Cours

Cours de Entreprises et production : 2. Comment produire et combien produire ?

Question 2. Comment mesurer l’efficacité productive ? La productivité

Découverte

Document 1- La productivité chez PSA Peugeot-Citroën

La production automobile est au cœur de l’activité de PSA Peugeot Citroën. Près de 85 000 hommes et femmes répartis dans 16 centres de production automobile et 15 usines de mécanique […] - ainsi que de nombreux partenaires et fournisseurs – ont concouru, en 2009, à la production mondiale de 3 042 400 véhicules.

Source : psa.fr

  1. Calculez la production de véhicules par travailleur chez PSA en 2009.
  2. Supposons que chaque travailleur ait travaillé 35 heures par semaine pendant  46 semaines en 2009, calculez le nombre total d’heures travaillées (pour l’ensemble des travailleurs) chez PSA au cours de l’année 2009.
  3. Calculez la production (supposée) de véhicules par heure chez PSA en 2009.)
  4. Vous venez d’utiliser deux manières de mesurer l’efficacité productive donc la productivité de PSA Peugeot Citroën : la productivité / tête (question 1) et la productivité horaire (question 3). Présentez une formule pour chacune de ces productivités.
Document 2 - Différentes façons de mesurer la productivité

La productivité représente l’efficacité productive des facteurs de production que sont le travail et le capital. Elle peut être mesurée de différentes manières :

  • La productivité du travail est le rapport entre la production et la quantité de travail nécessaire à la production.
  • La productivité du capital est le rapport entre la production et la quantité de capital nécessaire à la production.
  • La productivité globale des facteurs est le rapport entre la production et la quantité de travail et de capital nécessaire à la production.

Si, dans le calcul, la production est représentée par le nombre d’unités produites, la productivité est dite « physique ». Si la production est représentée par sa valeur monétaire, c'est-à-dire par le chiffre d’affaires ou mieux par la valeur ajoutée, la productivité est dite « en valeur ».

Source : Melchior ; 2010.

  1. Présentez les formules des quatre mesures suivantes de la productivité : la productivité physique du travail par tête, la productivité physique horaire du travail, la productivité en valeur par tête du travail, la productivité horaire  en valeur du travail.
Document 3 - La productivité dans l’agriculture

  1. Comment a évolué le temps nécessaire pour produire une certaine quantité de blé entre 1950 et 2000 ?
  2. Comment la productivité du travail a-t-elle dû évoluer dans l’agriculture depuis 1950 ?
  3. Comment pouvez-vous expliquer ces évolutions ?
Document 4 - L’évolution de la productivité à long terme

  1. Faites une phrase avec la donnée statistique soulignée afin de lui donner un sens.

  2. Comment la productivité a-t-elle évolué de 1870 à 1973 ?

  3. La productivité évolue-t-elle de la même façon après 1973 ?

Document 5 - Les facteurs d’évolution de la productivité

  1. Ces quatre images illustrent des facteurs explicatifs de l’évolution de la productivité. Expliquez comment chacun de ces facteurs peut agir sur la productivité.
  2. Quelles images se rapportent à la notion de progrès technique ? Quelles sont celles qui se rapportent à la notion de capital humain ?
  3. Peut-on établir un lien entre le progrès technique et le capital humain ?
Document 6 - Effet des gains de productivité dans l’industrie

Les causes du recul de l’emploi industriel décortiquées
[…]Le constat est sans appel : entre 1980 et 2007, ce sont près de 2 millions d’emplois qui ont été détruits dans l’industrie. Cela représente 71 000 emplois détruits en moyenne chaque année. […] L’industrie est le domaine des gains de productivité. Historiquement, c’est même ce qui a fondé sa supériorité sur l’artisanat : plus on produit, moins cela coûte par unité produite. Autrement dit, la désindustrialisation est la traduction de ce phénomène, et c’est plutôt une bonne nouvelle. Le recul de l’emploi industriel est la conséquence d’une plus grande efficacité de la production industrielle. […]

Source : emploi-pro.fr ; le 22/02/2010.

  1. Quel est l’effet négatif des gains de productivité dans l’industrie ? Expliquez.
Document 7 - Productivité et emploi

La productivité, pour l’emploi.

[…]Une forte productivité s’accompagne d’une forte progression de l’emploi. Cette conclusion, relative à l’économie au plan national, semble contradictoire avec ce qu’on observe quand, dans un atelier, on installe des équipements plus performants : la productivité y augmente, mais le plus souvent au détriment de l’emploi. Comment les deux phénomènes sont-ils conciliables ? C’est que l’accroissement de la productivité de l’ensemble des facteurs de production a mathématiquement pour conséquence soit une baisse des prix de vente, soit une hausse des salaires unitaires du personnel, soit encore une augmentation des profits de l’entreprise. Dans les deux premiers cas, il en résulte un progrès du pouvoir d’achat, donc de la demande et de la production, et en définitive de l’emploi. Dans le dernier cas, l’entreprise peut verser plus de dividendes (le pouvoir d’achat, là aussi, en bénéficie) ou autofinancer des équipements, dont la fabrication sera source d’emplois, et la mise en service s’accompagnera d’embauches. Cependant, tous ces nouveaux emplois seront différents de ceux supprimés par l’investissement de productivité initial, et ils se créeront ailleurs. D’où l’importance de la formation […] et de la reconversion des personnels.

Source : Jacques Méraud ; Le Monde ; 31/03/2006.

 

  1. Compétez le schéma avec les expressions suivantes : hausse du pouvoir d’achat, hausse des salaires, gains de productivité, investissement dans de nouveaux équipements, hausse de la production, hausse de l’emploi, hausse des profits, baisse des prix de vente, hausse de la demande, hausse des dividendes.
  2. Quelle est la limite de ces effets positifs des gains de productivité sur l’emploi ?

 

Approfondissement

La productivité : mesure de l’efficacité productive

L’efficacité de la combinaison productive se mesure par la productivité. On retient souvent la productivité du travail qui est le rapport entre la production et les effectifs (productivité par tête) ou le nombre d’heures travaillées (productivité horaire). Mais  cette productivité est qualifiée d’ « apparente » car elle dépend du capital mis en œuvre. Il est d’ailleurs possible de calculer également une productivité du capital qui est le rapport entre la production et la quantité de facteur capital utilisée. Enfin, la productivité globale des facteurs est le rapport entre la production et la quantité de travail et de capital. Notons que la production peut être présentée sous forme d’unités physiques (productivité physique) ou sous forme d’unités monétaires comme la valeur ajoutée (productivité en valeur).

Les facteurs d’évolution de la productivité

A long terme, la productivité augmente essentiellement sous l’effet du progrès technique (introduction de nouvelles techniques de production ou de nouvelles organisations du travail) et de l’investissement en capital humain (amélioration des connaissances intellectuelles et professionnelles de l’individu par l’éducation, la formation). Les gains de productivité, c'est-à-dire l’accroissement de la productivité, sont cependant moins importants depuis les années 1970.

Les effets des gains de productivité

Les gains de productivité ont des effets négatifs sur l’emploi à court terme puisque la même quantité peut être produite avec moins de salariés – effets négatifs que l’on observe en particulier dans l’agriculture et l’industrie. Mais, à long terme, ils conduisent à une baisse des prix et à une hausse des salaires favorables au pouvoir d’achat donc à la demande. La satisfaction de cette demande passe par une augmentation de la production (c'est-à-dire de la croissance) et de la création d’emplois. Les gains de productivité accroissent également les profits des entreprises qui peuvent être distribués aux actionnaires sous forme de dividendes, soutenant par là même la demande, ou investis dans de nouveaux équipements permettant de produire plus avec plus de salariés. Les effets peuvent donc être finalement positifs à long terme. Mais les emplois créés ne sont pas identiques aux emplois détruits, ce qui donne toute son importance à l’éducation et à la formation pour assurer la reconversion du personnel.

À lire

Partage