Cours

Cours de Marchés et prix : 2. La pollution : comment remédier aux limites du marché ?

Question 1. Le fonctionnement du marché est-il toujours efficace ?

Découverte

Document 1 - Les externalités et l’inefficacité des marchés

Les marchés font bien de nombreuses choses, mais ils ne font pas tout bien (…) Les échecs du marché examinés dans ce chapitre sont regroupés dans une catégorie générale que l’on appelle les externalités. Une externalité se constitue lorsqu’une personne s’engage dans une activité qui influence le bien-être d’un tiers qui ne paie ou ne reçoit rien en contrepartie. Si l’impact sur le tiers est défavorable, il s’agit d’une externalité négative, s’il est avantageux, il s’agit d’une externalité positive. En présence d’externalités, l’intérêt du marché dans une situation donnée s’étend au-delà du bien-être des acheteurs et des vendeurs qui participent à ce marché, il intègre également le bien-être des tiers (le reste de la population) qui sont affectés indirectement. Comme les acheteurs et les vendeurs négligent les effets externes de leurs actions dans leurs décisions d’achat et de vente, l’équilibre de marché n’est pas efficace en présence d’externalités. Cela signifie que l’équilibre ne parvient pas à maximiser les avantages retirés du marché par l’ensemble de la société. La diffusion de la dioxine dans l’environnement par exemple est une externalité négative. Les usines à papier qui poursuivent leur intérêt propre ne vont pas s’intéresser au coût total de la pollution qu’elles créent et, de ce fait, elles vont émettre trop de pollution à moins que le gouvernement ne les empêche de le faire ou ne les décourage.

Gregory N. Mankiw, Mark P. Taylor, Principes de l’économie, de boek, 2010.

 

1) Comment nos comportements en tant que consommateurs et en tant que producteurs peuvent-ils être à l’origine d’externalités ?

2) Expliquez la phrase soulignée dans le texte.

Document 2 - Les externalités positives et négatives

Celui qui est incommodé par les odeurs de la porcherie voisine ou par le bruit de la circulation de l’autoroute qui passe sous ses fenêtres subit un effet externe négatif : son bien-être est réduit par les activités des autres sans qu’il ait pu marchander une contrepartie. Logiquement, il faudrait donc déduire cette perte de bien-être du bénéfice du producteur de porcs ou de concessionnaire d’autoroutes. Mais sur le marché, rien ne les y contraint : après tout, peuvent-ils prétendre, les plaignants n’avaient qu’à choisir d’aller habiter ailleurs. A l’inverse, il peut exister des effets externes positifs : la plantation d’une roseraie chez mon voisin, l’installation d’une station de métro proche de chez moi. L’Etat doit parfois intervenir, car le marché amène à prendre des décisions qui ne sont pas forcément optimales, puisque les externalités ne sont pas prises en compte.

Denis Clerc, Déchiffrer l’économie, La Découverte, 2007.

 

3) En quoi le début du texte montre-t-il que les entreprises ne sont pas incitées à réduire les externalités négatives ?

4) Expliquez précisément en quoi les exemples cités dans le passage souligné relèvent des externalités positives.
 

Approfondissement

Approfondissement

Un effet externe (ou externalité) désigne une conséquence d’une activité économique, positive, ou négative, qui n’est pas prise en compte par le marché : dans le cas d’une externalité négative, les agents qui en sont à l’origine ne supportent pas les coûts, tandis que dans le cas d’une externalité positive, les agents qui en sont à l’origine ne bénéficient pas des gains. La pollution liée aux rejets atmosphériques est, par exemple, une externalité négative. La pollution nuit à la santé d’une large partie de la population (externalité négative) sans que les agents économiques pollueurs n’aient à en payer le coût. Il s’agit dans ce cas d’une défaillance du marché.

À lire

Partage