Activité - jeu n° 1 christie's

L’expérience du marché concurrentiel

 

Contextualisation : Sur ce marché, les peintures sont considérées comme parfaitement homogènes, de qualités identiques, donc parfaitement substituables. Offreurs et acheteurs sont supposés rationnels et parfaitement informés. Chaque vendeur veut vendre son tableau le plus cher possible à un acheteur qui veut au contraire l’acheter le moins cher possible. Le bien artistique vendu sur ce marché a uniquement une fonction décorative.


 

Le jeu :

 

Répartition des rôles :

 

- 2 assistants qui joueront le rôle de « contrôleur de la légalité des échanges-annonceurs de prix »

- 1 Groupe de vendeurs (16 joueurs) : Ils recevront des cartes « vendeurs » (cf. annexe 1)

- 1 Groupe d’acheteurs (16 joueurs) : ils recevront des cartes « acheteurs » (cf. annexe 2)

 

Indications préalables :

 

- Chaque carte représente une « unité » d’un bien hypothétique qui peut s’échanger sur le marché

- Les cartes sont individuelles et ne doivent jamais être montrées aux autres joueurs, elles doivent rester secrètes.

- 5 à 7 tours de 5 min d’achat / vente seront organisés. Chacun pourra négocier son prix à chaque fois avec un autre partenaire.

- Le prix doit être un multiple de 0,50 unités monétaires, notée 0, 50 UM (pour faciliter l’information et les calculs)

- Quand acheteur et vendeur se mettent d’accord sur un prix d’échange, ils viennent tous les 2 près du tableau où se trouvent les assistants pour faire enregistrer leurs surplus (gains). Si leur opération est correcte, le vendeur et l’acheteur retournent à leur place et attendent la fin du tour.

- Certains n’arriveront pas à vendre ou à acheter. Leur surplus est nul.

 

But du jeu :

 

Pour le vendeur, il s’agit de vendre le plus cher possible.

Pour l’acheteur, il s’agit d’acheter le moins cher possible.

La différence entre le montant indiqué sur la carte et le prix négocié sera le gain (surplus) réalisé par chaque joueur. Celui qui aura le plus gros gain aura gagné.

Indications particulières :

 

POUR LES VENDEURS :

 

Vous pouvez vendre une seule unité par période de 5 mn.

- Le prix de l’unité que vous voulez vendre est égal au prix indiqué sur la carte.

- Vous n’avez pas le droit de vendre à perte. Vous devez vendre à un prix égal ou supérieur au prix indiqué sur la carte.

- Votre surplus est la différence entre le prix de vente et le coût indiqué sur la carte. Vous l’indiquez sur le document « surplus du vendeur » et vous le faites contrôler auprès des assistants en même temps que l’acheteur avec qui vous avez conclu l’échange.

ex : si votre carte vous indique que votre prix minimum auquel vous acceptez de vendre le bien est de 2 unités monétaires, et que vous négociez la vente à 3,5 unités monétaires, le surplus est de 3,5 – 2 = 1,5 UM). Avec un prix de 2 UM vous n’êtes pas autorisé à vendre à un prix inférieur à 2 UM. Si par inadvertance vous concluez un prix de vente inférieur à 2 UM, la transaction sera annulée mais la carte sera rendue et vous reprendrez à nouveau les négociations.

Si tout est parfait, vous retournez à votre place et attendez le tour suivant.

Votre gain total est égal à la somme des gains accumulés pour toutes les périodes d’échange. Vous enregistrez vos gains sur la feuille de résultats ci-après.

POUR LES ACHETEURS :

 

- Vous pouvez acheter une seule unité par période de 5 mn.

- Le prix de d’achat de l’unité que vous voulez acheter est estimé égal au budget maximal indiqué sur la carte.

- Vous n’avez pas le droit d’acheter à un prix supérieur car vous vous feriez avoir. Vous devez acheter à un prix égal ou inférieur au prix indiqué sur la carte.

- Votre surplus est la différence entre le prix indiqué sur la carte et le prix d’achat. Vous l’indiquez sur le document « Surplus de l’acheteur » et vous le faites contrôler auprès des assistants en même temps que le vendeur avec qui vous avez conclu l’échange.

Ex : si votre carte vous indique votre budget maximal est de 9 UM, et que vous négociez un prix d’achat de à 4,5 UM, le surplus est de  9 – 4,5 = 3,5 UM). Avec un budget de 9 UM vous n’êtes pas autorisé à acheter à un prix supérieur à 9 UM. Si par inadvertance vous concluez un prix d’achat supérieur à 9 UM, la transaction sera annulée mais la carte sera rendue et vous reprendrez à nouveau les négociations. Si tout est parfait, vous retournez à votre place et attendez le tour suivant.

Votre gain total est égal à la somme des gains accumulés pour toutes les périodes d’échange. Vous enregistrez vos gains sur la feuille de résultats ci-après.

POUR LES ASSISTANTS :

 

Vous êtes chargés du bureau d’enregistrement.

- Les joueurs sont soit des vendeurs soit des acheteurs

- Chaque acheteur a une carte « acheteur ».

- Chaque vendeur a une carte « vendeur »

- Lorsque un vendeur et un acheteur se mettent d’accord sur un prix d’échange, ils doivent venir enregistrer leur transaction au bureau. Vous devez :

- Vérifier que la transaction est légale (le prix est un multiple de 0,50 UM / le prix de l’acheteur est égal ou inférieur au prix indiqué sur sa carte / le prix du vendeur est égal ou supérieur au prix indiqué sur sa carte).

- Si la transaction est illégale, redonnez les cartes au vendeur et à l’acheteur et renvoyez-les sur le marché.

- Si la transaction est légale, gardez les cartes provenant de la transaction et écrivez la valeur des cartes et le prix de la transaction sur le tableau d’enregistrement. Annoncez le prix d’échange à haute voix pour que les autres joueurs aient l’information.

- Enfin, enregistrez dans le tableau suivant, le prix négocié pour chaque transaction à chaque période.

Source : Jeu pédagogique tiré du travail de Jérôme Villion « Expérience : le marché concurrentiel » in http://ecoexpepedago.blogspot.fr/2009/10/experience-n1-le-marche-dun-bien.html, Ecoflash n°199, Juin 2005. « L’Economie Expérimentale »

 

Annexes : Cartes à découper :

 

(pour une classe composée de 16 acheteurs et de 16 vendeurs, cartes à imprimer en double exemplaire)

Annexe 1 : Cartes « vendeur »

Annexe 2 : Cartes « Acheteurs »

Exercice 1 à partir des résultats : Les courbes d’offre et de demande

Les cartes ont été distribuées de manière à obtenir ce résultat.

Questions :

1. Reproduire et compléter le graphique ci-dessous afin de représenter les courbes d’offre et de demande sur le graphique ci-dessous (rappel, les prix sont représentés sur l’axe des ordonnées et les quantités sur l’axe des abscisses).

Résultats :

2. Comment évoluent l’offre et la demande ? Pourquoi ?

L’offre est une fonction croissante du prix, quand le prix augmente, la quantité offerte augmente. En effet, les offreurs sont incités à vendre quand ils peuvent vendre le plus cher possible. Ils dégagent un gain quand le prix auquel ils parviennent à vendre le bien est supérieur au prix minimum auquel ils étaient prêts à vendre compte tenu de leurs coûts de production. Le surplus du producteur = prix de vente – prix minimal du vendeur (coûts de production).

La demande est fonction décroissante du prix, quand le prix diminue, la quantité demandée augmente. En effet, les demandeurs sont incités à acheter quand ils peuvent acheter au prix le plus bas possibles. Ils dégagent un gain quand le prix auquel ils parviennent à acheter le bien est inférieur au prix maximum qu’ils étaient prêts à payer pour le bien compte tenu de leurs goûts et leurs budgets. Le surplus du consommateur = budget maximal de l’acheteur – prix d’achat effectivement payé.

 

3. Identifiez, par un code couleur de votre choix, les aires sur le graphique qui correspondent d’une part à la zone des achats possibles des demandeurs, d’autre part à la zone des ventes possibles des producteurs.

En rouge, la zone des achats possibles compte tenu des budgets maximaux des consommateurs.

En hachure grise, la zone des ventes possibles compte tenu des prix minimaux des producteurs.

 

4. A quoi correspond le point d’intersection entre les deux courbes sur le graphique ? Interprétez économiquement ce que cela signifie.

Le point d’intersection entre les deux courbes sur le graphique correspond au point d’équilibre entre l’offre et la demande. Lorsque le prix est égal à 5,5 unités monétaires et la quantité à 10 unités du bien, alors les quantités offertes et quantités demandées sont égales.

 

 

5. A l’équilibre du marché, le surplus total des producteurs correspond à la différence entre le prix de marché (prix d’équilibre) et le prix minimal auquel chacun d’entre eux était prêt à vendre le bien. Identifiez l’aire qui correspond au surplus global des producteurs sur le graphique.

Le surplus total des consommateurs correspond à la différence entre le prix maximum auquel chacun d’entre eux était prêt à acheter le bien et le prix effectivement payé (prix d’équilibre). Identifiez l’aire qui correspond au surplus global des consommateurs sur le graphique.

 

6. Si le prix de marché n’est pas le prix d’équilibre, prenons un prix unique de 8 unités monétaires. Comment évoluent le surplus global des producteurs et le surplus global des consommateurs. Interprétez.

 

L’augmentation du prix a diminué le surplus des consommateurs au profit de quelques producteurs. La quantité totale échangée a diminué, car à ce prix, certains consommateurs n’ont pas pu acheter le bien, donc certains producteurs n’ont pas pu vendre leur bien. Les gains collectifs à l’échange diminuent.

 

7. Quelle situation semble la plus optimale pour les offreurs et les demandeurs ? Pourquoi ?

La situation optimale pour les consommateurs et producteurs correspond à l’équilibre concurrentiel, car les quantités offertes sont égales aux quantités demandées, les gains des consommateurs et des producteurs sont maximaux. La situation d’équilibre satisfait le plus grand nombre d’acheteurs et le plus grand nombre de vendeurs.

8. Reportez dans le tableau ci-dessous, les prix qui ont effectivement été pratiqués lors du jeu.

9. Que constate-t-on ?

D’après la loi de l’offre et la demande, les échanges sur un marché concurrentiel tendent à converger vers le prix d’équilibre.