Activité - jeu n° 2

La simulation d’une vente aux enchères dans un contexte d’information parfaite sur la qualité des œuvres d’art

 

Le marché de l’art contemporain est un marché particulier dont les biens peuvent être achetés et revendus dans le but de réaliser une plus-value. Cette revente se fait sur le marché secondaire notamment sous forme de ventes aux enchères dans des sociétés de ventes spécialisées dans cette activité.

Vous participez à une vente aux enchères dans la fameuse maison de ventes Christie’s.

Trois œuvres font l’objet d’une vente aux enchères dont les valeurs artistiques ainsi que les prix de mise en vente respectifs sont connus.

 

But du jeu :

 

- Le but du jeu pour le vendeur est de réaliser la plus grande plus-value. Il attend de cette vente aux enchères que la différence entre le prix de vente aux enchères et son prix initial de mise en vente soit la plus élevée possible. Son rôle est passif, il se contente de suivre le déroulement des enchères et de calculer le gain réalisé dès que son œuvre est vendue.

Le gagnant est celui qui a réalisé la plus grande plus value. On classe les vendeurs par ordre décroissant de plus-value réalisée.


- Le but du jeu pour l’acheteur est d’acquérir l’œuvre pour enrichir sa collection d’une œuvre d’art unique et d’une qualité exceptionnelle reconnue dans le monde de l’art, c’est-à-dire acheter l’oeuvre qui a la plus grande valeur artistique. En effet, cet achat est un moyen pour lui de démontrer son appartenance sociale par l’achat d’une œuvre prestigieuse et outrageusement onéreuse (consommation ostentatoire).

Le grand gagnant est celui qui a acquis l’œuvre la mieux cotée dans le monde de l’art, un classement des acheteurs se fera par ordre décroissant de valeurs artistiques acquises, ceux qui n’ont rien acheté ont perdu. En cas de joueurs ex aequo, le plus jeune remporte l’œuvre.

 

Répartition des rôles dans la classe et règles du jeu :

 

- l’enseignant est le commissaire-priseur qui présente l’œuvre, son prix de départ et adjuge le bien au plus offrant.

- 18 élèves sont de potentiels acheteurs. Leur budget maximal pour cette vente est fixé par une carte distribuée de manière aléatoire au début de la partie (cf. annexe 1). Chaque acheteur a pour rôle de faire monter les enchères sur les œuvres qu’il souhaite acquérir dans la limite de son budget. Si un acheteur est intéressé par une œuvre, il doit proposer un prix plus élevé d’une unité monétaire (+ 1UM) par rapport au prix de départ ou au prix proposé par un autre acheteur potentiel du bien qu’il l’intéresse. L’acheteur qui fait la meilleure offre acquiert l’œuvre.

Exemple : Si le prix de départ proposé par le vendeur est de 6 UM, une première proposition fait monter le prix à 7 UM (6 UM +1), une seconde offre peut être faite à 8UM (7UM +1) dans la limite du budget de l’acheteur etc.

- 3 élèves sont vendeurs d’une œuvre d’art, ils connaissent la qualité de l’œuvre d’art dont ils souhaitent se séparer et ne veulent pas la vendre à un prix inférieur à sa valeur artistique, leur but étant de réaliser une plus-value

- le reste de la classe fait partie des observateurs qui analysent le déroulement et les résultats de cette expérience des enchères.

 

Document à distribuer et à lire par les élèves avant la mise en vente (et à vidéo-projeter lors des enchères)

 

La richesse des acheteurs est inégale et distribuée de manière aléatoire dans le groupe d’acheteurs. Le jeu contient 18 cartes « acheteurs » avec des budgets maximaux allant de 7UM à 17UM, les pouvoirs d’achat sont donc inégalement répartis parmi les acheteurs.

Trois œuvres font l’objet de la vente de ce jour chez Christie’s :

Vous disposez d’un descriptif sur la qualité de l’œuvre (valeur artistique) et de son prix de mise en vente de départ.

 

 

Début des enchères ! Les enchères commencent par la vente de l’œuvre numéro 1.

 

Questions :

1. Quelle stratégie l’acheteur devait-il mettre en place pour gagner ?

2. Tous les acheteurs avaient-ils les mêmes chances de gagner le jeu ?

3. La hiérarchie des valeurs artistiques est-elle similaire à la hiérarchie des prix de ventes réalisés aux enchères ?

 

Quand l’information sur la qualité des œuvres est transparente, les prix montent sur les œuvres dont la qualité est établie, car la stratégie employée consiste à faire monter les enchères sur l’œuvre dont la valeur artistique est la plus élevée.

Ce sont les personnes plus riches qui font monter les enchères le plus haut. Plus la richesse est élevée, plus le prix de l’œuvre monte.

Le prix attribué aux enchères reflète bien la valeur artistique des œuvres, dans le sens où on observe que la hiérarchie de la valeur artistique et celle des prix sont similaires. -> marché efficient