Graphique

L’essoufflement de la croissance potentielle Novembre 2017

Résumé

Dans son rapport récent sur la situation économique française, l'OCDE propose une mesure de la croissance potentielle et des ses composantes.

Dans son rapport récent sur la situation économique française, l'OCDE propose une mesure de la croissance potentielle et des ses composantes.

La notion de croissance potentielle s'est installée dans le débat économique à l’occasion du pacte budgétaire européen de 2012 (TSCG, Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l'union économique et monétaire). Depuis, parmi les économistes, les interrogations sont nombreuses quant à la mesure de la croissance potentielle. Cette dernière est définie comme le niveau de croissance rendu possible par l'état et l'évolution de la disponibilité des facteurs de production.

Depuis 2000, la croissance potentielle française est sur une tendance déclinante, à l’exception d’une période allant de 2009 à 2016. L'OCDE prévoit une nouvelle baisse de la croissance potentielle pour 2017 et 2018.

Comment expliquer ces tendances ?

Le graphique de l'OCDE met clairement l'accent sur une première piste explicative, l'évolution du volume de capital, donc de l'investissement. La contribution du capital par travailleur à la croissance diminue régulièrement, signe d’une insuffisance de l’investissement dans notre pays.

La deuxième piste explicative tient à la contribution de la productivité totale des facteurs (PTF). Les gains de productivité s’essoufflent et ne contribuent plus que pour environ 0,3 point de pourcentage à la croissance potentielle, évaluée à 1,2 % en 2018.

 

Source : France 2017, Etude économique pour une croissance et un marché du travail plus inclusifs, OCDE, octobre 2017