Le taux d'activité des mères, un enjeu pour l'Allemagne

La récente étude de l'OCDE sur l'économie allemande met de nouveau l'accent sur l'évolution prévisible de la main d'oeuvre allemande. La prise en compte des taux de natalité passés et des taux de participation à l'activité économique permet d' anticiper une forte baisse de la population active.

Ces projections alarmantes conduisent l'OCDE à insister sur des politiques visant à augmenter

l'apport de main-d'oeuvre notamment en mettant en place des incitations à l'activité féminine (femmes de 15 à 65 ans) pourtant déjà élevée: 66 % des femmes allemandes travaillent ou cherchent un emploi rémunéré alors que ce n'est le cas que de 60 % des femmes françaises.

Mais cet indicateur cache d'autres réalités structurelles: les femmes allemandes travaillent moins souvent à temps plein que les femmes françaises. La différence de participation à l'activité économique est particulièrement nette pour les femmes ayant des enfants: le fait d'être mère écarte du marché du travail de façon plus aiguë en Allemagne qu'en France. Il y a donc là une perte de main d'oeuvre disponible et, en partie, qualifiée.

C'est pourquoi l'OCDE préconise des mesures directes et indirectes visant l'activité professionnelle des femmes à temps plein qui vont de l'amélioration des structures d'accueil des enfants en bas âge à la réduction des désincitations fiscales concernant le second revenu du ménage.

Thème : Travail et emploi
Mise en ligne : 21/04/2004
Source : Rexecode

Évolution de la population active en Allemagne et en France
(projection de l'OCDE à partir de 2011) en indices (base 100 en 2000)

 

Haut de page Haut de page