Graphique

Coût de la main d’oeuvre industrielle dans la zone euro : le grand écart

Résumé

Dans l'ensemble des pays de l'Union européenne, on constate des écarts importants de coût horaire, qui réflètent pour l'essentiel l'hétérogénéité persistante des système nationaux de protection sociale.

Dans l'ensemble des pays de l'Union européenne, on constate des écarts importants de coût horaire, qui réflètent pour l'essentiel l'hétérogénéité persistante des système nationaux de protection sociale.

Les données publiées par Eurostat dans le cadre des enquêtes ECMOSS confirment la très forte disparité des coûts horaires de la main d’oeuvre dans l’industrie manufacturière, au sein de la zone euro et, plus largement, de l’Union Européenne. A l’intérieur de la zone euro, l’écart maximal atteint un coefficient multiplicateur supérieur à 5 entre la Lettonie (7,63 €) et la Belgique (43,70 €) ou l’Allemagne (41,12 €). Le coût horaire global de la main d’oeuvre inclut, ici, le salaire direct versé au salarié et les cotisations sociales patronales comme salariales.

Si l’on élargit l’analyse à l’ensemble des pays de l’Union européenne, on constate des écarts plus importants encore, le Danemark culminant à 44,47 € de l’heure, alors que la Roumanie et la Bulgarie se situent à des niveaux de coûts de main d’oeuvre encore très faibles (respectivement 5,39 et 4,13 €). Ces écarts reflètent à la fois les différences considérables de niveaux de productivité de la main d’oeuvre et l’hétérogénéité persistante des systèmes de protection sociale au sein d’une Union qui est encore très éloignée de la convergence sociale.