Cours

Cours de Première ES : 1. Les grandes questions que se posent les économistes

Question 5. Quels sont les grands équilibres macroéconomiques ?

Découverte

Document 1a - Les ressources

 

Quelles sont les deux origines possibles des biens et services dont nous disposons dans notre économie ?

​Document 1b - Les emplois

 

 

 

 

 

Quelles peuvent être les différentes utilisations possibles des biens et services disponibles dans notre économie ? Quels sont les agents économiques qui les utilisent ? Pour quels types d’opération ?

Document 1c

Que deviennent les produits qui ne sont pas encore vendus ?

Document 2

Que devient Y (PIB) une fois produit ? Il constitue les ressources du marché des biens et services, ou encore l’offre globale sur ce marché. En économie fermée (pas d’importation), il n’y a pas d’autre ressource en biens et services que Y.

Tous les biens et services produits ont nécessairement un emploi. Certains seront utilisés à la consommation finale (C) ou à la formation de capital fixe (biens durables utilisés plus d’un an, la FBCF), et tous les autres seront stockés en attendant d’être utilisés autrement. Comme nous l’avons expliqué plus haut, la formation de capital et la variation de stock (VS) constituent l’investissement (I). En économie fermée, il n’y a pas d’autre emploi possible des biens et services que C et I ; ces emplois constituent la demande globale. On peut donc écrire l’identité des ressources et des emplois sur le marché des biens et des services (ou encore l’équilibre entre l’offre et la demande globale) sous la forme :

Y = C + I

Considérons à présent une économie ouverte aux échanges extérieurs. Les ressources du marché des biens et services comprennent désormais, en plus du produit intérieur (Y), des importations (M).

Les exportations (X) constituent en outre un nouvel emploi possible des biens et services disponibles sur le marché.

Source : J. Généreux, Economie politique, Hachette, 5ème édition, 2008.

 

 

1) Qu'est ce que le PIB ?

2) Qu’entend-on par « ressource » sur le marché des biens et services ?

3) Quelles sont les ressources disponibles en économie ouverte ?

4) Que représentent aussi les ressources disponibles pour notre économie ?

5) Qu’entend-on par « emploi » sur le marché des biens et services ?

6) Quels sont les quatre emplois possibles en économie ouverte ?

7) Que représentent aussi les emplois pour notre économie ?

8) Que devient alors l’égalité emplois-ressources en économie ouverte ?

…… + ……… = …… + …… + ……+ ………

Emplois                      Ressources

ou encore …………………… = ……………………

9) Déduisez de cette relation l’équation qui permet de calculer le montant du PIB :

PIB =  ……………………………………………………………

10) Pourquoi les emplois sont il forcément égaux aux ressources ?

Document 3

Considérons d’abord le cas d’une économie fermée (absence de relations économiques avec l’extérieur). L’offre globale de l’économie est la production nationale (Y) celle-ci a deux utilisations : la consommation (C) et l’investissement (I).

La production nationale (Y) donne naissance aux revenus, distribués durant la même période. La représentation de l’économie sous forme de circuit a montré que la valeur de la production correspond exactement à la valeur des revenus distribués. La totalité du produit intérieur est transformée en revenus par les agents économiques.

Comme les revenus sont soit consommés (C) soit épargnés (E), on a finalement : Y = C + E

Comme par ailleurs Y = C + I, on obtient :

I = E

L’égalité de l’épargne et de l’investissement peut être effectuée dans l’égalité emplois – ressources, on a : Y + M = C + I + X

Si on remplace Y par (C + E) : C + E + M = C +I +X soit :

X – M = E – I

Si (X – M) est négatif, c'est-à-dire que la balance des transactions courantes est déficitaire, alors l’épargne intérieure est inférieure aux besoins d’investissement. Le déficit courant correspond à une insuffisance d’épargne.

Si le solde courant est positif, alors l’économie dégage davantage d’épargne que ce qui est nécessaire pour investir, cette épargne peut être exportée.

Si une économie dépense davantage qu’elle ne produit, cela signifie que l’épargne extérieure doit venir financer une partie des investissements.

Source : J.Y. Capul et O. Garnier, Dictionnaire d’économie et de sciences sociales, Hatier, 2011.

 

1) Quelle relation relie l’épargne à l’investissement ?

2) Quelle est l’inconvénient d’un déficit de la balance des transactions courantes (qui comptabilise les importations et exportations de biens et de services) ?

 
 
Document 4

Ressources et emplois de biens et de services, en France, entre 2005 et 2010,

en milliards d’euros courants

 

1) Vérifiez l’équilibre emplois-ressources pour la France en 2010.

2) Retrouvez le montant du PIB de la France pour l’année 2009.

3) Que signifie le chiffre - 12.1 pour l’année 2009 ?

4) Quelle est la principale composante des emplois en France ?

5) Dans quels cas le PIB peut il augmenter ?

 
 
Document 5

Contributions à la croissance du PIB en volume, en points de pourcentage

 

 

 

1) Que signifie PIB en volume ?

2) Faites une phrase donnant le sens du point de la courbe correspondant au PIB pour l’année 2010

3) Choisissez la phrase correcte

a. En 2010, en France, la variation de stocks a contribué à la hausse du PIB à hauteur de 0.6 points.
b. En 2009, en France, la variation de stocks  a augmenté de 0,6 %.
c. En 2009, en France, la variation de stocks représente 0,6 % du PIB.

4) Peut-on dire que notre commerce extérieur a favorisé ou freiné la croissance en 2010 ?

5) Quel élément de la demande globale a été le principal moteur pour la croissance sur toute cette période ?

6) Vérifiez que la croissance du PIB = contribution de la consommation à cette croissance + contribution de l’investissement + contribution du solde extérieur + contribution du poste variation de stock

 
 
Document 6

 

 

"Ce sont la propension à consommer1  et le montant de l'investissement nouveau qui déterminent conjointement le volume de l'emploi. Si la propension à consommer et le montant de l'investissement nouveau engendrent une demande effective2 insuffisante, le volume effectif de l'emploi sera inférieur à l'offre de travail qui existe en puissance au salaire réel en vigueur. Cette analyse nous explique le paradoxe de la pauvreté au sein de l'abondance. Le seul fait qu'il existe une insuffisance de la demande effective peut arrêter et arrête souvent l'augmentation de l'emploi avant qu'il ait atteint son maximum. L'insuffisance de la demande effective met un frein au progrès de la production alors que la productivité marginale du travail est encore supérieure à sa désutilité."

Source : John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et la monnaie, Payot, 1988 (première édition 1936)

 

1) Quelle est la part du revenu consacrée à la consommation ?

2) Demande globale anticipée par les entrepreneurs

a- De quoi dépend le volume de l’emploi pour Keynes ?
b- Comment Keynes explique-t-il l’existence du chômage ?
c- Pourquoi une insuffisance de la demande « arrête-t-elle souvent l’augmentation de l’emploi » ?
d- Le niveau d’activité économique implique-t-il forcément  l’utilisation de tous les facteurs de production disponibles ?
e- Quel déséquilibre réel peut ici être masqué par l’équilibre comptable entre les emplois et les ressources ?

 
 
Document 7

 

Par exemple, si l’épargne est plus faible que l’épargne prévue par les entreprises, la production intérieure de biens de consommation est insuffisante pour répondre à la demande. Mais cet excès de demande peut être corrigé si les agents résidents achètent des produits étrangers substituables aux produits nationaux. Les importations contribuent ainsi non seulement à l’équilibre comptable mais aussi à l’équilibre économique ; les entreprises vendent tous les biens de consommation qu’elles pensaient vendre, les consommateurs ont trouvé sur les marchés tous les biens qu’ils souhaitaient acheter. Cependant, ce développement des importations peut engendrer un déficit de la balance commerciale et donc créer un besoin de financement en devises (si le pays ne peut pas, comme les Etats Unis, payer l’étranger dans sa propre monnaie). Ce besoin peut être comblé par un endettement en devises, mais celui-ci entraîne ensuite des remboursements en devises des intérêts et des capitaux empruntés. Il faut donc  bien dégager de temps à autre des capacités de financement en devises pour honorer ses dettes. Un pays ne peut avoir en permanence un déficit des échanges financé par l’endettement extérieur. De plus, si la théorie économique positive est indifférente au fait que les besoins des consommateurs soient satisfaits par des produits nationaux ou étrangers, les industriels, les groupes de pression et donc les politiques économiques ne le sont pas.

Source : J. Généreux, Economie politique, Hachette, 5ème édition, 2008.

 

1) Quel « déséquilibre » macroéconomique est mis en évidence dans ce texte ?

2) Pourquoi un déficit de la balance commerciale peut-il créer un besoin de financement en devises ?

3) Montrez que, dans une économie ouverte, le Reste du Monde peut contribuer à corriger nos déséquilibres macro-économiques internes

4) Quels sont les inconvénients, cependant, de leur contribution ?

 
 
Document 8

Solde de la balance commerciale américaine (en Md$)

 

Source : Les Echos.fr

 

 

1) Que signifie la donnée du graphique concernant les Etats-Unis pour l’année 2010 ?

2) Comment le solde de la balance commerciale a-t-il évolué depuis 1995 ?

3) Quel impact ce solde a-t-il pu avoir sur la croissance américaine ?

4) Montrez qu’un déficit commercial peut aussi être bon signe pour une économie

 
 
Document 9

http://www.dailymotion.com/video/xbgiwo_chine-la-nouvelle-finance-mondiale_news

Pour vous aider

Les bons du Trésor sont des titres représentatifs d'un emprunt du Trésor Public à court ou moyen terme auprès du public ou des établissements financiers pour faciliter le financement des besoins courants de l’Etat.

 

 

1) Quelle est la situation du solde commercial chinois ?

2) Quelle est la conséquence de cette situation sur leurs réserves de change ?

3) Comment la Chine va-t-elle utiliser ses réserves de change ? (Faites le lien avec le document 8)

4) Quel est le risque d’un tel déséquilibre de la balance commerciale pour les Etats Unis ?

Document 10

Il existe cependant, une situation spécifique dans laquelle l'appareil de production n'est plus en mesure de satisfaire la demande, et se comporte à peu près de la même manière qu'en situation de pénurie. C'est ce que l'on appelle la surchauffe, caractérisée par un emballement de l'appareil de production face à une demande trop forte. Dans ce cas, l'ajustement entre les quantités demandées et les quantités offertes ne peut s'établir que par le surenchérissement des prix, seul moyen ici aussi d'évacuer la demande excédentaire.

Source : Jean Bayard, blog macroéconomie, Le Monde, 12 janvier 2011

 

 

1) Par quel mécanisme un déséquilibre entre l’offre globale et la demande globale peut il se corriger ?

2) Complétez : Lorsque la demande est supérieure à l’offre, les prix …………, la demande doit alors ………………… et permettre ainsi un retour à l’équilibre.

3) Comment appelle-t-on en économie une augmentation du niveau général des prix ?

4) Quels sont les inconvénients de l’inflation pour notre économie ?

 
 
Document 11

Un regain de croissance... des stocks

Le PIB français s’est accru de 1% en volume au premier trimestre 2011, selon l’Insee, et les commentaires étonnés rivalisent de superlatifs. Or ni la consommation des ménages, ni l’investissement des entreprises, souvent cités, ne sont les principaux ressorts de ce sursaut. Pour les trois quarts ou presque, le surcroît de production enregistré cet hiver n’a pas été vendu, mais stocké. Il s’agit notamment des automobiles n’ayant pas trouvé preneurs après la disparition de la prime à la casse.

Le problème, avec les stocks, c’est que les entreprises les constituent pour deux raisons diamétralement opposées. Dans le meilleur des cas, elles accumulent des stocks afin d’être en mesure de fournir une demande en pleine expansion. Mais dans le pire des cas, les entreprises stockent… ce qu’elles n’ont pas réussi à vendre, faute de demande suffisante.

En l’occurrence, nous ne sommes pas dans le bon cas. Voici ce qu’en écrit l’Insee : « Les variations de stocks contribuent très favorablement à la croissance de l’activité : +0,7 point après -0,3 point fin 2010. Tous les postes sont concernés, en particulier les matériels de transport (contribution au PIB de +0,5 point après -0,1 point). »

Cela signifie que la moitié de la croissance enregistrée au premier trimestre ne fait que traduire le gonflement des stocks de l’industrie automobile. Celle-ci anticipe-t-elle une vive reprise ? La courbe des immatriculations indique, bien au contraire, que les firmes automobiles ont stocké cet hiver les modèles qu’elles ne parvenaient pas à vendre, sitôt disparue la prime à la casse.

Source : J-F Couvrat, Déchiffrages, Le Monde, 13 mai 2011

 

1) Pour quelles raisons les entreprises peuvent-elles être amenées à accroître leurs stocks ?

2) Comment les variations de stocks ont-elles contribué à la croissance française au premier trimestre 2011 ?

3) Une augmentation des stocks est elle forcément bon signe pour la croissance ?

Approfondissement

Approfondissement

En économie, le PIB et les importations représentent les ressources dont dispose le pays.

Les emplois représentent les utilisations possibles de ces ressources. Ils regroupent : la consommation finale des ménages et des administrations publiques (C), les investissements (FBCF), les exportations (X) et les variations de stocks (VS).

Les ressources en biens et services (produites ou importées) sont égales aux emplois.

L’équation synthétisant l’équilibre emplois/ressources est donc la suivante :

PIB + M = C + FBCF + X + VS

Ou encore :

 

Source : http://cib.natixis.com

L’équilibre emplois-ressources est un équilibre comptable entre l’offre et la demande globale une fois que les opérations économiques ont été effectuées.

En économie fermée, l’équilibre du marché des biens et des services est équivalent à un équilibre entre l’épargne et l’investissement. En effet, le produit national est soir consommé soir investi :   Y = C + I et le revenu national est soit consommé soit épargné R = C + E.

Le revenu étant identique au produit, on obtient C + I = C + E donc I = E.

L’étude de l’équilibre emplois-ressources nous permet de savoir comment les ressources d’un pays vont être utilisées ainsi que leur origine.

Elle permet aussi de connaître, pour une année donnée, ce qui a pu favoriser (« les moteurs ») ou freiner la croissance économique. Le PIB étant la somme de la demande intérieure et du solde extérieur. On parle de « contributions » à la croissance du PIB.

Il permet par ailleurs de présenter des prévisions économiques ou des comparaisons spatio-temporelles. Cependant, l’équilibre emplois-ressources est un équilibre comptable qui peut masquer un ensemble de déséquilibres économiques, réels.

L’équilibre emplois-ressources peut être obtenu avec un déséquilibre de la balance des transactions courantes.

Des importations supérieures aux exportations traduisent un déficit d’épargne pour financer l’investissement qui peut conduire à l’endettement.

L’offre peut être insuffisante pour satisfaire la demande et donc provoquer de l’inflation.

L’équilibre emplois-ressources peut cacher un déséquilibre sur le marché du travail, si la quantité de main d’œuvre nécessaire pour répondre à la demande ne correspond pas au plein-emploi, le chômage peut exister.

La production ne trouve pas forcément d’acheteurs, cette production non écoulée viendra donc accroître les stocks.

 

 

À lire

Sites et articles sur internet
Livres et articles
  • Piriou J.P., Comptabilité nationale , collection « Repères », La Découverte, 15e édition, 2008
  • Généreux J, Economie politique , T1, Hachette, 5e édition, 2008
  • Stéphane Tulet, « Le circuit économique », Cahiers Français , n°345, 2008
  • F. Teulon, Initiation à la comptabilité nationale , PUF, 2009

Partage