Cours

Cours de Première ES : 3. La coordination par le marché

Question 3 - Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils ?

Découverte

Document 1 - Le monopole

Situation où une seule entreprise approvisionne un marché. Ainsi, je suis obligé d’en passer par la SNCF si je veux voyager en train de Paris à Toulouse ou par La Poste pour acheter un timbre. On peut citer comme autres exemples de monopole le médicament de la marque Viagra ou le fromage de Beaufort. Une entreprise monopolise une branche dans trois cas

Si l’Etat en interdit l’accès aux autres (c’est le cas pour la SNCF et en partie pour La Poste

Si un brevet d’invention en protège l’accès (Viagra)

Si la nature n’en permet pas la concurrence (beaufort)

Il arrive que des raisons techniques justifient qu’une seule entreprise accapare une branche appelée alors « monopole naturel ». Le transport de l’électricité en est un exemple : il est absurde de multiplier les poteaux et les fils électriques sur le territoire, ce qui justifie qu’EDF soit un monopole public. Mais on a objecté que la concurrence pourrait rendre la production plus efficiente. On cherche alors, comme pour la SNCF, le transport aérien, les télécommunications, à attribuer les réseaux à des monopoles, mais à en garantir l’accès à d’autres entreprises, sous certaines conditions de tarifs et d’agréments techniques.

Archives Larousse larousse.fr

 

  1. Si, en grec, « monos » = seul , « polein » = vendre, « oligos » = peu, « duo » = deux, distinguez les notions de monopole, duopole et oligopole.

  2. A quelle situation citée dans le texte pourrait correspondre le monopole légal et le monopole technologique ?

  3. Comment les monopoles naturels évoluent-ils ?  

Document 2- Effets des monopoles : l'exemple des pièces détachées de carrosserie

[…] Les prix des pièces détachées de carrosserie ont augmenté de 26% entre 2005 et 2010, alors même que les prix à la consommation n’ont varié durant cette période que de 7,63%. Ce dérapage tarifaire est un des symptômes du monopole des constructeurs sur ce marché. En effet, les constructeurs contrôlent la production et la vente de ces éléments, ce qui expose le consommateur à une double peine : d’une part, comme en témoigne l’évolution des prix, les constructeurs gonflent le prix de leurs pièces, et d’autre part le consommateur est dans l’impossibilité d’utiliser des pièces « alternatives » généralement moins chères. […] En choisissant des pièces alternatives (de qualité équivalente) à celles proposées par les constructeurs, les consommateurs paient en moyenne 35,5% de moins en Allemagne, 33,5% en Belgique et 33,9% en Espagne.

UFC-Que choisir, le 23/03/2011.

 

  1. A votre avis, pourquoi la France n’autorise-t-elle pas la concurrence sur le marché des pièces détachées de carrosserie ?

  2. Quels sont les deux inconvénients de cette situation de monopole pour les consommateurs

Document 3 - Les effets de l'ouverture à la concurrence sur les prix

Concurrence ne rime pas automatiquement avec baisse des prix. Dans les télécommunications, la fin du monopole de France Télécom a entraîné un recul continu et massif des tarifs. Dans l'énergie, la fin du duopole EDF-GDF n'a, en revanche, guère eu d'impact positif sur nos factures.

Ce paradoxe est en partie compréhensible. Dopés à l'innovation, de nouveaux acteurs des télécoms sont venus « challenger » un monopole dont la rente reposait sur d'anciennes technologies. L'essor de l'ADSL ou du mobile a fragilisé l'opérateur historique tout en ouvrant des brèches à Free, SFR ou Bouygues. L'innovation a en prime fait croître le marché en faisant naître de nouveaux besoins et permis d'utiliser de façon sans cesse plus efficace des ressources rares comme les fréquences. Dans l'énergie, le progrès technique n'a pas entraîné de rupture. Difficile d'être plus efficace qu'un EDF ayant su miser très tôt sur le nucléaire et proposer ainsi des prix très compétitifs. Or, sur un marché concurrentiel, il est dur de percer quand on est incapable de vendre moins cher qu'un acteur installé. Pour développer la concurrence, il aurait fallu soit découper EDF en morceaux, soit contraindre l'électricien à revendre à prix coûtant à ses concurrents une partie de sa rente nucléaire. Cela aurait pu être injuste pour EDF, pas forcément pour le consommateur, dont les choix s'en seraient trouvés élargis. On aurait ainsi stimulé, certes de façon un peu artificielle, la concurrence en permettant à des concurrents de prendre un vrai départ. Ce choix n'ayant pas été fait, sommes-nous condamnés à payer notre électricité plus cher ?

David Barroux ; lesechos.fr ; 08/06/2011.

 

  1. Pourquoi l’ouverture du marché des télécommunications a-t-il entrainé une baisse des prix ?

  2. L’ouverture à la concurrence garantit-elle toujours de meilleurs prix. Pourquoi ?

Document 4 - Les réseaux sociaux
  1. Que signifie le nombre 56,4 %

  2. A quelle structure de marché correspond le marché des réseaux sociaux ?

Document 5 - Les stratégies d'entreprises : l'innovation dans les jeux vidéos

Fidèle à sa réputation de pionnier du jeu vidéo, Nintendo a dévoilé la Wii U, une nouvelle console de salon équipée d'une manette à écran tactile destinée à remettre le fabricant japonais dans la course face aux PlayStation 3 et XBox 360. Principale innovation de la Wii U, présentée lors de l'Electronic Entertainment Expo (E3) de Los Angeles, la grand-messe annuelle du jeu vidéo, cette large manette blanche est pourvue d'un écran tactile de 6,2 pouces (16 centimètres), environ un tiers plus petit que l'écran de l'iPad d'Apple (9,7 pouces). L'intégration d'un écran tactile offre de nouvelles perspectives pour les utilisateurs, comme la possibilité de disposer d'un menu d'options quand ils jouent sur un grand écran de télévision ou de profiter de l'ergonomie spécifique des écrans tactiles.

Autre intérêt : pouvoir continuer à jouer en basculant l'image de l'écran principal vers l'écran de la manette.   « Vous n'aurez pas besoin de quitter votre partie quand quelqu'un viendra dans la pièce et voudra regarder la télévision », a expliqué le patron de Nintendo, Satoru Iwata.

La Voix du Nord ; 13/06/2011 ; photo AFP.

 

  1. Pourquoi peut-on dire que la Wii a permis, d'une certaine façon, à Nintendo d'être en situation de monopole ?

  2. A quel problème a ensuite été confronté Nintendo ?

  3. Quel est l'intérêt pour Nintendo de réaliser cette innovation ?

Document 6 - Stratégie des entreprises : l'exemple du vin
  1. Pourquoi peut-on dire que cette photo illustre une stratégie de différenciation d'un producteur de vin ?

  2. Quel est l'intérêt de cette stratégie pour le producteur de vin ?

Document 7- Stratégies des entreprises : ententes et cartels

Acteur incontournable de la scène pétrolière mondiale depuis sa création en 1960 à Bagdad, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s’est véritablement fait un nom en 1973, date du premier choc pétrolier. C’est aussi [lors de] cette crise, [que] les prix de l’or noir ont quadruplé, à la suite de la décision du cartel de fermer le robinet […]

« L’union fait la force », rappelle Francis Perrin, directeur de la rédaction de la revue Le Pétrole et le gaz arabes. La maxime est usée mais s’applique très bien aux membres de l’Opep. Contrairement aux autres pays exportateurs, qui subissent les prix et produisent au maximum, le cartel dispose de capacités inutilisées qui le mettent en position de peser sur les prix : en augmentant ou en baissant la production, il les fait descendre ou monter.

Cette marge de manoeuvre, l’organisation l’avait perdue en 2004 et 2005, années où ont coïncidé problèmes de production (défaillance chronique des infrastructures au Nigeria, grèves au Venezuela, guerre en Irak) et hausse de la demande chinoise. « L’Opep a alors rogné cette marge, qui est tombée à 1 million de barils par jour, contre plus de 5 millions quelques années auparavant, rendant son influence sur les prix quasi nulle », explique Francis Perrin. Depuis, les pays de l’Opep reconstituent leurs capacités inutilisées, qui seraient revenues à 2,5 millions.

Benjamin Neumann ; 01/05/2007 ; lexpansion.com

Organisation des pays exportateurs de pétrole

12 pays : Algérie, Angola, Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Indonésie, Iran, Irak, Koweït, Libye, Nigeria, Qatar, Venezuela

76,1 % des réserves mondiales

42 % de la production mondiale

27,7 millions de barils exportés par jour

Source : BP, EIA (données 2005)

  1. Qu'est ce que l'OPEP ?

  2. Quel avantage procure l'appartenance à un cartel pour les pays participants ?

  3. Quels sont les effets des conflits en Lybie en 2011 sur le marché du pétrole ?   

Document 8 - Concentration

  1. Qu'est ce que la concentration d'entreprises ?

  2. Pourquoi la concentration peut-elle être considérée comme une stratégie d'entreprises souhaitant échapper à la concurrence ?

  3. Rechercher ce que sont les économies d'échelle.

  4. Quel est l'intérêt de supprimer des intermédiaires dans une filière de production ?

  5. Pourquoi la concentration conglomérale permet-elle de réduire les risques ?

Document 9 - La régulation de la concurrence (I)

La Commission européenne a interdit mercredi, pour la première fois depuis quatre ans, un rapprochement entre entreprises au nom de la concurrence, en mettant son veto à la fusion des deux premières compagnies aériennes grecques, Olympic Air et Aegean Airlines. Le commissaire à la Concurrence, Joaquin Almunia, a assuré devant la presse n'avoir "pas eu le choix" et avoir pris cette décision "pour protéger les consommateurs". L'opération risquait d'engendrer "une hausse des tarifs et une baisse de qualité des services proposés aux Grecs et aux touristes voyageant entre Athènes et les îles grecques", soit au moins 4 millions de personnes par an, a-t-il expliqué. Ensemble, les deux compagnies contrôlent plus de 90 % du marché grec.

Leur fusion "aurait éliminé la concurrence sur 9 liaisons cruciales", a souligné le commissaire : entre Athènes et Thessalonique, deuxième ville du pays, ainsi qu'entre Athènes et huit aéroports insulaires (Héraklion et Chania en Crète, Rhodes, Santorin, Mytilène, Chios, Kos et Samos). "La Commission a pour obligation d'empêcher la création de monopoles", s'est-il justifié. Bruxelles a un droit de regard sur les rapprochements entre entreprises depuis 1990, quelle que soit leur nationalité, si elles réalisent un certain chiffre d'affaires dans l'UE. Mais elle n'utilise que rarement l'arme ultime qu'est le veto. Les entreprises font souvent des concessions pour l'éviter, ou renoncent d'elles-mêmes à leur projet.

lepoint.fr 26/01/2011.

  1. Qu'est ce qu'une fusion ?

  2. A quel type de concentration d'entreprises cette fusion correspond-elle ? (cf document 7)

  3. Pourquoi la commission européenne a-t-elle posé son  veto à la fusion des deux compagnies? 

Document 10 - La régulation de la concurrence (II)

BRUXELLES (Reuters) - Les autorités européennes de la concurrence ont approuvé lundi le rachat de la marque de gel douche et de déodorant Sanex, propriété d'Unilever, par Colgate-Palmolive pour 940 millions de dollars (643 millions d'euros).

La Commission européenne a précisé que cette vente ne pénaliserait pas la concurrence.

"L'enquête de la Commission a confirmé que l'entité issue de la concentration continuerait à faire face à plusieurs concurrents puissants et que les clients auraient encore accès à un nombre suffisant d'autres fournisseurs sur l'ensemble des marchés en cause", indique l'exécutif européen dans un communiqué.

Foo Yun Chee, Jean Décotte pour le service français, édité par Nicolas Delame ; lenouvelobservateur.fr ; 06/06/2011.

 

 

  1. Pourquoi, cette fois, les autorités européennes de la concurrence n’ont pas posé de veto à ce rachat ?

Approfondissement

Faisons le point

* La diversité des situations de marché

La concurrence pure et parfaite est un modèle. Les marchés, dans la réalité, s’éloignent plus ou moins des conditions de cette concurrence. L’atomicité du marché n’est pas respectée dans les situations d’oligopoles (quelques offreurs face à de nombreux demandeurs) ; l’oligopole étant la structure de marché la plus courante que l’on observe par exemple dans les domaines pharmaceutique, automobile, de réseaux sociaux… (document 4). Le duopole est une forme d’oligopole composée seulement de 2 offreurs (exemple de la construction d’avions). Le monopole, quant à lui, est un marché sur lequel 1 seul offreur fait face à une multitude de demandeurs (production d’armes, de diamants, de timbres…) (document 1).

L’existence d’un monopole peut être liée à une décision étatique (c’est le monopole légal), à la détention d’une technologie innovante (c’est le monopole technologique) ou à des conditions de production telles qu’un seul producteur peut être rentable sur le marché (c’est le monopole naturel) (document 1).

* Les conséquences de l’existence de marchés imparfaitement concurrentiels

Sur les marchés monopolistiques et oligopolistiques, les entreprises disposent d’un pouvoir accru. En conséquence, les prix sont plus élevés que sur un marché concurrentiel et les quantités échangées sont moindres (document 2). Pour autant, la concurrence n’est pas complètement absente et ce pouvoir n’est pas absolu. Chaque entreprise en situation d’oligopole doit tenir compte des comportements de ses quelques concurrents. L’arrivée potentielle d’un autre offreur sur le marché peut contraindre un monopole dans ses décisions à condition que la libre entrée sur le marché soit respectée.

Par ailleurs, l’ouverture de secteurs jusqu’alors protégés de la concurrence n’a pas toujours produit les effets attendus. Si la libéralisation des télécommunications a bien fait baisser les prix, il n’en est pas de même dans l’énergie ou les chemins de fer (document 3).

* Les stratégies des entreprises

Les entreprises, rationnelles, cherchent à s’affranchir de la concurrence par différents moyens. En innovant, elles se trouvent temporairement seules à produire avec une nouvelle technique ou à proposer un nouveau produit (document 5). Elles peuvent aussi différencier leurs produits par un emballage spécifique, une image de marque… L’homogénéité des produits n’est alors plus respectée (document 6).

Eviter la concurrence, c’est aussi s’allier avec des concurrents en passant des ententes ou en s’organisant en cartel (document 7). Certaines vont même jusqu’à racheter une entreprise ou fusionner avec d’autres entreprises ayant la même activité (concentration horizontale), une activité complémentaire (concentration verticale) ou une activité totalement différente (concentration conglomérale) (document 8). Cette concentration augmente la taille des entreprises qui disposent d’un pouvoir accru sur le marché et réalisent des économies d’échelle.

* La régulation de la concurrence

Paradoxalement, la concurrence est autodestructrice. Pour y faire face, les entreprises sont amenées à la réduire voire la supprimer. Pour la sauvegarder et protéger le consommateur, les pouvoirs publics sont amenés à intervenir. Des institutions ont été créées dans ce but,  notamment l’Autorité de la concurrence en France. La commission européenne examine les projets d’ententes, de fusions, d’acquisitions… et peut les valider (document 10) ou poser un veto si elle juge que cela remettrait en cause le caractère concurrentiel du marché et nuirait aux consommateurs (document 9).

À lire

Sites www.autoritedelaconcurrence.fr www.touteleurope.eu www.viepublique.fr Livres et articles Paul Krugman et Robin Wells, Microéconomie , De Boeck Université, 2009. Emmanuel Combe, La politique de la concurrence , Collection Repères, 2008.

Partage