Atelier 5 du 30 août de 9h à 10h : La révolution énergétique, au secours du climat ?

Présentation  :

La « révolution énergétique » que le monde doit aujourd’hui « prendre à bras le corps » constitue un bouleversement dont les modalités futures sont difficiles à imaginer, tant elles supposent une remise en cause, d’une part, des modes de production hérités des « révolutions industrielles » qui se sont succédé depuis un peu plus de deux siècles, d’autre part des modes de consommation dont les sociétés occidentales ont longtemps été la vitrine, et qui se sont peu à peu diffusés à une grande partie de la population mondiale.

Les sociétés contemporaines ont de gigantesques besoins énergétiques, besoins qui commandent leur capacité future à créer des richesses et à assurer à l’ensemble des êtres humains des conditions de vie décentes. Mais la connaissance, désormais scientifiquement fondée, des dommages à long terme des émissions de gaz à effet de serre (GES) sur le climat de la planète conduit à une prise de conscience brutale : le monde doit se débarrasser des énergies fossiles, dont à terme d’ailleurs, les ressources seront épuisées.

Cette priorité découle des effets de réchauffement climatique des émissions de GES : si les évaluations de ces effets ont longtemps donné lieu à des controverses, ces derniers ne sont plus aujourd’hui contestés que par une poignée d’irréductibles aux motivations ambiguës. Les hypothèses formulées par le GIEC s’inscrivent dans une fourchette de réchauffement de 1 à 3°C, engendrant une élévation du niveau des mers catastrophique pour certaines régions de la planète.

Une fois posée en ces termes, la question de la nécessaire « transition énergétique » suscite, on s’en doute, des prises de position diverses et parfois contradictoires : pour certains analystes, les contraintes liées à la « décarbonation » de nos modes de production et de vie font peser le risque d’une récession rampante, permanente, sur l’ensemble des économies de la planète, ce processus de réduction du bilan carbone représentant une « ponction » nette sur notre capacité à produire des richesses. Selon d’autres points de vue, il y aurait au contraire, dans les modalités de cette « transition énergétique », des opportunités de croissance considérables, qui pourraient redonner de la vigueur à des économies confrontées à une saturation de leur modèle de consommation.

Quoi qu’il en soit, il reste à s’interroger sur les liens entre la manière dont cette révolution énergétique sera négociée et ses effets sur le climat : par exemple, quelle place pour l’énergie nucléaire, qui pose, certes, des problèmes de sécurité à court et à long terme, mais dont il faut reconnaître qu’elle n’a qu’un impact très limité sur la question du réchauffement climatique ? Comment substituer, à des coûts acceptables pour les utilisateurs, les énergies renouvelables aux énergies fossiles ? A quels secteurs attribuer une priorité dans ces politiques « anti-carbone » ? Le chauffage des bâtiments et des habitations ? Les process de production de l’industrie lourde ? Les véhicules consommant des produits pétroliers ?

Quels que soient les choix (ou les contraintes) qui conduiront ces évolutions, une chose est certaine : la révolution énergétique exigera, pendant des décennies, un effort colossal d’investissements innovants, qui ne pourront vraisemblablement pas venir uniquement des investisseurs privés et impliqueront des engagements massifs de la part des acteurs publics.

 

Questions :

1- Quelles sont les perspectives d’évolution à moyen terme de la consommation mondiale d’énergie ?

2- Comment évaluer les flux d’investissement nécessaires pour réaliser la transition énergétique ?

3- Quelles pourraient être les sources et les procédures de financement de ces investissements ?

4- Quelles sont les marges de progression de « l’efficacité énergétique » ?

5- Pourquoi la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique est-elle si diverse au sein des pays européens ?

Quelques ressources utiles :

Grandjean Alain, Martini Mireille, Financer la transition énergétique, L’Atelier, 2016.

Jancovici Jean-Marc, Dormez tranquilles jusqu’en 2100, et autres malentendus sur le climat et l’énergie, Odile Jacob, 2015.

Liens Melchior

→ Graphiques

La tarification du carbone : quels outils pour lutter contre le changement climatique ?

→ Fiche de lecture

2 économistes face aux enjeux climatiques, Roger Guesnerie, Nicholas Stern, avec la collaboration de Gabriel Zucman, Le pommier, 2012.

→ vidéo

Patrice Geoffron : Va-t-on vers une révolution énergétique ?

Patrice Geoffron : Quelle Europe énergétique au XXIème siècle ?

→ Etudes de cas

VINCI Autoroutes et la question environnementale

Retour au programme