15 ans et plus ne sachant ni lire ni écrire, exprimé en pourcentage de la population dans le groupe d’âge correspondant.

Taux de natalité : Nombre de naissances vivantes de l’année rapporté à la population moyenne de l’année. Il est généralement exprimé pour mille habitants. (source : www.ined.fr)

Taux de mortalité : Nombre de décès rapporté à la population totale moyenne d’une année. Généralement exprimé pour 1000 personnes. (source : www.ined.fr)

Taux de mortalité infantile : Nombre de décès d’enfants de moins d’un an rapporté au nombre de naissances vivantes. Il est en général calculé pour une année donnée et exprimé pour 1000 nouveau-nés vivants. (source : www.ined.fr)

Taux de scolarisation : Pourcentage de jeunes d'un âge de scolarisation donné qui sont scolarisés par rapport à l'ensemble de la population du même âge. (source : www.Insee.fr)

Taux de syndicalisation : Nombre de personnes syndiquées rapporté à la population active occupée. 

Taux d’urbanisation : Proportion de personnes habitant une ville. Selon les auteurs, le critère retenu pour considérer une ville pourra être de 2000, de 5000 habitants ou plus encore. Nous avons retenu le seuil de 5000 habitants.

Étude de l’institut de l’entreprise

En cours de construction

Entretiens enseignants entreprises

2016

Entretiens Enseignants-Entreprises 2016

Partage